Covid-19 : Von der Leyen admet une discussion sur la vaccination obligatoire dans l'UE

Publié le par angeline351

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a admis aujourd'hui un débat au sein de l'Union européenne sur la vaccination obligatoire contre le covid-19, alors que 150 millions de personnes ne sont pas vaccinées et plus de cinq millions sont mortes de la maladie.

« Tout d'abord, il s'agit d'une compétence des États membres, il ne m'appartient donc pas de faire une quelconque recommandation, mais si vous me demandez quelle est ma position personnelle, il y a deux ou trois ans, je n'aurais jamais pensé assister à la que nous voyons en ce moment où nous avons cette horrible pandémie », a déclaré le chef de l'exécutif communautaire.

S'exprimant lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le jour où l'institution a présenté une communication pour la coordination dans l'UE contre le micron hautement muté, le responsable a dépeint : « Nous avons les vaccins, les vaccins qui sauvent des vies, mais ils ne sont pas utilisés correctement. ”.

Se référant aux données les plus récentes, Ursula von der Leyen a déclaré que 77% des adultes dans l'UE et 66% de la population totale dans l'espace communautaire ont été entièrement vaccinés, ce qui signifie qu'"un tiers de la population européenne n'est pas vacciné, l'équivalent de 150 millions de personnes ».

"C'est beaucoup et tout le monde ne peut pas être vacciné - comme les très jeunes enfants, par exemple, ou les personnes ayant des problèmes de santé particuliers - mais la grande majorité pourrait le faire et je pense donc qu'il est compréhensible et approprié de mener cette discussion maintenant, sur la façon dont nous pouvons encourager et éventuellement réfléchir à la vaccination obligatoire au sein de l'UE », a déclaré le président de la Commission européenne.

"Cela nécessite une approche commune, mais c'est une discussion qui, je pense, doit être menée", a insisté Ursula von der Leyen, faisant allusion au "coût énorme pour la santé" du covid-19.

S'adressant toujours à la presse, le responsable a indiqué que l'UE a déjà franchi la barre des 250 millions de cas d'infection et des cinq millions de décès dus à la maladie, causée par le SRAS-CoV-2.

Ursula von der Leyen a évoqué un "scénario déjà difficile" rendu difficile par la variante Ómicron, ajoutant qu'il s'agit d'une "guerre contre le temps".

La Commission européenne a exhorté aujourd'hui les États membres de l'UE à proposer des "restrictions spécifiques" et à se rendre dans des zones à risque pour contenir la variante Omicron, appelant à des campagnes pour les doses non vaccinées et de rappel.

Dans une communication publiée aujourd'hui, la Commission européenne exhorte les États membres à « intensifier la vaccination, l'administration rapide de rappels, la surveillance et la réaction rapide au variant Omicron ».

« L'augmentation des cas de maladies graves, surtout chez ceux qui n'étaient pas vaccinés, a entraîné une pression énorme sur les hôpitaux et sur le personnel de santé déjà surchargé de travail », dépeint l'exécutif communautaire.

Pour cette raison, l'institution demande aux États membres de l'UE – sur lesquels reposent les compétences en matière de santé – une action coordonnée, qui consiste à « mener des campagnes renouvelées pour atteindre les personnes non vaccinées de toutes les tranches d'âge éligibles, avec des spécificités nationales. stratégies pour faire face à l'hésitation vaccinale ».

Les pays doivent également « appliquer rapidement des doses de rappel pour maintenir de forts niveaux de protection contre le virus, y compris la variante Omicron, en commençant par les groupes les plus vulnérables », ainsi que « mettre en place des précautions et des restrictions spécifiques et proportionnées pour limiter la propagation du virus. virus », argumente Bruxelles.

« La pleine coordination de l'UE doit être assurée. L'apparition de la variante « micron » signifie qu'une attention particulière doit être portée à l'application et à la communication de mesures spécifiques sur les contacts pendant la période de fin d'année », prévient la Commission européenne, évoquant la période de Noël.

 

 

Publié dans PORTUGAL, EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article