Marcelo admite convocar Conselho de Estado para discutir posição de Portugal sobre invasão à Ucrânia

Publié le par angeline351

Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a admis ce jeudi qu'il envisageait de convoquer le Conseil d'Etat "en temps voulu", suite à une éventuelle "position complémentaire" du Portugal par rapport à l'offensive militaire russe en Ukraine. Pour le chef de l'Etat, les responsables politiques au niveau mondial doivent être prudents dans leurs déclarations. 

Ces déclarations sont intervenues à l'issue d'une visite dans un pavillon de la police municipale de Lisbonne, en préparation pour l'accueil d'urgence des réfugiés ukrainiens, où il était accompagné du maire de Lisbonne, Carlos Moedas, de l'ambassadeur d'Ukraine au Portugal. , Inna Ohnivets, par la directrice du service municipal de protection civile, Margarida Castro Martins, ainsi que par la présidente de la Croix-Rouge portugaise, Ana Jorge.

Marcelo a défendu qu'en ce moment, les dirigeants politiques au niveau mondial devraient s'abstenir de leurs déclarations, au nom de la recherche de la paix. Cependant, il a souligné qu'il pouvait y avoir "naturellement" des exceptions, sans citer de noms. 

"Il peut bien sûr y avoir des exceptions, et il y a des exceptions, que l'on peut voir, lorsqu'il s'agit de pays qui sont confrontés à des périodes électorales et où il y a une plus grande demande en termes de clarification ou d'intervention", a observé le chef de l'Etat.

J'envisage, le moment venu, une convocation du Conseil d'Etat. Mais le moment venu, à l'heure où il convient, à la suite du Conseil d'Etat, de prendre toute position supplémentaire, complémentaire par rapport à ce qui a été fait et dit par le Premier ministre, par le ministre des Affaires étrangères, par le ministre de la Défense nationale, et aussi occasionnellement par le président de la République », a-t-il souligné.

Pour Marcelo Rebelo de Sousa, « les médias veulent, en temps réel, transmettre, notamment aux Portugais, ce qui se passe, ce qui se discute, ce qui se prépare et les positions à adopter, mais c'est la prudence qui conseille , pour l'objectif fondamental qui est l'obtention de la paix, que cela conduit à une retenue dans ce qui est dit ».

« L'opinion publique, dans cette idée d'embrasser la cause, en veut plus, immédiatement. sagesse, retenue de la part des responsables », a-t-il souligné. 

Il est rappelé que le Conseil d'Etat, l'organe politique qui consulte le Président de la République, s'est réuni pour la dernière fois le 3 novembre dernier.

Publié dans PORTUGAL, EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article