Le coronavirus découvert en 2012 ? L’OMS relance ses enquêtes

Publié le par angeline351

Le coronavirus découvert en 2012 ? L’OMS relance ses enquêtes

Fin mars, l’OMS terminait son enquête à Wuhan et publiait un rapport rédigé avec la Chine à propos des origines du Coronavirus. Le 30 avril, 30 scientifiques demandent la poursuite des investigations sur ce virus qui fait encore rage dans le monde. La thèse d’un accident de laboratoire est grandement privilégiée.

Des chercheurs demandent la poursuite de l’enquête sur les origines du Coronavirus
Comment est né le Coronavirus ? Une question qui n’a pour l’heure pas encore de réponse malgré l’enquête menée à Wuhan. Le rapport en date du 30 mars indique que « Toutes les hypothèses restent sur la table ». Une conclusion qui ne satisfait pas un groupe de 30 scientifiques de l’OMS.

Tout comme Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l’OMS qui avait commenté le rapport : « Je ne pense pas que l’évaluation d’un éventuel incident de laboratoire ait été suffisamment approfondie ».

Dans une lettre rendue publique dans Le Monde, ces derniers réclament la reprise des investigations pour découvrir l’origine de la transmission à l’espèce humaine. En effet, lors de la première enquête, les chercheurs étaient placés sous tutelle et n’avaient pas accès à l’ensemble des informations disponibles.

Le Coronavirus découvert en 2012 ?
Les scientifiques émettent des « recommandations spécifiques sur ce que devrait être une enquête complète sur les origines de la pandémie ». Ainsi, ils prennent le temps de décrire les méthodes, la constitution d’une équipe de recherche et demandent l’accès total aux informations.

Les chercheurs ont une seule piste qui date de 2012. Il s’avère que 6 hommes ont contracté une pneumonie sévère dont les symptômes ressemblent étrangement au Coronavirus. Ces derniers venaient de nettoyer du guano de chauve-souris dans une mine abandonnée à Mojiang (Yunnan) et sont décédés à l’hôpital de Kunming.

Les scientifiques concluent : « À ce jour, tous les coronavirus les plus proches du Sars-Cov-2 proviennent de cette mine de Mojiang. Certains scientifiques qui avaient effectué des prélèvements dans la mine ont vu leurs échantillons confisqués. » La Chine va-t-elle autoriser la poursuite de l’enquête ? Rien n’est moins sûr.

Publié dans INFORMATION, SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article