LES CABINES A UV

Publié le par angeline351



L'Académie de médecine dénonce les cabines à UV


Près d'un quart des cabines de bronzage ne respecteraient pas la réglementation actuelle, qui est, selon les experts, très largement insuffisante.
Près d'un quart des cabines de bronzage ne respecteraient pas la réglementation actuelle, qui est, selon les experts, très largement insuffisante. Crédits photo : AFP

L'Académie estime que les pouvoirs publics n'informent pas assez la population des risques de cancer de la peau liés à la fréquentation des cabines de bronzage.

Il y a 40 000 cabines de bronzage ouvertes au public en France, sans compter les bancs de bronzage privés achetés sur Internet ou dans les grandes surfaces. Leur croissance est linéaire. Or, les experts sont formels depuis plusieurs années déjà : les cabines à UV augmentent le risque de cancer de la peau, mélanome malin et cancer basocellulaire. Accessoirement, on sait aussi qu'une exposition régulière à ce type de rayonnement accélère le vieillissement cutané.

L'Académie de médecine, mercredi, dans un communiqué, s'est insurgée contre le laxisme des autorités sanitaires, qui, selon elle, n'informent pas suffisamment la population des dangers de ces cabines. L'Académie déplore également «que la promotion d'une telle pratique puisse être faite à la télévision ou dans les salles de cinéma sans un avis défavorable du Conseil supérieur de l'audiovisuel». Pour l'Académie, la législation faussement protectrice de l'individu laisse croire que, sous réserve d'une stricte observance des recommandations émises par les pouvoirs publics et d'un encadrement de cette activité par un personnel qui n'est formé qu'en quelques heures, l'usage des cabines émettant des rayons UV reste acceptable.

Or, selon les enquêtes conduites par les associations de consommateurs, les recommandations, qui ne mettent pas à l'abri de risques réels, ne sont jamais respectées. «Toutes les études sérieuses montrent que, bien avant que n'apparaisse la pigmentation attendue par l'utilisateur des cabines à UVA, les altérations de la peau sont déjà présentes, et pour certaines définitives. En outre, point qui n'est jamais signalé par les gestionnaires des centres de bronzage, la pigmentation obtenue n'aura aucune action protectrice lors de futures expositions au soleil», souligne l'Académie.

 

Aucun bénéfice pour la santé

Les experts du Centre de recherche sur le cancer du Royaume-Uni viennent de rappeler dans un article récent que le mélanome est le cancer de la peau le plus grave, et que sa fréquence est actuellement supérieure à celle du cancer du col de l'utérus chez les jeunes Anglaises. Cette augmentation serait essentiellement liée à la fréquentation croissante des centres de bronzage en cabine à UV.

On sait depuis longtemps qu'il n'y a aucun bénéfice à attendre pour la santé, en plus des expositions naturelles au soleil, à s'exposer de façon répétée aux rayons ultraviolets artificiels. «Il faut que les pouvoirs publics, qui mènent des campagnes contre le tabac, fassent aussi de l'information contre les cabines à UV, réclame le Dr Claudine Blanchet-Bardon, vice-présidente du Syndicat national des dermato-vénérologues. Certains gérants de cabine de bronzage prétendent traiter un certain nombre de maladies avec les UV, alors qu'ils irradient de manière intensive et dangereuse leurs clients.»

Il y a un mois, la Direction générale de la consommation, de la concurrence et des fraudes a publié une enquête révélant que près d'un quart des cabines de bronzage ne respectaient pas la réglementation actuelle, qui est, selon les experts, de toute façon très largement insuffisante.

Publié dans SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article