La dissolution à la limite a permis l'approbation de tous les diplômes, dit le Président

Publié le par angeline351

La dissolution à la limite a permis l'approbation de tous les diplômes, dit Marcelo

Le Président de la République a déclaré aujourd'hui que la dissolution de l'Assemblée de la République décrétée aujourd'hui, dans les délais, permettait l'approbation de tous les diplômes qui attendaient, qu'il a promis d'analyser rapidement.

tous sont approuvés. L'objectif de ne pas dissoudre le 1er [décembre], mais de dissoudre dans la limite, qui est le 5, était de permettre cette approbation. Ils sont approuvés", a déclaré Marcelo Rebelo de Sousa au Campus Carcavelos de l'Universidade Nova de Lisboa.

Le chef de l'Etat a rappelé que certains diplômes avaient déjà été publiés au Journal officiel de l'Assemblée de la République, dont ceux du paquet législatif contre la corruption, dont il a dit qu'il s'attendait à arriver au palais de Belém "mardi, mercredi" et qu'il entend analyser "jusqu'à la fin de la semaine prochaine".

"D'autres devraient être publiés sous peu. Je les examinerai dès que possible", a-t-il ajouté.

Selon le président de la République, "tous ceux qui ont prorogé la date" de la dissolution ont été approuvés, entre "demandes du gouvernement" et "initiatives du parlement".

"Ils seront analysés rapidement", a renforcé Marcelo Rebelo de Sousa.

Le président de la République a officiellement décrété aujourd'hui la dissolution du parlement et la programmation d'élections législatives anticipées pour le 30 janvier, qu'il a annoncées au pays le 4 novembre.

« Le Président de la République a signé aujourd'hui le décret qui procède à la dissolution de l'Assemblée de la République et à la convocation des élections législatives pour le 30 janvier 2022 », lit-on dans une note publiée sur le site officiel de la Présidence de la République sur le Internet vers 11h00.

Aux termes de la Constitution, pendant la période de dissolution du Parlement, fonctionne la Commission permanente de l'Assemblée de la République, composée du président, des vice-présidents et des députés nommés par tous les partis, selon leur représentation parlementaire respective.

Il s'agit de la huitième dissolution de l'Assemblée de la République depuis le 25 avril 1974 et suit l'exemple du Budget de l'Etat pour 2022, lors du vote général, le 27 octobre, avec des voix contre par PSD, BE, PCP, CDS -PP, PEV, Chega et Initiative libérale.

Selon la Constitution, il appartient au Président de la République de dissoudre l'Assemblée de la République, après avoir entendu les partis qui y sont représentés, ce qui s'est passé le 30 octobre, et le Conseil d'État, qui a été entendu le 3 novembre et a donné son assentiment, à la majorité.

La décision officialisée aujourd'hui, par décret, remplit l'obligation constitutionnelle de fixer la date de nouvelles élections, qui doivent se tenir dans les 60 jours, dans l'acte de dissolution, et l'imposition de la loi électorale qu'elles doivent être convoquées au moins 55 jours jours à l'avance.

Publié dans PORTUGAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article