Les Portugais sont les deuxièmes de l'UE à avoir le plus de difficultés à accéder aux traitements non-Covid, selon une étude

Publié le par angeline351

Les Portugais sont les deuxièmes de l'UE à avoir le plus de difficultés à accéder aux traitements non-Covid, selon une étude

Les Portugais sont les deuxièmes de l'Union européenne (UE) à avoir révélé avoir plus de difficultés à accéder aux traitements non-Covid. La conclusion est tirée d'une enquête menée par Eurofound.

Selon l'enquête, environ 34,2% des citoyens portugais (plus de trois sur dix) ont déclaré avoir besoin d'un examen médical ou d'un traitement, qu'ils n'ont pas reçu, la pandémie étant la principale raison de cette situation, retardant les consultations et chirurgies souvent essentielles.

Avant le Portugal (et pas de beaucoup), il n'y a que la Hongrie, où 35,2% de ses citoyens admettent éprouver la même difficulté à accéder aux consultations et aux traitements pour d'autres maladies, motivée par la crise de santé publique du Covid-19.

Interrogés sur les raisons de ces retards, 51,5% des Portugais ont mentionné le fait que «le rendez-vous ou le traitement» ne sont pas «disponibles en raison de la pandémie», qui, bien qu'expressif, est inférieur au précédent enregistré en 2020, alors que 75,8 % des personnes avaient mentionné cette justification.

Les Polonais sont ceux qui ont le plus mentionné cette raison comme raison du retard des traitements et des consultations (75,8%), suivis des citoyens lituaniens (71,9%) et allemands (60%).

L'étude montre également d'autres raisons du retard d'accès à ce type de traitement. Le deuxième plus mentionné par les Portugais est la peur de contracter le Covid-19, mentionnée par 27% des répondants. Les longues listes d'attente suivent, 26% des citoyens nationaux citant cette raison.

On dénombre également 22,8% de Portugais soulignant le manque de ressources financières et 8,9% déclarant ne pas l'avoir fait parce qu'ils n'avaient pas de temps libre pour le faire. Il y a encore 7% qui citent le manque de moyens de transport comme justification, car les lieux où les traitements doivent être effectués sont très éloignés.

Publié dans PORTUGAL, EUROPE, INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article