Ukraine : Un journaliste qui a manifesté à la télévision russe condamné à une amende et libéré

Publié le par angeline351

Ukraine : Un journaliste qui a manifesté à la télévision russe condamné à une amende et libéré

La journaliste russe Marina Ovsyannikova, qui a manifesté en direct à la télévision d'Etat contre la guerre en Ukraine et a été jugée aujourd'hui pour "manifestation illégale" devant un tribunal de Moscou, a été condamnée à payer une amende et libérée.

Reconnue coupable d'avoir commis "une infraction administrative" - ​​pour être apparue lundi au journal le plus regardé de la télévision russe, avec une affiche protestant contre la guerre en Ukraine et la propagande de la presse contrôlée par le Kremlin -, Marina Ovsyannikova doit payer une amende de 30 000 roubles (environ 250 euros).

« Ma vie a beaucoup changé, c'est certain. Je suis content d'avoir exprimé ce que je pensais. Plus important encore, il y a maintenant une nouvelle tendance : d'autres journalistes suivent mon exemple », a déclaré Ovsyannikova à la fin de l'audience.

Dans une brève déclaration à la presse, la journaliste russe a dit vouloir, avant tout, se "reposer" après cette expérience "très difficile".

"Ce furent des jours très difficiles dans ma vie, j'ai passé presque deux jours sans dormir, l'interrogatoire a duré 14 heures", a-t-il rapporté.

"Je n'avais pas le droit de parler à ma famille, ni accès à une assistance juridique et c'est pourquoi j'étais dans une situation très difficile", a-t-il expliqué, ajoutant : "Maintenant, j'ai besoin de me reposer".

Des images de son intervention en direct au journal du soir de Pervy Kanal ont circulé dans le monde entier, et de nombreux internautes ont salué son acte de "courage extraordinaire" dans un contexte de répression impitoyable contre toute voix critique en Russie.

La journaliste, fille d'un père ukrainien et d'une mère russe, est entrée dans le studio de télévision pendant le journal Vremya (Tempo) de Channel 1, montrant, derrière le pivot, une pancarte avec le message « Non à la guerre. Mettre fin à la guerre. Ne croyez pas la propagande. Ici, ils vous mentent. Russes contre la guerre ». Elle a ensuite été arrêtée par la police.

Bien que libérée aujourd'hui, elle risque toujours d'être inculpée de crimes passibles de lourdes peines de prison.

Apparemment, l'audience d'aujourd'hui n'était pas directement consacrée à l'action de protestation d'Ovsyannikova au journal Pervy Kanal, mais à une vidéo diffusée en parallèle sur Internet, dans laquelle elle condamnait l'entrée des troupes russes en Ukraine.

Son avocat, cité par l'agence de presse française AFP, a déclaré qu'il doutait qu'elle soit jugée pour avoir publié de "fausses informations" sur l'armée russe, un crime passible d'une peine maximale de 15 ans de prison.

L'action de protestation de la journaliste a été saluée, entre autres, par la Commission européenne, dont le porte-parole de la politique étrangère l'a qualifiée de "prise de position morale courageuse", et par le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui, dans un discours, l'a remerciée pour son "courage" et celle des Russes qui continuent d'essayer de faire passer la vérité".

Aux premières heures du 24 février, la Russie a lancé une offensive militaire en Ukraine qui a déjà fait fuir 4,8 millions de personnes, dont plus de trois millions vers les pays voisins, selon les dernières données de l'ONU - la pire crise en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).

L'invasion russe a été condamnée par la communauté internationale en général, et de nombreux pays et organisations ont imposé des sanctions à la Russie qui affectent pratiquement tous les secteurs, de la banque au sport.

La guerre en Ukraine, qui est entrée aujourd'hui dans son 20e jour, a fait un nombre encore indéterminé de morts et de blessés, qui pourraient se compter par milliers.

Tout en admettant que « les chiffres réels sont considérablement plus élevés », l'ONU a confirmé aujourd'hui au moins 691 morts et 1 143 blessés parmi la population civile, dont plus d'une centaine d'enfants.

Publié dans EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article