EURODIF AUXERRE

Publié le par angeline351

LOGOVingt logements et des bureaux à vendre dans une partie de l’immeuble Eurodif
Vingt logements et des bureaux à vendre dans une partie de l’immeuble Eurodif


Quatorze logements et deux bureaux vont, dans un premier temps, être réalisés au deuxième et troisième étage du bâtiment donnant rues de la Draperie et Clemenceau. Une deuxième tranche concernera les quatre niveau de bâtiment donnant porte du Maréchal-Leclerc. - SALESSE Florian

Quatorze logements et deux bureaux vont, dans un premier temps, être réalisés au deuxième et troisième étage du bâtiment donnant rues de la Draperie et Clemenceau. Une deuxième tranche concernera les quatre niveau de bâtiment donnant porte du Maréchal-Leclerc. - SALESSE Florian

20 logements sont annoncés dans une partie des bâtiments d’Eurodif (anciennement Printemps et Soisson et James) qui reste ouvert sur la rue de la Draperie.

Qui veut habiter « chez Soisson » ?

Les futurs locataires ou propriétaires ne pourront occuper un appartement plus central.

À deux pas de la mairie, autant de la poste et des Cordeliers, trois de la cathédrale… le promoteur immobilier Eurod va commercialiser 20 appartements. 14 dans un premier temps.

Eurodif en 1993, après le Printemps en 1963

L'immeuble fait partie de l'histoire d'Auxerre, consacré au même type d'activité, la vente de tissus puis de vêtements depuis 1759 (lire ci-dessous). Certains « vieux » Auxerrois continuent à pousser les portes du Printemps ou à se rendre « chez Soisson ». Même si le Printemps est devenu Eurodif en 1993 et bien que les familles Soisson et James aient cédé en 1963 le magasin au Printemps…

Le grand magasin du centre-ville restera ouvert sur les deux étages de la rue de la Draperie et la société Eurod, implantée aux Chesnez, au nord d'Auxerre, va diviser les troisième et quatrième étages en quatre type 2 (57 à 66 m â) ; huit type 3 (58 à 86 m â) et deux type 5 (entre 145 et 170 m â). Deux bureaux viendront compléter cette offre.

 

 

Michel Mercier, l'un des deux gérants de la société Eurod, qui a acheté les bâtiments il y a un mois, annonce une livraison de cette première tranche « pour juillet 2013. Nous débuterons la deuxième tranche au printemps prochain pour une livraison en juillet 2014. » Ce deuxième chantier concernera l'immeuble donnant sur la place du Maréchal-Leclerc sur quatre niveaux : « Nous y ferons six logements, un type 5, deux type 3 et trois type 2 ainsi qu'un commerce donnant sur la place ».

Annoncés comme appartements de standing, les 20 logements sont commercialisés selon des prix qui varient de 2.200 € à 3.000 € le m â. Tous ne disposeront pas de places de stationnement, mais « huit garages sont prévus pour les plus grands appartements à une centaine de mètres de là, rue Faidherbe ».

De 2.200 € à 3.000 € le m â selon les appartements

Quant à l'accès à ces appartements, il se fera par escalier et ascenseur, impasse des Fourbisseurs-d'Épée à quelques mètres de la tour de l'horloge. Une impasse qui était jadis une rue. Elle partageait en deux le grand magasin pour déboucher place du Maréchal-Leclerc. C'est, en effet, seulement après l'incendie qui a ravagé une partie de l'immeuble en 1940, que la rue Clemenceau fut percée à la place d'une partie des décombres. Cette rue relie aujourd'hui la rue de la Draperie à la place du Maréchal-Leclerc.

À Eurod où l'on communique depuis plusieurs semaines sur le projet, Michel Mercier affirme que « la commercialisation va bon train ». Principaux intéressés : « Des investisseurs qui veulent faire un placement et des gens extérieurs à Auxerre qui veulent revenir habiter en centre-ville. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article