La démission du Premier ministre portugais José Socrates,

Publié le par Olympia FO eurodif

drapeau-europeen-300x224.jpg
Portugal: le Premier ministre démissionne... et après?

Le Premier ministre José Socrates, qui doit être reconduit avant la fin du mois à la tête du Parti socialiste, a confirmé ce mercredi qu'il se représenterait aux prochaines élections législatives, si elles devaient avoir lieu.  

 

Le chef de l'Etat, garant du "fonctionnement régulier des institutions démocratiques", pourrait nommer un nouveau gouvernement ou dissoudre l'Assemblée de la République.

 

La démission du Premier ministre portugais José Socrates, dont le parti est minoritaire au parlement depuis les législatives de septembre 2009, ouvre la voie à plusieurs scénarios politiques, le plus probable étant la convocation rapide d'élections anticipées par le président Anibal Cavaco Silva. 

Moins de deux semaines après sa prise de fonction pour un second mandat, le président Cavaco Silva, réélu le 23 janvier, peut tenter de nommer un nouveau gouvernement dans le cadre parlementaire actuel ou dissoudre l'Assemblée de la République, selon la Constitution. Il a d'ores et déjà annoncé qu'il recevrait les partis politiques ce vendredi, précisant que le gouvernement conservait pour l'instant "la plénitude de ses fonctions". 

Dans le premier cas, il devrait demander au Parti socialiste, premier groupe parlementaire, de désigner un nouveau Premier ministre, ce qui ne ferait que prolonger l'instabilité politique, ou tenter de favoriser la mise en place d'un gouvernement de coalition.  

Le scénario le plus probable, déjà avancé à la fois par le Parti socialiste et par l'opposition, serait la seconde option: la dissolution du parlement par le président et la convocation d'élections anticipées. Selon la loi électorale, le scrutin pourra être organisé dans un "délai minimum de 55 jours", soit fin mai ou début juin. 

En cas d'élections anticipées, le Parti socialiste est donné gagnant

Quelle que soit la solution choisie par le chef de l'Etat, garant, selon la Constitution, du "fonctionnement régulier des institutions démocratiques", il devra au préalable consulter le Conseil d'Etat et les différents partis représentés au parlement. 

Quelle que soit la solution choisie par le chef de l'Etat, il devra au préalable consulter le Conseil d'Etat 

Le Conseil d'Etat est un organe consultatif composé de 18 membres parmi lesquels les anciens présidents de la République, le président du parlement, le Premier ministre, le président de la Cour constitutionnelle, les présidents des régions autonomes et des personnalités désignées par le parlement et par le chef de l'Etat. 

Selon les derniers sondages réalisé fin février, avant le début de la crise politique, le Parti social-démocrate (PSD, centre droit) remporterait les législatives mais sans obtenir de majorité absolue. Le président du PSD, Pedro Passos Coelho, 46 ans, favori pour succéder à José Socrates, s'est déjà dit favorable à la mise en place d'un "gouvernement de majorité élargie". 

José Socrates, qui doit être reconduit avant la fin du mois à la tête du Parti socialiste, a confirmé mercredi soir qu'il se représenterait. "La crise politique ne peut être résolue que par la décision souveraine des Portugais, et c'est avec la détermination de toujours et la volonté de servir mon pays que je me soumettrai à cette décision", a-t-il affirmé. 

Publié dans EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article