COMMUNIQUE 8 MARS 2011

Publié le par angeline351

8mars2011 1

Communiqué du lundi 7 mars 2011

 

8 mars 2011
Non, la crise ne passera pas par les femmes, non plus!

Le 8 mars 2011, sera de nouveau «célébrée» la Journée Internationale des Droits de la Femme. Le combat pour l'égalité et la dignité reste d'actualité. En témoignent les inégalités persistantes entre les femmes et les hommes dans le monde du travail. Ces inégalités ne sont pas acceptables.

L'égalité professionnelle reste à venir. C'est un défi syndical majeur alors que la crise frappe durement les salariés. Les inégalités salariales se maintiennent dans des proportions intolérables. Et que dire du temps partiel contraint, fléau du travail féminin!

Pour Force Ouvrière, la journée des droits de la femme c'est chaque jour. Toute l'année Force Ouvrière s'investit pour la suppression des inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes, notamment par la négociation collective. Notre organisation est ainsi en attente, depuis 2007, de l'ouverture d'une négociation nationale et interprofessionnelle intégrant le temps partiel contraint et l'articulation vie personnelle et vie professionnelle. Force Ouvrière entend de toute façon faire du combat contre le temps partiel contraint, une priorité.

Notre organisation en appelle aussi aux pouvoirs publics. En effet, les femmes sont doublement pénalisées par la réforme des retraites du 9 novembre 2011. Cette loi abroge purement et simplement l'échéance du 31 décembre 2010 pour la suppression des écarts de rémunérations posée par la loi du 23 mars 2006 sur l'égalité salariale, qui était une avancée. Ce recul est pour Force Ouvrière inacceptable. Il est plus que temps de transposer les intentions dans les actes.

La campagne Force Ouvrière en vue du 8 mars 2011 mettra donc en avant le rôle déterminant de l'emploi, du salaire et de la protection sociale, face à une crise financière d'ampleur : non, la crise ne passera pas par les femmes, non plus !

Publié dans COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article