DÉTÉRIORATION DU POUVOIR D'ACHAT

Publié le par Olympia Sylvie & angeline351

> NON À LA DÉTÉRIORATION DU POUVOIR D'ACHAT DES PENSIONS ET DES RETRAITES

Le 16 octobre 2008 mobilisons nous pour exiger l'augmentation des pensions et des retraites.


Le 16 octobre, l’UCR FO ainsi que les autres Unions Confédérales de Retraités ont pris la décision d’appeler à une mobilisation nationale des retraités et futurs retraités.

Objectifs de cette nouvelle initiative nationale : dénoncer la dégradation du pouvoir d’achat des retraites et rendre visible la situation et les revendications des retraités.

Hausser le ton sur la question de la détérioration du pouvoir d’achat des retraites

La revalorisation des pensions de 0,8 % au 1er septembre 2008, réponse gouvernementale à la mobilisation des retraités le 6 mars dernier, n’est pas une réponse à la hauteur des revendications des retraités car la mesure ne comble pas la perte du pouvoir d’achat des retraites et pensions subie.

Les retraités savent compter. Pour cette seule année 2008, au regard de l’augmentation générale du coût de la vie, avec une revalorisation de 1,1 % au 1er janvier + 0,8 % au 1er septembre, le compte n’y est pas, tant s’en faut, quant on compare avec les derniers indices connus (+ 3,3 % entre juillet 2007 et juillet 2008).

Chaque jour, comme tous les salariés, ils constatent les envolées des prix de produits de consommation courante (légumes, fruits, produits de première nécessité), des loyers, des carburants, des transports, du gaz, de l’électricité...

A cela, s’ajoutent les nouvelles dépenses de santé. Les retraités subissent de plein fouet la mise en place des nouvelles franchises médicales, des déremboursements de médicaments, du bouclier sanitaire, mesures qui se cumulent au ticket modérateur, aux différents forfaits et pénalités (en cas de non suivi du parcours de soins coordonné) avec, pour corollaire, l’augmentation des tarifs des complémentaires santé. Ces mesures s’avèrent très pénalisantes pour tous les retraités les plus défavorisés qui pour des raisons financières peuvent être contraints de reporter voire de renoncer à des soins.

Pour l’UCR FO, l’augmentation du pouvoir d’achat des salaires et des retraites reste une revendication majeure et une urgence absolue.

Les dernières analyses de la CNAV, qui présentent les effets de la réforme de 2003 (dite réforme Fillon) sur la progression des pensions entre 1994 et 2003, confortent nos analyses.

Ainsi, suite à la modification des paramètres de calcul de la retraite opérée depuis 1993 et à l'indexation des pensions sur les prix il est démontré qu’«un retraité percevant déjà sa pension en 1994, a eu une pension inférieure de 8 % en 2003, comparativement à une indexation qui aurait été faite selon l’évolution du salaire moyen...». L’extrapolation à partir des données étudiées sur la période 1994-2003, montre par ailleurs «qu’à l’issue de 25 années, l’effet de l’indexation sur les prix pourrait induire une moindre pension de l’ordre de 20 %...». Il est inacceptable que les retraités soient pénalisés par l’actuelle répartition de la richesse, que leur situation financière s'aggrave d’année en année et qu’ils se paupérisent.

Il ne doit pas y avoir de retraite en dessous du SMIC

Les différentes mesures prises à l’égard des «faibles retraites» s’avèrent largement insuffisantes, notamment celles qui relèvent du minimum contributif restent inférieures au SMIC. Prés de 4 millions de retraités du régime général perçoivent le minimum contributif (638,68 €/mois) soit prés de 42 %des retraités de la Sécurité sociale. Il s’agit d’assurés sociaux (très majoritairement des femmes) qui durant toute leur vie de travail ont cotisé pour se constituer des droits propres à la retraite mais ont eu de faibles rémunération ou se sont trouvés en invalidité.

La montée du «risque de pauvreté des retraités» fait craindre une précarisation grandissante de cette catégorie de population. Les études de l’INSEE montrent que les retraités représentent une part croissante de la population dans les statistiques de la pauvreté.

Toutes ces situations, vécues comme une profonde injustice, justifient la poursuite des actions de mobilisation dans le prolongement de celles que nous avons engagées le 6 mars dernier.

L’UCR FO dit « NON à la précarité des retraités»

Le 16 octobre 2008, soyons nombreux à répondre à l’appel de l’UCR FO!

POUR la défense des régimes de retraite par répartition, garants de la solidarité intergénérationnelle.

POUR la revalorisation des retraites et pensions et leur indexation sur l’évolution des salaires.




POUR la défense du pouvoir d’achat des retraites et pensions.

Cette journée d’action sera l’occasion de Manifestations, Défilés, Délégations ou Contacts avec les pouvoirs publics définis localement par chaque Union Départementale de Retraités.

Pour le succès de cette mobilisation, prenez contact avec votre Union Départementale de Retraités.


Secteur Retraites
Devy Bernard
> Retraites régime général
> Retraites complémentaire

> Prévoyance sociale
> UCR


Vos déleguées FORCE OUVRIERE
Olympia & Sylvie









Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article