l'accord trouvé instaure plus de précarité:texte de l'accord

Publié le par angeline351

LOGO

 

 

 

 

Stéphane Lardy (négociateur de Force ouvrière) : « C'est un jour sombre pour les droits des salariés. C'est un projet d'accord extrêmement déséquilibré. Peu de droits en matière de sécurisation de l'emploi et beaucoup de flexibilité. On renforce la précarité de l'emploi et nous sommes extrêmement déçus. Nous avons loupé la cible. Le gagnant du loto ce soir c'est la Fédération du travail temporaire. » « Nous allons prendre notre décision lundi matin au bureau confédéral. La délégation FO portera un avis extrêmement négatif sur ce projet d'accord. Après, nous expliquerons point par point au gouvernement et aux parlementaires ce qui les attend. On va voir comment un gouvernement de gauche prend ou non cet accord. Nous, on fera le boulot pédagogique. »

LE TEXTE DE l'ACCORD 

 

 

Mobilité des salariés

Lorsque le contexte économique l’impose, les entreprises pourront réorganiser l’activité sans avoir à passer par un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Des mutations obligatoires seraient proposées aux salariés (à salaire et qualification inchangés) dans la limite d’un éloignement de 50 km ou quarante-cinq minutes. S’ils refusent, c’est la porte pour motif personnel. FO et la CGT ont mis leur veto.

Recours contre un licenciement

Un salarié licencié, qui veut contester la rupture de son contrat de travail, devant les prud’hommes, aura deux ans pour le faire (contre cinq ans actuellement). Quant à ceux qui sont victimes après coup d’une maladie professionnelle, ils auront trente-six mois maximum une fois le diagnostic de la maladie établi (contre cinq ans actuellement) pour réclamer une indemnisation à l’employeur. Cette mesure concerne toutes les demandes portant sur des indemnisations salariales.

 

 le patronat est satisfait,la cfdt,cgc,cftc aussi  c'est que les travailleurs n'ont aucune raison de l'être (...) Les accords de compétitivité ont été rebaptisés accords de maintien de l'emploi, mais le contenu est le même : dans chaque entreprise, les travailleurs pourront être soumis au chantage suivant : des baisses de salaire, des mutations à l'autre bout du pays, un allongement de la durée du travail ou le licenciement 

 

L'accord «entérine des reculs fondamentaux contre le droit du travail»

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans VOS DROITS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article