Grippe : deux nouveaux cas confirmés en France

Publié le par angeline351

Grippe : deux nouveaux cas confirmés en France
 
Des médecins équipés de combinaisons spéciales, dimanche, dans un hôpital de Mexico.
Des médecins équipés de combinaisons spéciales, dimanche, dans un hôpital de Mexico. Crédits photo : AP

Alors que l'OMS évoque le risque d'une deuxième vague de l'épidémie, le président mexicain se veut optimiste et envisage une reprise de l'activité économique mercredi. Le bilan est désormais de 23 morts dont 22 au Mexique.

L'OMS avertit. La grippe A (H1N1) pourrait décliner avant de refaire surface avec une virulence sans précédent . C'est ce qu'affirme lundi la directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé, Margaret Chan, dans un entretien au Financial Times. Si le taux de mortalité du virus semble se stabiliser, explique-t-elle, une seconde vague pourrait frapper en apportant sa «vengeance». «Si cela se produisait, cela serait la pire des épidémies que le monde aurait à affronter au 21e siècle». «Je ne prédis pas l'apparition d'une pandémie, mais si je passe à côté et que nous ne sommes pas préparés, alors j'aurais failli à ma tâche. L'OMS va probablement porter son alerte pandémique à son degré maximal (6 contre 5 actuellement), ajoute Margaret Chan dans une interview au quotidien espagnol El Pais.

Alors que l'épidémie de grippe a fait jusqu'à présent 26 morts (25 au Mexique et un aux Etats-Unis) et s'est propagée à 20 pays, le Mexique, foyer d'origine du virus, se veut désormais optimiste. «Nous sommes en condition de surmonter cette situation d'urgence», a déclaré le président Calderon lors d'un entretien télévisé. «Nous avons pu limiter ou du moins réduire la vitesse de propagation du virus», a-t-il ajouté, affirmant que les autorités avaient «correctement» géré la crise. L'activité économique, paralysée depuis plus d'une semaine, devrait reprendre à partir de mercredi, a-t-il annoncé. Enfin Felipe Calderon a vivement dénoncé les mesures de «discrimination» prises à l'encontre des ressortissants mexicains en raison de l'épidémie. «Certains pays ou endroits prennent des mesures discriminatoires par ignorance ou désinformation», a souligné Calderon sans désigner un pays en particulier.

Aux Etats-Unis aussi, les autorités se sont montrées prudemment optimistes, tout en mettant en garde contre une seconde vague à l'automne du virus sous une forme plus virulente.

Selon des chiffres rendus publics par l'OMS lundi, le cap des mille malades a été franchi. Les pays les plus touchés sont, sur 1033 cas confirmés dans le monde, le Mexique (590 cas), les États-Unis (245), le Canada (101). L'Espagne, avec 44 cas, est le pays européen le plus atteint.

 

Zone dédiée à Roissy

En France, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot a annoncé lundi matin deux nouveaux cas avérés de grippe, un homme de 23 ans et une femme de 24 ans, qui ont tous les deux séjourné au Mexique. «Le bilan exact est donc ce matin de huit cas probables, et de quatre cas confirmés». «Ces deux personnes vont bien et nous notons un état favorable de leur état», a ajouté Roselyne Bachelot, indiquant qu'elles «sont hospitalisées à l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière». Le directeur général de la Santé Didier Houssin avait évoqué dimanche soir 28 cas «possibles» dont huit «probables».

Le pays continue par ailleurs à se préparer à l'éventualité d'une pandémie, en érigeant des «barrières». Ainsi, à partir de mardi, les avions en provenance du Mexique arriveront à l'aéroport de Roissy dans une zone dédiée, afin d'éviter les contacts avec les autres voyageurs et réduire les risques de propagation, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Ce week-end, des bagagistes d'Orly ont refusé de décharger des avions arrivant du Mexique et d'Espagne, par peur d'être infectés. Le gouvernement va lancer mardi une campagne d'information pour rappeler les bons gestes : «se laver les mains plusieurs fois par jour, tousser et éternuer dans un mouchoir en papier qu'on jette... et on ne va pas chez son médecin dans une salle d'attente, ni aux urgences: on appelle le 15!» en cas de suspection de grippe A, a rappelé dimanche Roselyne Bachelot, ministre de la Santé.

Publié dans SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article