"Haujourd'hui est un jour historique. Aujourd'hui la liberté dépasse les 17 499 jours de la dictature : 17 500 jours en Liberté", a écrit António Costa dans un message qu'il a posté sur son compte Twitter.

Publié le par angeline351

Aujourd'hui, à 17 heures, au Pátio da Galé, à Lisbonne, aura lieu une séance solennelle dont le premier moment sera la décoration de l'armée en avril par le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa.

Les trois principales personnalités institutionnelles, le président de la République, le président de l'Assemblée de la République, Ferro Rodrigues, et le Premier ministre, António Costa, interviendront ensuite.

"Ce ne sont pas des moments d'intervention très communs des trois, ce qui explique la solennité et l'importance du moment", a souligné dans une interview à l'agence Lusa le président du comité exécutif des célébrations, Pedro Adão e Silva.

Outre le volet formel et institutionnel, la cérémonie comportera également d'autres moments, notamment destinés à la jeunesse.

Le compositeur Bruno Pernadas a écrit une chanson originale pour servir d'hymne à 50 ans de démocratie, et ce thème sera interprété (comme cela s'est produit sur l'enregistrement) par une formation de l'Orquestra Geração - un projet qui tente d'amener la musique classique dans des contextes sociaux considérés plus difficile.

Alice Neto de Sousa, une jeune poétesse, lira un poème original écrit sur 50 ans de démocratie.

Lors de cette cérémonie également, une capsule temporelle sera fermée, contenant un ensemble d'objets et de matériaux à n'ouvrir qu'en 2074, à savoir trois lettres écrites par de jeunes Portugais d'aujourd'hui, lauréats du concours d'écriture du Plan national de lecture. Ces jeunes écriront des lettres aux jeunes de 2074.

Les célébrations du 50e anniversaire du 25 avril dureront jusqu'en décembre 2026, date à laquelle un demi-siècle des premières élections municipales organisées au Portugal sera marqué.

 

 

Publié dans EUROPE, PORTUGAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article