PORTUGAL COVID-19 : le gouvernement annonce une « application très stricte » dans les aéroports du Natal

Publié le par angeline351

COVID-19 : le gouvernement annonce une « application très stricte » dans les aéroports du Natal

Le secrétaire d'État aux Collectivités a indiqué aujourd'hui qu'à Noël il y aura un renforcement "très fort" des contrôles dans les aéroports et aux frontières terrestres de l'application des mesures contre le covid-19.

Soulignant que le contrôle du respect des mesures est de la responsabilité du ministère de l'Administration intérieure, Berta Nunes a déclaré à Lusa qu'elle était "convaincue qu'il y aurait un très fort renforcement" du contrôle des entrées des voyageurs dans les aéroports du Portugal pendant la période de Noël. période.

"Même parce que les personnes qui ont embarqué sans le test [CRP ou antigène rapide] ont déjà été détectées", a-t-il souligné.

Ainsi, "il y aura un renforcement de l'inspection et de l'ensemble de l'opération à l'aéroport de Natal", a-t-il ajouté.

Quant à l'inspection par voie terrestre, "elle sera aléatoire", a-t-il ajouté, parlant à Lusa de la nouvelle situation pandémique et de la manière dont cela pourrait affecter l'arrivée d'émigrants portugais en cette période festive.

Les frontières terrestres "seront ouvertes, cependant, il y aura des points de contrôle aléatoires pour vérifier si les gens apportent le test et, s'ils ne le font pas, il y aura les amendes respectives", a-t-il averti, pour ceux qui peuvent venir en voiture.

« Par rapport à l'aérien, nous avons déjà renforcé et modifié les procédures par rapport aux vols retour, qui viennent principalement du Mozambique, (...), d'Afrique australe, et hier [lundi] ça s'est parfaitement bien passé. INEM là-bas. Et la santé a aidé dans l'organisation, car sur le vol précédent, ANA Aeroportos avait cette responsabilité, et, en fait, ça ne s'est pas bien passé", a-t-il déclaré, évoquant les longues files d'attente à l'aéroport de Lisbonne, les passagers venant de Maputo dimanche, qui ont été surpris par la nécessité d'effectuer des tests à leur arrivée au Portugal.

Nous allons garder cet appareil", a déclaré Berta Nunes.

À Noël, le secrétaire d'État a admis qu'il pourrait également y avoir plus de vols de rapatriement de Maputo vers le Portugal, si la demande le justifie.

Pour l'instant, ils sont programmés les 9, 11, 14 et 16, sur l'axe Lisbonne-Maputo-Lisbonne. Mais, a-t-il souligné, "il y a beaucoup de gens qui annulent" les billets.

"S'il y a plus de demande avant Noël, nous organiserons plus de vols" du Mozambique à Lisbonne, a-t-il assuré, étant donné que le pays fait partie de ceux figurant sur la liste des États d'Afrique australe avec des vols suspendus vers l'Europe, en raison de la nouvelle variante de le coronavirus, Omicron, qui s'est pourtant déjà propagé à plusieurs États hors du continent africain.

Cette variante, en même temps que les chiffres de la pandémie augmentent, elle peut apporter plusieurs limitations pour ceux qui veulent voyager et des incertitudes pour les émigrés de venir ou non passer Noël en famille.

Par conséquent, Berta Nunes rappelle que tous les consulats portugais divulguent des informations sur les voyages au Portugal, tout en envoyant les alertes des pays où ils se trouvent au gouvernement portugais, pour qu'ils soient mis à jour aux voyageurs.

Par conséquent, quiconque souhaite savoir comment voyager au Portugal à Noël doit consulter le Portal das Comunidade, sur Internet, où vous trouverez une brochure "mise à jour en permanence", ou via les pages officielles des consulats, et si vous avez encore des questions , vous pouvez également appeler le service consulaire du pays où vous résidez ou au bureau consulaire d'urgence, en cas d'urgence, conseille le secrétaire d'Etat.

Quant aux critiques formulées par les dirigeants africains sur le fait que les vols vers les pays d'Afrique australe ne sont suspendus que lorsque la variante existe déjà dans de nombreux autres États, Berta Nunes a déclaré qu'"il ne s'agit pas d'un attentat".

De l'avis du responsable gouvernemental, les mesures prises "résultaient de l'incertitude concernant cette nouvelle variante" du virus.

Il a seulement défendu que "ce qui est important c'est qu'il y ait des vaccins, pour que tous les pays puissent faire leur plan de vaccination, le plus rapidement possible, car c'est le seul moyen de se protéger et de mettre fin à cette pandémie".

« Le Portugal a fait un très gros effort, à la fois en faisant don de vaccins aux PALOP [Pays Africains de Langue Officielle Portugaise], et même en soutien matériel et formation, de manière bilatérale, et contribue également au mécanisme Covax », consortium créé pour accélérer le processus de vaccination dans les pays les plus fragiles", a-t-il rappelé.

"Il faut aller plus vite pour vacciner, surtout dans les pays d'Afrique, où la vaccination est plus arriérée", s'est-il défendu.

Publié dans PORTUGAL, EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article