Président portugais  rappelle « la symbolique de la victoire de la démocratie sur la dictature »

Publié le par angeline351

Président portugais  rappelle « la symbolique de la victoire de la démocratie sur la dictature »

participant à la Praça do Comércio, à Lisbonne, où ont commencé aujourd'hui les commémorations du 50e anniversaire du 25 avril, le président de la République s'est adressé au pays et a souligné, en tant que constitutionnaliste, l'importance de « tourner cette commémoration vers le futur".

Semblable à ce que le Premier ministre avait déjà dit, le chef de l'Etat a indiqué dans son allocution que cette date correspond « au moment où la durée de la dictature, qui comprenait la période militaire à partir du 28 mai 1926, a été dépassée ». durée de la démocratie ».

Il a également souligné que ce qui est le plus important à retenir « c'est la symbolique de la victoire de la démocratie sur la dictature », ainsi que la « constitution démocratique qui nous gouverne avec 45 ans et près de 11 mois de vie » et qui a déjà duré, selon au président, « beaucoup plus longue que la constitution anti-démocratique de 1933 qui avait moins de 41 ans ».

Puis dans le discours, le président a réfléchi sur le sens de ces commémorations, qui sont selon lui "célébrer le passé dans ce qui mérite d'être célébré", mettant notamment en exergue la lutte "qu'a menée la dictature après 1926", ceci en tenant compte "la perte de la vie, de la liberté, du lien physique avec la patrie, dans la censure, dans les prisons, dans la torture, dans la répression, au Portugal et dans les colonies", qui a eu lieu à cette époque.

Dans son discours, le président parle également de l'avenir et déclare que "le voyage qui commence aujourd'hui ne peut pas rester dans la célébration contemplative du passé", c'est-à-dire "dans ce qu'il y avait de meilleur". « Il faut aller plus loin ! Analyser ce passé dans ce qui n'a pas été le meilleur, y ajouter la réflexion sur le présent et l'avenir à la recherche de réponses aux frustrations, déceptions, faiblesses et insuffisances de la démocratie et de la liberté rêvées puis vécues. ", a déclaré Marcelo Rebelo de Sousa.

Et il ajoute que : « Célébrer le 25 avril, c'est se souvenir de toute la différence profonde entre avoir la liberté et la démocratie et ne pas en avoir, comme il n'y en a pas eu entre le 26 et le 75 ».

Enfin, il laisse un avertissement à l'avenir de ces célébrations, qui dureront jusqu'en décembre 2026, que "nous devons tourner cette célébration vers l'avenir".

Publié dans PORTUGAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article