SANTE: GRIPPE A =

Publié le par angeline351


  • Grippe A : deux cas avérés
    en France
     
    La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot.
    La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot. Crédits photo : AFP

    Il s'agit d'un homme de 49 ans admis à l'hôpital Bichat à Paris, et d'une femme de 24 ans hospitalisée à la Pitié Salpêtrière, selon Roselyne Bachelot. Un homme traité à l'hôpital Necker souffre également «très probablement» de la grippe A (H1N1).

    La France compte désormais deux cas «avérés» de grippe A (H1N1), ainsi qu'un autre «très fortement suspect», a annoncé vendredi soir Roselyne Bachelot. Tous sont actuellement hospitalisés à Paris. «Nous avons le cas d'un homme de 49 ans, qui est donc hospitalisé à Bichat, nous avons une femme de 24 ans qui est hospitalisée à la Pitié-Salpêtrière, et nous avons un cas très fortement suspect qui risque de se révéler probablement positif à Necker», a précisé la ministre de la Santé.

    Ces personnes «provenaient toutes du Mexique, ce n'est pas une contamination qui s'est passée sur le sol de notre pays», a-t-elle ajouté, affirmant que toutes les trois «vont bien». «Elles ont été traitées par les traitements antiviraux», a-t-elle expliqué.

    Roselyne Bachelot a également indiqué que les autorités faisaient des recherches, grâce au dispositif de traçabilité des voyageurs mis en place par le gouvernement, «pour voir les personnes avec lesquelles elles ont été en contact et pouvoir ainsi les prendre en charge». Plus tôt dans la journée, Roselyne Bachelot avait indiqué qu'il existait en France cinq cas probables de grippe A (H1N1), dont trois en Ile-de-France.

     

    Les USA achètent 13 millions de traitements antiviraux

    L'OMS a confirmé vendredi 331 cas de grippe porcine dans le monde, comprenant notamment 109 cas aux Etats-Unis dont un mort. Mais ce chiffre devrait être revu à la hausse après la diffusion de ceux du ministère mexicain de la Santé : le Mexique, foyer d'origine du virus mutant H1N1, compte à lui seul 343 cas confirmés, dont 15 mortels, selon ces derniers chiffres publiés vendredi. Le gouvernement de Felipe Calderon, accusé de n'avoir pas su réagir à temps face à l'épidémie , et qui peine à contenir l'épidémie, invite désormais les Mexicains à rester chez eux jusqu'au 5 mai.

    La Banque interaméricaine de développement (BID) a annoncé jeudi soir débloquer 3 milliards de dollars pour le pays afin d'aider à lutter contre la grippe porcine et la crise économique.

    Les Etats-Unis comptabilisent vendredi 141 personnes ayant contracté le virus A (H1N1), contre 118 jeudi. Le pays a enregistré lundi un premier décès sur son sol : un enfant mexicain atteint qui était venu se faire soigné au Texas. Dans cet Etat comme en Californie, l'état d'urgence a été décrété. Quelque 300 écoles ont fermé jeudi dans plusieurs Etats sur les 100.000 que compte le pays.

    Malgré cela, Barack Obama s'est dit «optimiste» quant à l'efficacité de la réponse américaine. «D'une manière générale, je suis très content des progrès que nous avons réalisés», a dit le président américain à l'issue d'une réunion de son conseil des ministres sur la maladie. «Je suis optimiste quant à notre faculté de gérer cette situation de manière efficace», a-t-il dit.

    Les Etats-Unis vont acheter 13 millions de traitements antiviraux pour reconstituer leur stocks stratégiques et distribuer 400.000 de ces traitements au Mexique, épicentre de la grippe porcine, selon la ministre de la Santé, Kathleen Sebelius.

    Par ailleurs, 47 cas avérés ont été enregistrés au Canada. Le Costa-Rica, avec deux malades, est le premier pays d'Amérique centrale à être touché. Au Pérou, un premier cas décelé a finalement été infirmé, et neuf autres cas sont suspects. Le Chili a placé 16 personnes sous surveillance, la Colombie 59 dont 10 «de manière très étroite». Au Brésil, 20 personnes sont en observation.

    En Océanie, la Nouvelle-Zélande a recensé 3 cas confirmés et 13 «probables», pour un total de 136 cas suspects. Les autorités australiennes, qui enquêtent sur 114 cas, recherchent 22 de leurs ressortissants ayant emprunté le même vol que les Néo-Zélandais contaminés.

     

    Allemagne et Grande-Bretagne : transmissions à l'intérieur du pays

    En Europe, un premier cas a été confirmé vendredi au Danemark. Il s'agit d'une Danoise rentrée mercredi de New York. L'Allemagne compte également quatre cas avérés. Parmi eux, un cas de grippe porcine chez une infirmière qui ne s'est pas rendue au Mexique a été confirmé en vendredi, mais elle a entretemps guéri. Deux cas suspects mais non confirmés sont toujours en cours d'analyse.

    Le premier cas confirmé de grippe porcine contractée au Royaume-Uni et non lors d'un voyage au Mexique, a été annoncé vendredi par le gouvernement écossais. Deux autres cas confirmés de cette maladie hautement contagieuse ont par ailleurs été détectés vendredi en Angleterre, portant à onze le nombre total de cas avérés dans le pays.

    Le laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK), qui fabrique l'antiviral Relenza auquel le virus de la grippe dite «porcine» est sensible, a par ailleurs annoncé qu'il avait augmenté ses niveaux de production pour atteindre 50 à 60 millions de boîtes par an.

    L'Espagne compte désormais 13 cas confirmés, dont un malade contaminé alors qu'il n'avait pas voyagé au Mexique. Un premier cas humain a été confirmé en Suisse, 26 cas sont suspects au total dans huit cantons du pays. L'Autriche et les Pays-Bas ont également confirmés un cas. Des patients sont en observation en Suède, en Grèce, en République Tchèque, en Allemagne, en Italie, en Irlande, en France, en Suisse, en Belgique, en Pologne.

    Au Proche-Orient, Israël a confirmé deux malades. Le continent africain est à son tour touché avec deux cas suspects en Afrique du Sud, chez des personnes de retour du Mexique.

    En Asie, un cas a été officiellement confirmé vendredi à Hong-Kong, sur les quatre suspectés. On compte un cas probable et 5 cas suspects également en Corée du Sud