> EAU: FACTURES SALÉES ET OPAQUES

Publié le par angeline351

> EAU: FACTURES SALÉES ET OPAQUES

 

L’eau commence à atteindre des niveaux inquiétants pour bon nombre de ménages au budget déjà plombé par les dépenses énergétiques. Les tarifs sont cependant fort inégalement répartis sur le territoire. Dans le Nord de la France, il y a des endroits où l’on trinque particulièrement: de 2,42 euros le mètre cube en 1994, on est passé à 4,12 en 2011 selon un rapport de l’Agence de l’eau Artois-Picardie (départements du Nord et du Pas-de-Calais, de la Somme, et les parties nord de l’Aisne et de l’Oise). Un bassin dont les habitants sont, pour 70% d’entre eux, desservis par des entreprises privées. Si à Paris, le mètre cube d’eau se paye 3,0163 euros (TTC et au 1er janvier 2012), soit en dessous de la moyenne nationale (3,39 euros en 2008 selon une enquête sur l’eau publiée en décembre 2010 par le ministère de l’Agriculture), il atteint 7,50 euros à Saint-Malo, en Bretagne, 7,26 euros à Beaulieu-les-Fontaines, dans l’Oise, et n’est qu’à 2,10 euros à Namps-Maisnils (Somme), à une soixantaine de kilomètres de là. Bien des écarts s’expliquent par des contraintes techniques (topographie, pollution, renouvellement d’installations, etc.) mais aussi dans le choix de la gestion du service de l’eau. Les communes reprennent de plus en plus le système des régies municipales, qui, selon le Commissariat général au développement durable, offrent des tarifs inférieurs à ceux des délégations de service public (DSP) confiées au secteur privé. 

Si l’eau en tant que telle est gratuite, elle se paye parfois très cher sans que la facture soit particulièrement transparente comme vient de le révéler une enquête du magazine 60 millions de consommateurs. Publiée le 21 mars dernier, après un an d’investigations, elle dénonce l’opacité des factures et la pratique des abonnements qui font que plus vous consommez d’eau plus vous amortissez la partie fixe... si vous en avez les moyens. D’ailleurs la consommation d’eau ne cesse de baisser en France, se situant actuellement à 120 mètres cubes par personne et par an. Quand on prend l’eau, on en consomme moins.

Publié dans COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article