Retour en brèves sur une actualité sociale dense et revendicative

Publié le par angeline351

Retour en brèves sur une actualité sociale dense et revendicative

Qu’elle soit internationale ou nationale, l’actualité sociale n’a pris aucun quartier d’été pendant la période estivale et depuis, elle est particulièrement abondante.
En France, la revendication salariale, appuyée par la confédération, a pris une place de premier plan, d’autant plus avec l’inflation, une économie reprenant des couleurs et une abondance de bons résultats dans les entreprises.
Les travailleurs demandent légitimement un meilleur partage des richesses, notamment en retour de leurs efforts depuis la pandémie.
Ils ont dû souvent recourir à la grève et ont déjà obtenu des victoires.
Quand ce n’est pas encore le cas, le combat se poursuit, pour les emplois, les salaires, les droits, contre des déréglementations et réformes, lancées ou menaçantes... Rétrospective.

Nettoyage
Belle victoire de FO dans les gares du RER C
Les salariés chargés de nettoyer les gares de la ligne C du RER à Paris se sont mis en grève le 27 septembre à l’appel de FO. Ils dénonçaient le non-respect de leurs droits à la suite d’un changement de prestataire. Le repreneur, la société USP Nettoyage (groupe Atalian), refusait de conserver leurs avantages acquis, comme l’y oblige pourtant la convention collective du secteur. Un accord de fin de conflit a été trouvé le 4 octobre, confirmant le respect des accords et avantages en vigueur.


Audience
FO-Justice regroupe ses forces
Le congrès fondateur de FO-Justice s’est tenu début octobre. Cette union des syndicats représentant les personnels rattachés au ministère de la Justice vise à mutualiser les moyens pour mieux défendre les intérêts des agents et préparer les prochaines élections, en décembre 2022. Deux structures complémentaires sont nées : le syndicat FO-Justice (catégories B et C) et l’union FO-Justice (catégorie A). Emmanuel Baudin a été élu secrétaire général de FO-Justice et président de l’union FO-Justice.

Grève nationale interpro
Les travailleurs mobilisés le 5 octobre
Plus de deux cents manifestations ont été organisées le 5 octobre à l’appel de plusieurs organisations syndicales, dont FO. En ce jour de grève interprofessionnelle, les travailleurs se sont mobilisés pour les salaires, les emplois et les conditions de travail. Les revendications portaient aussi sur les retraites, les services publics, l’Assurance chômage... Pour le secrétaire de la confédération FO, Yves Veyrier, il s’agissait de donner un signal au gouvernement et au patronat.

Pass sanitaire
L’opposition de FO à la sanction du licenciement
Le pass sanitaire est devenu obligatoire le 30 août pour les 1,8 million de salariés de certains secteurs.
Au 15 septembre, les soignants disposaient, eux, d’un mois pour parachever leur schéma vaccinal. Dès l’été, FO s’était opposée à la menace de sanctions allant jusqu’au licenciement pour les salariés sans pass sanitaire. Si cette sanction ultime a été abandonnée et celle d’une rupture de contrat de travail pour les CDD et intérimaires invalidée, celle d’une suspension de contrat, sans salaire, a été maintenue. Une sanction lourde, réagissait la confédération le 5 août.

Unédic
Échec du projet patronal de démantèlement de la délégation sur les AGS
Les salariés de l’Unédic étaient en grève le 21 octobre, à l’appel de FO notamment. Ils s’opposaient au projet patronal visant à mettre fin à la gestion opérationnelle du régime de garantie des salaires réalisée par la délégation Unédic-AGS (DUA) pour un transfert à l’AGS. Deux tiers des emplois de l’Unédic étaient menacés de transfert. Le quorum non atteint du conseil d’administration exceptionnel de l’association, le 23 novembre, a signifié l’opposition de quatre syndicats dont FO à ce projet qui a ainsi pu être bloqué.

Territoriaux/Hospitaliers
Une première victoire dans la défense des retraites des titulaires à temps non complet
Adopté en conseil d’administration le 30 septembre, le projet de la CNRACL consistait à affilier à la caisse les agents titulaires à temps non complet de la territoriale et de l’hospitalière, lesquels relèvent actuellement de l’Ircantec. Pour ces agents précaires, cela signifiait une baisse du montant de la pension.
En octobre, les tutelles de la CNRACL ont rejeté le projet et exigé une étude d’impact. C’est une première victoire pour FO qui, contrairement à d’autres syndicats, avait voté contre le projet.

Crise Covid La grève des agents de sûreté a payé
Grâce à une forte mobilisation, les agents de sûreté aéroportuaire, chargés de contrôler les passagers et leurs bagages avant l’embarquement, ont sauvé leur prime annuelle (PASA), équivalent du treizième mois. Refusant que son versement ne soit désormais conditionné à un temps de travail minimum, ils se sont mis en grève illimitée le 16 novembre à l’appel d’une intersyndicale incluant FO. La chambre patronale a capitulé et signé le 24 novembre un accord identique à celui qu’elle avait dénoncé début 2021.

Éducation nationale
Les AESH mobilisées pour leurs salaires
Par la grève, tel le 19 octobre, et des manifestations, la mobilisation des AESH (Accompagnants des élèves en situation de handicap) pour un vrai statut et un vrai salaire s’est poursuivie depuis la rentrée. En majorité des femmes, réunies en une convention nationale et soutenues par FO, elles ont obtenu une première victoire en septembre : une grille prenant enfin en compte l’ancienneté. Tandis que les contrats à temps partiel leur sont imposés, leur lutte pour des salaires calculés sur un temps complet continue.

Agroalimentaire
Grèves pour une reconnaissance salariale
De nombreux salariés de l’agroalimentaire et de la grande distribution (Groupe Pomona, Bergams, Labeyrie, Carrefour Market…) ont fait grève pour les salaires ces derniers mois. Après une deuxième année sur fond de crise sanitaire, ils s’élèvent contre la surcharge d’activité sans contreparties [salariales, NDLR] et ce malgré les bons résultats économiques des entreprises, souligne la fédération FGTA-FO, pointant l’absence de redistribution des richesses et tandis que le pouvoir d’achat des salariés s’étiole.

Hong Kong
Répression contre les syndicats indépendants
Depuis l’été, plusieurs syndicats hongkongais indépendants ont annoncé leur auto-dissolution, parmi lesquels la grande organisation HKCTU dont le secrétaire général, Lee Cheuk Yan, est actuellement emprisonné. Accusés par les autorités de collusion contre l’État, les syndicats et leurs militants sont aux prises avec une répression féroce de la part du régime de Pékin. L’attaque des libertés fondamentales s’est renforcée à Hong Kong depuis le vote d’une loi sur la sécurité nationale en juin 2020.

 

Publié dans COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article