«QUE SE LIXE A TROÏKA!»

Publié le par angeline351

Bancários e empregados dos Correios em GREVE
4979 1108931497589 1655902037 262039 3017107 s«QUE SE LIXE A TROÏKA!»

 

Plus d’un million et demi de Portugais sont descendus dans les rues d’une quarantaine de villes le 2 mars, à l’appel de la CGTP et du mouvement «Que la Troïka aille se faire voir!». Le message ne pouvait pas être plus clair. Il était émis à l’intention du gouvernement portugais et des émissaires de la Banque centrale européenne, de la Commission européenne et du FMI. Ces derniers étaient arrivés à Lisbonne cinq jours plus tôt pour inspecter les finances du pays et juger ses «progrès» en matière d’austérité. «C’est le peuple qui est souverain!», scandaient les manifestants. Ce slogan, qui reprend un vers de l’hymne de la révolution de 1974, était le plus entendu d’un bout à l’autre du pays, a relevé l’AFP. 


À la fin des manifestations, la chanson entière a été entonnée au même moment dans tous les cortèges, comme pour signifier qu’il est des souvenirs indélébiles dans la mémoire collective... De 1934 à 1974, la rigueur budgétaire a été la ligne de conduite de la dictature, au point de faire du Portugal le pays le plus pauvre d’Europe. 

54% de la population en situation de précarité 

Aujourd’hui, les plans d’austérité imposés par la Troïka ont alimenté la récession. Les salaires et les pensions de retraite ont été amputés, des services publics privatisés, des dizaines de milliers d’emplois détruits. De source officielle, le taux de chômage s’élève à 22,5%, 40% chez les plus jeunes, et 54% de la population active est en situation de précarité. Pourtant, le peuple portugais retrouve sa combativité. Les grèves sectorielles et les manifestations sont quasiment incessantes. Dernier mouvement en date: la grève tournante dans l’ensemble des transports, du 4 au 9 mars. En septembre dernier, le gouvernement portugais avait renoncé en quelques jours à sa double décision d’abaisser les cotisations patronales et d’augmenter celles des salariés: en quelques heures et de manière spontanée pour la plupart, des centaines de milliers de Portugais avaient envahi les rues pour s’y opposer...


 


Publié dans EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article