FACE A LA RECESSION, LES REVENDICATIONS

Publié le par angeline351

Face à la récession, les revendications !












T
ous les indicateurs sont au rouge : la récession est là.
France, Italie (-0,3%), Allemagne (-0,5%)... Le taux de la croissance économique est négatif.
Commerce, immobilier, automobile... Tous les secteurs sont touchés. Les investissements reculent, l’emploi aussi : 12 000 emplois ont été détruits, 45 000 postes supprimés dans l’intérim en 3 mois.
Malgré les dénégations gouvernementales les prix galopent : ils ont augmenté de 6,6% dans la grande distribution (Les Echos du 29 août). Le gouvernement, lui, n’a pas hésité à augmenter de 2% le prix de l’électricité et de 5% celui du gaz, (la troisième fois en un an). Officiellement l’inflation va atteindre 4%. Le pouvoir d’achat dégringole.
Le Premier Ministre a réuni ses ministres le 18 août dernier, d’abord pour décréter qu’il n’y avait pas de récession, ensuite pour affirmer qu’il n’y avait pas besoin de plan de relance, et enfin pour annoncer qu’il allait accélérer ses «réformes structurelles».
Pas de relance, au nom de nos «engagements européens». Il serait impossible de relancer les dépenses publiques et de soutenir la consommation.
«Le remède serait périmé» parce que «la France a abandonné à l’Europe la gestion de sa monnaie, donc de ses taux d’intérêt». (Le Figaro ).Tant pis pour nous si les fins de mois deviennent impossibles. Il faudrait dire merci.
«Réformes structurelles» : comprendre accélération de la RGPP (révision-destruction générale des politiques publiques), saccage des services publics, nouvelles attaques contre la protection sociale avec «l’introduction des mécanismes de marché dans les systèmes de soins» comme le préconise la Commission européenne, poursuite des privatisations (la Poste), blocage des salaires (à commencer dans la Fonction Publique). On sait donc à quoi s’attendre.

Il faudra autre chose que des journées d’action à répétition ! Mais les rodomontades de M.Sarkozy au début de l’été sur les grèves «inaperçues» pourraient bien se retourner contre lui.
Le ras-le-bol est là.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article