PORTUGAL LA DÉMOCRATIE

Publié le par angeline351

PORTUGAL  LA DÉMOCRATIE

Au Portugal, mercredi dernier, nous avons assisté au début des célébrations du 50e anniversaire du 25 avril. Bien que la révolution du 25 avril n'ait eu que 50 ans en 2024, la devise visait à célébrer la liberté en grand - la liberté des Portugais face à un régime dictateur, la liberté contre l'oppression, la liberté de s'exprimer, la liberté de choisir qui nous voulons être le représentants de notre pays, la liberté d'être des hommes et des femmes dans une société à part entière, sans oppression de genre, la liberté d'être nous.

Le Portugal a vécu 17 499 jours sous une dictature, avec le soi-disant Estado Novo, dirigé par le dictateur António de Oliveira Salazar.        Il y a eu des années subies au Portugal, de faim, de misère, de scolarisation réduite, dans un pays de province aux yeux d'une Europe plus évoluée. Salazar était considéré par beaucoup comme un dictateur modéré et l'histoire racontée par d'autres, il n'était même pas du tout considéré comme un dictateur.

Plusieurs pays européens ont été dominés par des régimes dictatoriaux à partir des années 1920, où la force et l'oppression semblaient à l'époque être la réponse à un régime libéral affaibli. Commençant en Italie, en 1922, avec Benito Mussolini, suivi de Salazar, au Portugal en 1932, Adolf Hitler en Allemagne en 1933, avec toute sa barbarie, et le général Francisco Franco en Espagne, en 1939, qui se distingua par la guerre sanglante. guerre civile dont il sortira vainqueur.

Il y a eu des années de guerre, de lutte et de misère dans une Europe qui s'est battue sans relâche, laissant une traînée de destruction, de peur, de douleur, de faim, avec des pertes incalculables pour les familles, dont beaucoup ont été complètement décimées par l'extermination, avec le pire qu'une guerre puisse apporter . Malgré notre dictature, le Portugal a été épargné par la guerre, malgré le fait que nous vivions sous un régime d'oppression à l'époque, Salazar a toujours essayé d'épargner le Portugal et les Portugais du massacre d'une guerre.

L'Europe occidentale d'aujourd'hui, plusieurs décennies plus tard, est très différente d'avant. Les dictatures ont pris fin, l'Europe s'est unie dans la paix et le communisme n'est plus la menace qu'il représente, avec ses idéaux utopiques.

Au Portugal, à l'initiative des cadres moyens de l'armée, la Révolution des Œillets, le 25 avril 1974, mettra fin à la dictature et nous donnera la liberté à laquelle nous aspirons tous. Et ainsi nous avons passé plus de jours sous un régime de liberté que sous un régime de dictature. Nous sommes une démocratie très jeune, mais solide et certaine de ce que nous voulons.                                     Nous vivons encore la période de lissage et d'ajustement de notre système, afin d'atteindre les points clés d'une démocratie en plein essor : la protection de ses citoyens ; promouvoir l'égalité, dans laquelle tous les Portugais sont égaux devant la loi et tous les Portugais (résidents ou non-résidents au Portugal) ont le droit de vote ; éviter les abus de pouvoir, dans lesquels les élus politiques ont la responsabilité de répondre par la volonté de ceux qui les ont élus, sous peine de ne pas être réélus et de créer la stabilité,

Le Portugal vit toujours avec beaucoup de misère, les Portugais vivent toujours avec beaucoup de difficultés et continuent d'aspirer au bien-être que connaissent d'autres pays européens, avec des démocraties plus anciennes et plus robustes.                             Les Portugais continuent d'attendre avec impatience le jour où ils n'auront plus besoin d'émigrer et de quitter leur pays, afin de donner à leur famille une vie digne.                                       Nous avons raison et sommes reconnaissants de notre liberté, mais nous voulons plus et mieux, pour le Portugal et pour les Portugais. Nous voulons pouvoir construire et travailler au Portugal, sans avoir à dire au revoir à ceux que nous aimons et que nous laissons derrière nous. La liberté, c'est aussi savoir choisir, pour un pays meilleur et plus conscient des efforts de chacun de nous, de chacun des Portugais.

 

Publié dans EUROPE, PORTUGAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article