> FILIÈRE AVICOLE EN DANGER, LES ACTEURS SE RÉUNISSENT

Publié le par angeline351

> FILIÈRE AVICOLE EN DANGER, LES ACTEURS SE RÉUNISSENT

 

Le 14 février 2013 se sont réunis pour la première fois l’ensemble des acteurs de la filière avicole. Il était effectivement primordial qu’un dialogue s’instaure au sein d’un secteur en difficulté comme en témoigne le marasme qu’a traversé le groupe Doux ces dernières années.

Cette rencontre, demandée de longue date par FO, a permis à chacun, syndicats de salariés, éleveurs, industriels et représentants de la grande distribution, de partager leurs points de vue sur une filière française qui perd du terrain sur ses concurrents étrangers. Ainsi, 44% de la volaille consommée en France est importée et les volumes produits ont diminué de 20% de 1998 à 2011 alors même que la demande mondiale ne cesse de croître.

Les principales raisons de cette situation reposent sur différents facteurs. Le manque d’investissement a conduit au vieillissement et à l’inadaptation du parc industriel. D’autre part, l’absence d’harmonisation européenne crée des distorsions de concurrence qui s’ajoutent à la hausse du prix des matières premières agricoles.

Pour FO, il est temps de mettre en place une véritable politique sociale et économique de filière afin de retrouver le chemin de la croissance et préserver les emplois. La modernisation de cette industrie implique un véritable plan de formation pour attirer les jeunes salariés et les doter des compétences techniques nécessaires à la production d’une viande française de qualité qui s’exporte. Cette formation doit développer l’employabilité indispensable à l’évolution professionnelles des salariés. Ces compétences acquises doivent d’autre part trouver une véritable reconnaissance salariale. La faiblesse du pouvoir d’achat constitue l’un des obstacles majeur à l’attractivité du secteur. La logique d’une politique de bas coûts a montré ses limites, l’état de la filière le prouve.

Les acteurs et le gouvernement ont établi hier une feuille de route. Les solutions existent. FO veillera à ce que ces engagements soient suivis d’effets. Il en va de l’avenir des 55.000 salariés concernés mais aussi de celui des 20.000 éleveurs.

Publié dans COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article