LA BANQUE DES PAUVRES

Publié le par Olympia Sylvie & Angeline1





LA BANQUE DES PAUVRES SE PORTE BIEN

L’activité du service de prêts sur gage géré par le Crédit municipal de Paris a augmenté de 20% depuis le début de l'année et s'est accélérée en avril. Une progression sans précédent.


Drôle d’époque! En pleine tourmente financière, il y a une institution bancaire qui tire son épingle du jeu, c’est le Crédit municipal et son service de prêts sur gage. Seule banque accordant des prêts à des personnes jusqu'à l'âge de 80 ans, l'ancien Mont-de-Piété connaît actuellement une affluence record. «La fréquentation du service de prêt sur gage a augmenté de 20% depuis le début de l'année et cela s'est accéléré en avril, une augmentation sans précédent de mémoire de salariés», a souligné, lundi à l’AFP, le chargé de communication de la banque, Vincent Vogt.

Installé à Paris (IVe arrondissement), l’institution voit défiler des gens de tous milieux mais sa clientèle est surtout composée de personnes modestes qui viennent mettre en gage leurs objets précieux comme les bijoux (80% des dépôts) mais aussi des vins, des instruments de musique, des montres, des fourrures ...Histoire de joindre les deux bouts. Le Crédit municipal avance alors jusqu'à 50% de la valeur estimée de l’objet mis en gage. L'emprunteur peut récupérer son bien, au bout d'un an moyennant un taux allant de 9% à 12% environ, ou plusieurs années plus tard. Il peut aussi demander au Crédit municipal de vendre son bien aux enchères. L’institution se charge alors de l’opération. Dans 93% des cas, les objets déposés sont repris par leur propriétaire au bout d’un certain temps.

L’objectif du crédit municipal n’est pas de faire des bénéfices mais de rester à l'équilibre. «Ce qui fait que nous sommes un vrai service social», explique M. Vogt qui précise surtout que l’activité de la banque «est un bon thermomètre du chômage, car une enquête de l'INSEE montre que les courbes de demande de prêts et celles du chômage sont parallèles
. CQFD.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article