Aucune région n'est à l'abri de la grippe porcine.

Publié le par angeline351

SANTE

Ces employés du CHU de Valence (Espagne), où est hospitalisé un des cas suspects de grippe porcine, redoublent de précautions.
Ces employés du CHU de Valence (Espagne), où est hospitalisé un des cas suspects de grippe porcine, redoublent de précautions. Crédits photo : AP

Les cas avérés se multiplient dans le monde entier. Les gouvernements déconseillent les voyages vers les régions touchées. L'OMS a de son côté averti que les contrôles aux frontières «ne marchent pas».

Aucune région n'est à l'abri de la grippe porcine. La mise en garde de l'Organisation mondiale de la santé, qui a relevé à 4 sur 6 son niveau d'alerte est claire. L'agence sanitaire a pris cette décision parce que le virus se transmet entre humains et qu'elle observe une «une montée en puissance significative» du risque de pandémie.

Alors que l'origine du virus reste mystérieuse, les cas suspects et avérés sont de plus en plus nombreux. La grippe porcine est désormais présente sur quatre continents : aux Amériques (Mexique, États-Unis, Canada), en Europe avec des cas avérés en Espagne et en Grande-Bretagne, en Asie avec un cas «probable» en Corée du Sud et en Océanie avec trois cas confirmés en Nouvelle-Zélande.

Les pays multiplient les mesures de prévention pour tenter de limiter la propagation du virus: renforcement des contrôles aux frontières et dans les aéroports, suspension des importations de viande de porc en provenance des régions infectées, restriction des voyages au Mexique et dans certains Etats américains. L'OMS a dans le même temps averti que les caméras thermiques , censées repérer les passagers fiévreux aux aéroports, ne sont d'aucune utilité.

Au Mexique, le virus de la grippe porcine aurait déjà tué 152 personnes. L'épidémie pourrait toutefois donner des signes de ralentissement, selon le ministre mexicain de la Santé. Le nombre des décès suspects est passé de six samedi à cinq dimanche et trois lundi. Ces chiffres ne concernent certes que des victimes adhérentes du service national de Sécurité sociale, mais peuvent constituer une référence, a-t-il expliqué.

Le gouvernement fédéral a annoncé le renforcement des mesures préventives, dont la suspension jusqu'au 6 mai des classes dans les établissements scolaires de tous niveaux dans les 32 Etats du Mexique. Jusqu'à présent seuls les établissement de la capitale et des Etats voisins de Mexico et de San Luis Potosí étaient concernés (lire le reportage de notre envoyé spécial).

En Colombie, les autorités sanitaires colombiennes ont placé sous surveillance 12 personnes arrivées du Mexique présentant des symptômes de grippe mais qui ne sont pas dans un état grave.

Aux Etats-Unis, les autorités sanitaires se préparent à une pandémie. 44 cas avérés ont été recensés lundi dans cinq Etats -28 à New York, 11 en Californie, 2 au Texas, 2 au Kansas et un dans l'Ohio. Un seul de ces patients, âgés de 7 à 54 ans, a été hospitalisé. Un cas suspect a également été détecté dans le Michigan. Les Etats-Unis ont déclaré dimanche l'état d'urgence sanitaire et un dépistage a été instauré aux frontières.

La majorité des malades sont des élèves d'une école privée de New York. 28 lycéens ont été contaminés mais il s'agit pour l'instant du seul foyer d'infection du pays. Trente-trois lycéens français sont présents dans cette école à New York dans le cadre d'un échange. Deux d'entre eux ont présenté des symptômes grippaux et ont été traités au Tamiflu. Aucun n'a été hospitalisé, ils n'ont maintenant plus aucun symptôme, selon le consul de France à New-York.

La grippe porcine est «un sujet d'inquiétude», a reconnu le président américain Barack Obama devant l'Académie nationale des sciences. «Mais il n'y a pas de raison de s'alarmer», a-t-il assuré. La secrétaire à la Sécurité intérieure Janet Napolitano a souligné pour sa part que les Etats-Unis «agissaient comme s'ils se préparaient à une pandémie».

L'augmentation du nombre de cas aux Etats-Unis n'est pas due à une propagation de la maladie, mais à une meilleure détection, ont affirmé les autorités sanitaires qui vont distribuer 11 millions de traitements antiviraux issus des stocks fédéraux dans les Etats touchés.

Le Canada a annoncé six cas avérés de grippe porcine: quatre dans la province atlantique de Nouvelle Ecosse et deux en Colombie-Britannique, à l'ouest du pays. Il s'agit d'étudiants ayant participé à un voyage scolaire au Mexique dans la péninsule du Yucatan et leur infection va de «bénigne» à des symptômes «modérés».

Un premier cas suspect a été enregistré en Corée du Sud chez une femme de 51 ans de retour du Mexique et «probablement» atteinte de la grippe porcine, a indiqué l'agence sanitaire nationale.

Le Japon a décidé mardi de durcir les conditions d'octroi des visas aux Mexicains et a invité ses ressortissants à éviter ou à quitter le Mexique, dans le cadre des mesures de prévention contre la propagation du virus de la grippe porcine.

La Nouvelle-Zélande a confirmé mardi que des écoliers de retour d'un voyage au Mexique avaient contracté le virus grippal H1N1. Le ministère de la Santé a déclaré que des examens effectués par un laboratoire de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en Australie sur des échantillons de trois des onze membres du groupe s'étaient révélés positifs. Les huit autres sont également considérés comme porteurs de la maladie.

En Israël, un premier cas de grippe porcine a été confirmé chez un jeune homme rentré récemment d'un séjour au Mexique et qui avait été hospitalisé dimanche, a annoncé mardi la radio militaire israélienne. Les examens effectués sur Tomer Vajine, âgé de 26 ans, ont confirmé la présence du virus de la grippe porcine.

 

Premier cas détecté en Europe, l'UE appelle à la vigilance

De l'autre côté de l'Atlantique, l'Espagne et la Grande Bretagne ont annoncé lundi les premiers cas avérés en Europe.

En Espagne, à Almensa, un jeune homme de 23 ans, qui avait séjourné au Mexique, a développé la maladie.La ministre espagnole de la Santé Trinidad Jimenez a confirmé mardi un deuxième cas de grippe porcine, à Valence. Le patient faisait partie des 26 cas suspects qui ont été recensés lundi soir en divers points du pays et qui faisaient l'objet d'un suivi médical.

En Grande-Bretagne, deux cas ont été confirmés lundi soir en Ecosse. Les deux voyageurs qui revenaient du Mexique «récupèrent bien». Sept autres personnes, parmi les 22 qui avaient été en contact avec les deux malades, ont développé de «légers symptômes» grippaux, sur lesquels les autorités enquêtent.

Par ailleurs en Autriche, une femme âgée de 28 ans a été hospitalisée avec les symptômes de la grippe porcine après son retour du Mexique. La malade a été placée en quarantaine.

Aux Pays-Bas, «quelques cas suspects » de grippe porcine ont été détectés, a annoncé mardi l'Institut néerlandais pour la santé et l'environnement (RIVM), sans apporter plus de précisions.

L'Italie, la Belgique, la Suisse, le Danemark et la Suède attendent les résultats des analyses sur plusieurs cas suspects.

La France a relevé à 4 son niveau de vigilance face à l'épidémie de grippe porcine en application d'une recommandation de l'OMS, a annoncé mardi Nicolas Sarkozy lors d'une conférence de presse commune avec le chef du gouvernement espagnol José Luis Zapatero. Le niveau 4 de l'échelle de vigilance signifie que les déplacements de Français au Mexique sont déconseillés. Aucun cas de grippe porcine n'a été avéré pour l'instant dans l'Hexagone.

Les 27 pays de l'Union européenne se mettent en ordre de bataille. Une réunion extraordinaire des ministres de la Santé de l'UE est prévue jeudi à Bruxelles. La commissaire européenne à la Santé, Androulla Vassiliou, a appelé les Européens à éviter les déplacements «non indispensables» dans les zones affectées par l'irruption de grippe porcine, à savoir pour l'essentiel le Mexique et certains Etats américains.Par ailleurs, la Commission européenne préconise de changer la dénomination «grippe porcine» en «nouvelle grippe» pour éviter des conséquences économiques désastreuses pour l'industrie du porc.

Un test de détection plus rapide

Les laboratoires pharmaceutiques sont sur le pied de guerre pour tenter de mettre au point un vaccin adapté. Mais rien ne devrait être produit avant quatre mois.Une équipe de chercheurs de Hongkong travaille pour mettre au point un test qui ramènerait le temps de diagnostic de la grippe porcine de quelques jours à quelques heures.

Les chercheurs hongkongais ont joué un rôle important dans la découverte du SRAS et ils ont proposé des moyens de la combattre. Le virus H5N1, diffusé en 2003, avait alors causé plus de 900 morts. Hongkong utilise les données génétiques sur le virus partagées par l'OMS pour élaborer son test, a expliqué Thomas Tsang, contrôleur du centre de protection sanitaire du territoire. Le test pourrait être opérationnel dans une semaine.

Publié dans SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article