MANIFESTATION SYNDICALE EUROPEENNE

Publié le par Oympia Sylvie & Angeline




> MANIFESTATION SYNDICALE EUROPÉENNE STRASBOURG LE 16 DÉCEMBRE



  Le 16 décembre les syndicats en Europe, la CGT FO en France, manifesteront à Strasbourg pour dénoncer le projet de révision de directive Temps de Travail adopté par le Conseil des Ministres de l’UE sur proposition de la Commission européenne en juin 2008.

Pour FO, il s’agit de s’opposer à la déréglementation totale du temps de travail en Europe, à la mise en danger de la santé et de la sécurité des travailleuses et travailleurs, à l’exploitation des travailleurs et à la flexibilité absolues auxquelles conduirait cette directive si elle était adoptée.

En effet, l’accord du Conseil, auquel s’est associé le gouvernement français en juin 2008, alors qu’il s’y était jusque là opposé, conduirait à pérenniser la possibilité de dérogation individuelle (« opt out ») en instaurant une nouvelle limite maximale hebdomadaire du temps de travail à 60 voire 65 heures ! Il prévoit aussi la possibilité de calculer la durée moyenne hebdomadaire du travail sur une base annuelle, conduisant là encore à des semaines de travail excédent très largement les 48 heures (sous les seules limites des temps de repos quotidiens et hebdomadaires prévues par la directive, les semaines maximales de travail pourraient juridiquement – hors réglementations nationales – aller jusqu’à 78 heures voire 89 heures). Enfin, il introduit la notion de périodes inactives de temps de garde sur le lieu de travail non comptabilisées comme temps de travail.

Pour FO, la Directive Temps de travail en vigueur, qui date de 1993, doit être révisée mais en sens totalement contraire : suppression de « l’opt out » et confortation de la durée maximale hebdomadaire (heures supplémentaires incluses) à 48 heures telle que le prévoyait la réglementation en France conformément à la Convention n°1 de l’OIT.

Les 16 et 17 décembre le vote au Parlement européen portera sur des amendements à l’accord du Conseil, qui, sans être totalement satisfaisants, permettraient dans un premier temps de le mettre en échec.

FO s’est adressée en ce sens à l’ensemble des élus français des principaux groupes politiques au Parlement européen.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article