le gouvernement veut que les émigrés passent Noël au Portugal mais informés et avec des tests

Publié le par angeline351

le gouvernement veut que les émigrés passent Noël au Portugal mais informés et avec des tests

Pour les émigrés en général, le gouvernement conseille "qu'ils viennent" à Noël, a précisé la secrétaire d'Etat.

Car la seule condition supplémentaire qu'ils doivent avoir pour se rendre dans leur pays d'origine « par n'importe quelle frontière, terrestre, aérienne, maritime, est d'apporter un test PCR ou un antigène négatif, même s'ils ont été vaccinés ».

De plus, Berta Nunes a recommandé "fortement la vaccination", car il s'agit d'une défense supplémentaire dont ils disposent.

Alors, déjà en vacances au Portugal, "tous les Portugais ayant un numéro de service national de santé ont droit à quatre tests gratuits par mois", a-t-il rappelé.

"Cela signifie que lors de votre séjour, si vous devez vous regrouper avec plusieurs personnes, familiales ou non, qui viennent de divers endroits [du monde], il est conseillé de se faire tester pour éviter la transmission du covid-19 et d'être plus sûr et rentrer sain et sauf », a-t-il lancé.

"Tous les Portugais ont une carte de citoyen avec le numéro d'utilisateur du Service national de santé, donc tout le monde a ce droit", a-t-il souligné.

De l'avis du secrétaire d'État, les émigrants devraient également se soucier de s'informer des mesures requises avant de retourner dans les pays où ils résident.

Rappelant que la Suisse n'exige plus de quarantaine, mais un test négatif à l'entrée et un autre test entre le quatrième et le septième jour de séjour dans le pays, Berta Nunes a prévenu que dans le contexte pandémique actuel, chaque pays « peut avoir des exigences très variables pendant la période de Noël. saison », à un moment où la transmission de la maladie augmente davantage.

Ainsi, « rien n'empêche les émigrés et leurs descendants de venir au Portugal en cette période de Noël », a-t-il conclu.

Cependant, pour ceux qui vivent en Afrique australe, le secrétaire d'État a rappelé les restrictions en place.

« L'arrêté conjoint sur les pays d'Afrique australe, à cause de la variante Ómicron, par plusieurs ministres, sur cette question dit clairement que quiconque a quitté l'un de ces pays au cours des 14 derniers jours, d'Afrique du Sud et de pays voisins comme le Mozambique, il doit faire une quarantaine de 14 jours, en plus de devoir passer un test négatif à l'embarquement et un test négatif à l'arrivée », a-t-il déclaré.

«Ce sont des recommandations qui sont utilisées, non seulement sur les vols que nous organisons maintenant depuis le Mozambique, les vols de retour, mais aussi pour toutes les personnes qui, au cours des 14 derniers jours, sont venues d'un de ces pays d'Afrique australe. Et cela se vérifie dans le passeport lui-même », a-t-il souligné.

Toutes ces exigences ont été créées, a expliqué Berta Nunes, parce que "cette variante est plus contagieuse" et aussi parce qu'il y a encore "beaucoup d'ignorance par rapport à d'autres caractéristiques" de celle-ci.

Par conséquent, ce que le Portugal veut éviter, c'est que cette variante "devienne dominante" dans le pays "jusqu'à ce qu'on en sache plus", pour ensuite "prendre des mesures plus ajustées qui peuvent même être moins rigoureuses", si la conclusion est que la variante " ce n'est pas si inquiétant ».

Le Covid-19 a fait au moins 5 261 473 décès dans le monde, parmi plus de 265,80 millions d'infections par le nouveau coronavirus enregistrées depuis le début de la pandémie, selon le dernier bilan de l'Agence France-Presse.

Au Portugal, depuis mars 2020, 18 572 personnes sont décédées et 1 172 420 cas d'infection ont été enregistrés, selon les données de la Direction générale de la santé.

La maladie respiratoire est causée par le coronavirus SARS-CoV-2, détecté fin 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine, et actuellement avec des variantes identifiées dans plusieurs pays.

Une nouvelle variante, l'Omicron, classée « préoccupante » par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a été détectée en Afrique australe, mais depuis que les autorités sanitaires sud-africaines ont sonné l'alerte le 24 novembre, des infections ont été signalées dans certaines de 30 pays. de tous les continents, dont le Portugal.

Publié dans EUROPE, PORTUGAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article