> ACCORD NATIONAL COMPÉTITIVITÉ EMPLOI: FO INTERPELLE LES PARLEMENTAIRES

Publié le par angeline351

4979 1108931497589 1655902037 262039 3017107 s

> ACCORD NATIONAL COMPÉTITIVITÉ EMPLOI: FO INTERPELLE LES PARLEMENTAIRES

 

 

La transcription dans la loi de l’accord national interprofessionnel du 11 janvier dernier ne s’annonce pas comme un long fleuve tranquille. En apparence, tout semble simple: les prochaines étapes seront en effet l’écriture du projet de loi, sa présentation en Conseil des ministres –le 6 mars–, suivie de la discussion à l’Assemblée nationale et devant le Sénat. Or, chacune de ces échéances représente une possibilité d’améliorer, en faveur des salariés, un texte qui fait la part belle aux revendications patronales. 

LE PARLEMENT DÉPOSSÉDÉ? 

Concrètement, cela peut se faire en l’épurant de certaines dispositions obtenues par le MEDEF, qui constituent autant de coups de canif dans le Code du travail, mais aussi en rendant obligatoires les fameux «droits nouveaux pour le salarié», qui sont en réalité soumis au bon vouloir des employeurs. Dans une lettre aux parlementaires, FO juge ainsi que ces derniers sont «aléatoires, contournés ou contournables», tandis que la destruction de droits salariaux est, elle, bien concrète. Tout en expliquant ses positions et analyses, FO rappelle également son opposition à l’idée, véhiculée par les signataires de l’accord, selon laquelle les parlementaires devraient se contenter d’entériner le texte en renonçant au droit d’amendement. Une telle «transposition aveugle» équivaudrait à une forme d’autocensure, d’autant plus dangereuse que l’accord contient des dispositions «posant des problèmes juridiques et de constitutionnalité».
 

Publié dans COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article