ETRE ATTENTIVE SANS PANIQUER

Publié le par angeline351



  • Grippe porcine : « Etre très attentif, mais sans paniquer»
    Propos recueillis parMartine Perez
    «S'il arrive qu'un cas soit confirmé, le gouvernement est prêt à faire face à la situation», a souligné Roselyne Bachelot dimanche.
    «S'il arrive qu'un cas soit confirmé, le gouvernement est prêt à faire face à la situation», a souligné Roselyne Bachelot dimanche. Crédits photo : Le Figaro

    Alors qu'un cas humain suspect de grippe porcine a été identifié en France, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot fait le point sur les mesures déjà prises dans les aéroports, les hôpitaux et les services d'urgence.

    LE FIGARO - Faut-il s'inquiéter de cette nouvelle épidémie d'origine porcine ?
    Roselyne BACHELOT - Il faut être très attentif à l'évolution de la situation, sans pour autant céder à la panique. L'Organisation mondiale de la santé nous a informés, le vendredi 24 avril, de la survenue de cas de grippe au Mexique. Ces cas semblent dus, pour la plupart d'entre eux, à un nouveau virus grippal, H1N1, d'origine porcine. Ce virus a la capacité de se transmettre de personne à personne. Une dizaine de cas ont par ailleurs été recensés à l'ouest des États-Unis. Ils semblent être liés au même type de virus. Le phénomène est d'ailleurs épidémique mais parler de pandémie est prématuré.

    Quelles sont les mesures d'alerte et de prévention qui ont d'ores et déjà été prises ?
    Une réunion interministérielle sur ce sujet s'est tenue vendredi 24 avril 2009 au soir. Dès le lendemain, nous avons activé la cellule de crise du ministère de la Santé. Les autorités sanitaires nationales, en lien étroit avec l'Organisation mondiale de la santé, suivent l'évolution de la situation de façon rapprochée. Un numéro mis en service par le ministère de la Santé, 0825 302 302, permet de donner des informations complémentaires sur la grippe porcine, ses symptômes et ses modes de transmission. Le ministère des Affaires étrangères a également activé un numéro pour les voyageurs. Par ailleurs, il est recommandé aux personnes qui rentrent du Mexique et qui présentent des symptômes comme de la fièvre, des courbatures ou des gênes respiratoires dans les sept jours suivant leur retour, de prendre contact avec leur médecin traitant ou le centre 15 de leur département. Les professionnels de santé ont bien sûr été informés de la situation et de la conduite à tenir. Des recommandations ont été adressées aux personnes résidant au Mexique via l'ambassade de France. Enfin, un point presse aura lieu quotidiennement au ministère de la Santé afin d'informer la population de l'évolution de la situation et des éventuelles mesures retenues. Régularité et transparence sont les clés d'une bonne information.

    Quel est le risque que la France soit touchée par ce virus ?
    À ce jour, aucun cas n'a été recensé sur le territoire français mais les échanges entre le Mexique et la France sont importants. Il faut donc s'attendre à ce que l'on ait des cas suspects qui devront faire l'objet d'une prise en charge adaptée et de tests spécifiques afin de déterminer s'ils sont atteints ou non par ce virus. S'il arrive qu'un cas soit confirmé, le gouvernement est prêt à faire face à la situation.

    Le plan pandémie grippale, qui a été élaboré en prévision d'une épidémie de grippe aviaire, est-il applicable à ce virus ?
    Ce plan est bien entendu applicable à toute pandémie grippale, quelle qu'en soit l'origine.

    Existe-t-il une coordination à l'échelle européenne face à cette alerte ?
    Il existe une première coordination qui est exercée par l'ECDC, le Centre européen de lutte contre les maladies. Par ailleurs, durant la présidence française de l'Union européenne, j'ai demandé le renforcement du Comité de sécurité sanitaire européen, le Health Security Committee. Ce dernier s'est réuni le 25 avril 2009, à la demande de la France. Des représentants des autorités sanitaires des 27 États membres ainsi que l'ECDC et l'OMS ont participé à cette réunion qui a permis de constater la cohérence des mesures prises par l'ensemble des États membres.