LES INÉGALITÉS, ÇA CREUSE!

Publié le par angeline351

> LES INÉGALITÉS, ÇA CREUSE!
Article paru dans FO Hebdo 3078

L’accroissement des inégalités s’est poursuivi en France, a souligné l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) dans l’édition 2013 de son étude «Les revenus et le patrimoine des ménages», publiée fin avril. Sans surprise, elle constate que «le niveau de vie de la majorité de la population stagne ou baisse». Alors que crise et austérité ne cessent de se prolonger, au profit des uns et aux dépens des autres. Chiffres à l’appui. 

Paris: de 720.600 à 2.200 euros de patrimoine 

La capitale, terre de contrastes... Cohabitent ainsi, intra-muros, des ménages aux patrimoines importants et d’autres très peu fortunés: 10% possèdent plus de 720.600 euros tandis que 10% ont moins de 2.200 euros. Quant à la couronne départementale parisienne, elle est tout aussi disparate: la Seine-Saint-Denis affiche un niveau de vie médian parmi les plus bas des départements français et le taux de pauvreté le plus élevé (24,1%). Avec certaines communes bien au-dessus, dont Aubervilliers, qui avec 39% de ménages pauvres se situe derrière Roubaix, détentrice du record national (46%) selon les chiffres de 2012 donnés par le bureau d’études Compas, spécialiste de l’analyse des besoins sociaux. À l’opposé, à l’ouest de Paris (16%), on trouve Neuilly-sur-Seine, Rueil-Malmaison et Versailles, qui affichent un taux de pauvreté autour de 7%. 

Trois Régions au-dessus de la ligne 

Seules trois Régions sur vingt-deux se trouvent au-dessus de la ligne du niveau de vie médian en France métropolitaine (19.270 euros annuels), l’Île-de-France avec près de 21.700 euros, l’Alsace avec plus de 20.200 euros et, de peu, la Région Rhône-Alpes. À noter qu’au cœur de la riche Alsace, la ville de Mulhouse figure, avec 32%, dans le peloton de tête des villes possédant le plus haut taux de pauvreté. 

Publié dans COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article