DÉFENSEUR DES ENFANTS:

Publié le par angeline351

DÉFENSEUR DES ENFANTS: POUR FO UNE NÉCESSITÉ D’INDÉPENDANCE ET D’AUTONOMIE
L’Assemblée Nationale se penche cette semaine sur  le projet de loi organique relatif au défenseur des droits,  nouvel organisme censé regrouper à la fois le médiateur de la République, la Halde, la commission nationale de déontologie de la sécurité ainsi que l’actuel défenseur des enfants, et à terme, éventuellement, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté.  

En juin dernier le Sénat a adopté ce projet de loi après avoir effectué une volte face : d’abord opposé à l’intégration du défenseur des enfants dans le périmètre du futur défenseur le Sénat a finalement sur demande insistante du gouvernement, voté en faveur de son intégration dans le champ de compétences du futur organisme.   

Il s’agit désormais pour l’Assemblée Nationale d’arbitrer entre deux modes d’organisation pour la défense et la promotion des droits de l’enfant.   

Pour FO il est nécessaire de maintenir un défenseur des enfants indépendant et non d’en faire  un simple «adjoint» placé sous l’autorité du défenseur des droits.   

D’une part, FO soulève le risque de dilution des missions de l’actuel défenseur des enfants dans un contexte alarmant en ce qui concerne la situation des enfants au regard des difficultés de logement, de la prise en charge de leur santé, scolarité et du maintien des liens familiaux et des difficultés d’emploi des parents aggravées par la crise économique et financière qui perdure.   

D’autre part, FO rappelle son attachement à la Convention internationale des droits de l’enfant qui incite les Etats signataires à se doter d’institutions nationales spécifiques et indépendantes.   

La France serait le premier pays d‘Europe à supprimer son défenseur des enfants ayant  statut d’autorité indépendante : pour FO il y a d’autres moyens de se distinguer pour la défense des droits des enfants dans notre pays.    

Publié dans COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article