SANTE: GRIPPE

Publié le par angeline351


Grippe : l'UE ne suspend pas les vols vers le Mexique
Une famille à l'aéroport de Mexico. Les étrangers sont nombreux à se hâter de quitter le pays, dans la crainte de nouvelles restrictions ou annulations de vols après l'alerte de l'OMS.
Une famille à l'aéroport de Mexico. Les étrangers sont nombreux à se hâter de quitter le pays, dans la crainte de nouvelles restrictions ou annulations de vols après l'alerte de l'OMS. Crédits photo : AFP

A Luxembourg, les 27 ont écarté pour le moment l'idée de la France de suspendre les liaisons aériennes vers le Mexique. Depuis le passage au niveau d'alerte 5, les Mexicains sont désormais invités à rester chez eux.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) redoute plus que jamais l'explosion d'une pandémie de grippe porcine. L'agence sanitaire, qui recense pour l'instant 105 cas confirmés dans le monde, a décidé mercredi soir de déclencher la phase 5 d'alerte pandémique, sur une échelle de six niveaux. L'OMS appelle les pays à activer leur plan de préparation à la pandémie. Elle encourage à réduire les voyages ainsi que les rassemblements liés aux transports publics, mais elle ne recommande pas de restrictions officielles de déplacement vers les pays touchés.

Les pays sont en outre invités à distribuer des antiviraux et à lancer la préparation de la vaccination. Quant aux pays non encore infectés, l'organisation onusienne leur conseille la mise en place de contrôles sanitaires aux frontières.

Les pays multiplient les mesures préventives : interdiction d'importation des porcs mexicains en Chine, Thaïlande ou Equateur et incitation à ne pas se rendre au Mexique émise par la Russie, le Canada, le Royaume-Uni, la France, l'Italie ou les Pays-Bas.

Malgré cette hausse du niveau d'alerte, la commissaire européenne à la Santé Androulla Vassiliou a exhorté les Européens de ne «pas paniquer». La majorité des pays de l'UE a d'ailleurs écarté pour le moment une idée française de suspendre les vols aller vers le Mexique. Mais un équipage d'Air France et plusieurs hôtesses et stewards ont d'ores et déjà fait valoir leur droit de retrait depuis samedi pour ne pas embarquer à bord de vols à destination du Mexique.

 

Une écolière française hospitalisée à Paris

La France est protégée contre une pandémie avérée, insistent les laboratoires pharmaceutiques. Roche, producteur du Tamiflu, l'un des deux médicaments recommandés contre la maladie avec l'antigrippal Relenza, assure que les stocks permettent de couvrir «plus de la moitié de la population».

Dans l'Hexagone, une quarantaine de cas suspects, dont 26 en Ile-de-France, sont en cours d'investigation. Cinq sont pour l'instant jugé «probables». Un de ces cas souffre de grippe de type A comme le H1N1, différent du virus de la grippe saisonnière. Deux autres sont moins avancés dans les tests et deux ont une probabilité renforcée par des contacts avec des personnes atteintes. On attend également les résultats d'analyse d'une fillette de 9 ans, vivant à Paris. De retour en France après un séjour au Mexique,elle a été hospitalisée d'urgence mercredi après avoir été victime d'un malaise dans son école du XVIII arrondissement. La France va «vraisemblablement passer au niveau 5» d'alerte, a confié Nicolas Sarkozy, avant une réunion de crise à Matignon jeudi soir.

 

Les Mexicains invités à rester chez eux jusqu'à mardi

Au Mexique, foyer d'origine du virus mutant H1N1, le gouvernement de Felipe Calderon, accusé de n'avoir pas su réagir à temps face à l'épidémie , et qui peine à contenir l'épidémie, invite désormais les Mexicains à rester chez eux jusqu'au 5 mai. Les autorités mexicaines, compte huit décès dûs à la grippe porcine, et 84 cas de décès «suspects» qui pourraient être dûs à la maladie. Le nombre de patients infectés est à la hausse, 99 contre 49, mais 91 d'entre eux «vont bien», selon le ministère de la Santé. Le pays a mis en place un système de dépistage rapide qui doit permettre de détecter et d'isoler plus rapidement les citoyens soupçonnés d'être contaminés.

Le député PS du Pas-de-Calais Guy Delcourt a d'ailleurs réclamé «par mesure de sécurité» le rapatriement de la Française Florence Cassez, emprisonnée au Mexique pour participation à des rapts.

Les Etats-Unis (91 cas confirmés) ont enregistré un premier décès sur leur sol : un enfant mexicain atteint qui était venu se faire soigné au Texas. Dans cet Etat comme en Californie, l'état d'urgence a été décrété. Le président Obama a appelé ses compatriotes à la plus grande vigilance, leur conseillant de mettre la main devant la bouche lorsqu'ils toussent et de se laver les mains.

Connu pour ses gaffes, le vice-président américain Joe Biden a déconseillé à ses concitoyens de prendre l'avion ou le métro. «Je dirais aux membres de ma famille --et c'est ce que j'ai fait--, que je n'irais dans aucun lieu confiné pour l'instant», a confié le démocrate lors d'une interview. «Dans un avion, si quelqu'un éternue, cela se propage dans tout l'appareil». Des propos alarmistes, qu'a dû nuancer après coup la porte-parole du vice-président.

Toujours en Amérique du Nord, 19 cas avérés ont été découvert au Canada. Le Costa-Rica, avec deux malades, est le premier pays d'Amérique Centrale à être touché. Au Pérou, un premier cas a été décelé, chez une ressortissante argentine de retour du Mexique et neuf autres cas sont suspects. Le Chili a placé 24 personnes sous surveillance, la Colombie 59 dont 10 «de manière très étroite». Au Brésil, 20 personnes sont en observation.

En Océanie, la Nouvelle-Zélande a recensé 3 cas confirmés et 13 «probables», pour un total de 111 cas suspects. Les autorités australiennes, qui enquêtent sur 114 cas, recherchent 22 de leurs ressortissants ayant emprunté le même vol que les Néo-zélandais contaminés.

 

Treize malades en Espagne

En Europe, outre l'Allemagne avec trois cas, la Grande-Bretagne compte huit cas confirmés et 75 cas suspects. L'Espagne compte désormais 13 cas confirmés, dont un malade contaminé alors qu'il n'avait pas voyagé au Mexique. Un premier cas humain a été confirmé en Suisse, 26 cas sont suspects au total dans huit cantons du pays. L'Autriche et les Pays-Bas ont également confirmés un cas. Des patients sont en observation au Danemark, en Suède, en Grèce, en République Tchèque, en Allemagne, en Italie, en Irlande, en France, en Suisse, en Belgique, en Pologne.

Au Proche-Orient, Israël a confirmé deux malades et le Costa-Rica, où deux cas sont avérés dont une jeune femme de 21 ans.

Le continent africain est à son tour touché avec deux cas suspects en Afrique du Sud, chez des personnes de retour du Mexique.

En Asie, on compte un cas probable et 5 cas suspects en Corée du Sud, qui en recensait 9 mardi, 4 à Hong-Kong.