Grippe: décès soudain dans l'Essonne

Publié le par angeline351



Grippe: décès soudain dans l'Essonne

Une femme de 27 ans, porteuse de la grippe H1N1, est décédée mardi dans la soirée d'un arrêt cardiaque à son domicile de Viry-Châtillon (Essonne), a annoncé la préfecture de l'Essonne dans un communiqué publié hier  en fin de journée. La jeune femme a fait un arrêt cardiaque lors de la consultation avec SOS Médecins mardi en fin d'après-midi, a précisé la préfecture. Les sapeurs-pompiers et le service d'aide médicale d'urgence n'ont pas réussi à la réanimer.

Devant les symptômes grippaux de la jeune femme qui souffrait de fièvre, de gène respiratoire et de courbatures, son médecin traitant lui avait prescrit du Tamiflu dès le lundi. Face aux difficultés respiratoires grandissantes de la femme, mardi en fin d'après-midi, sa famille a appelé le 15 et un médecin de SOS Médecins est arrivé sur place 15 minutes plus tard. Alors qu'il l'examinait, la jeune femme a fait un arrêt cardiaque.

Les analyses virologiques ont confirmé que la jeune femme était porteuse du virus A/H1N1, mais des investigations complémentaires ont été demandées pour analyser ce décès chez une patiente sans antécédents médicaux particuliers. Les résultats devraient être connus en début de semaine prochaine, précise la préfecture.

Vaccin : 91 cas d'effets indésirables


Après quelque 100.000 vaccinations contre la grippe H1N1 en France, 91 cas d'effets indésirables ont été signalés dont quatre cas "graves", a indiqué hier  l'Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Dans son bulletin de suivi de pharmacovigilance des vaccins couvrant la période entre le 21 octobre et le 10 novembre, où seuls les professionnels de santé pouvaient être vaccinés, l'Afssaps note que la "majorité (91%)" des cas d'effets indésirables rapportés "a été d'intensité bénigne à modérée". Tous avaient reçu une injection du vaccin Pandemrix de GlaxoSmithKline, le seul actuellement disponible en France.

Les quatre cas d'effets "graves" concernent deux affections neurologiques --dont un cas "probable" de syndrome de Guillain-Barré, cité jeudi soir par le ministère de la Santé--, une réaction allergique et une affection respiratoire. La ministre française de la Santé Roselyne Bachelot a néanmoins affirmé que dans le cas signalé jeudi, le lien entre le vaccin et le syndrome de Guillain-Barré, maladie rare du système nerveux périphérique, était "sérieusement contesté".

Publié dans SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article