Couvre-feu : la réouverture des terrasses relance les procès-verbaux

Publié le par angeline351

Couvre-feu : la réouverture des terrasses relance les procès-verbaux

Sur la seule soirée du 31 mai dernier, les forces de l’ordre ont effectué plus de 27.000 contrôles. Plus de 3.000 PV ont été distribués après le début du couvre-feu.

 

Plus de 3.000 PV en une soirée
Dormez tranquilles, la police veille. Depuis le passage du couvre-feu à 21h, et la réouverture des terrasses, les forces de l’ordre ne chôment pas. Illustration avec la soirée du 31 mai dernier. Les chiffres de la soirée ont été obtenus par BFMTV auprès du ministère de l’Intérieur, il s’agit donc de chiffres officiels. Ils en disent long sur le comportement des Français.

Sur la seule soirée du 31 mai dernier, les forces de police et de gendarmerie ont ainsi effectué pas moins de 27.729 contrôles, dans toute la France. Des contrôles qui avaient évidemment pour but de vérifier si les personnes dehors après 21h avaient une bonne excuse, ou si elles contrevenaient aux règles sanitaires en vigueur. Sur tous ces contrôles, 3.072 PV ont été dressés par les forces de l’ordre.

Ce que l'on risque à violer le couvre-feu
En effet, pour rester dehors après 21h, le nouvel horaire du couvre-feu, il faut pouvoir justifier d’une attestation dérogatoire remplie. Dans le cas inverse, c’est une amende de 135 € que l’on encourt, la première fois. Une somme qui grimpe à 375 € si on ne la paye pas, ou si on ne la conteste pas dans le délai prévu.

Notez également qu’en cas de récidive dans les 15 jours, l’amende passe à 200 €. Enfin, en cas de plus de trois déplacements interdits sur une période d’un mois, on passe de l’infraction au délit et on encourt une peine de prison de six mois ainsi qu’une amende de 3.750 €. Autrement dit, même si les règles s’assouplissent un peu, mieux vaut ne pas relâcher ses efforts.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article