Eanes mène une révolte sans précédent de 28 anciens chefs militaires contre le ministre Gomes Cravinho

Publié le par angeline351

Eanes mène une révolte sans précédent de 28 anciens chefs militaires contre le ministre Gomes Cravinho

Vingt-huit anciens chefs d'état-major des trois branches, dont le général Ramalho Eanes, ont signé une lettre contestant le processus de réforme des Forces armées (FA) en cours et appelé à un débat plus large avec la société civile.

Selon l'hebdomadaire Expresso et le Diário de Notícias, la lettre est souscrite par le «Groupe des 28» anciens chefs militaires des trois branches - à l'exception du général Valença Pinto (armée) - et est signée par les anciens, l'ex -Président de la République le général Ramalho Eanes (armée), l'amiral Fuzeta da Ponte (Armada) et le général Brochado Miranda (armée de l'air). Parmi eux, six anciens chefs d'état-major des forces armées (CEMGFA).

Dans la lettre de six pages, le groupe exprime son «appréhension» et lance un avertissement: «le dérangement causé dans l'environnement FA nous oblige à le faire».

Les propositions du gouvernement qui modifient la loi sur la défense nationale et la loi organique des forces armées, approuvées par le Conseil des ministres le 8 avril, centralisent les compétences à la tête du CEMGFA.

Dans la lettre à laquelle Expresso et Diário de Notícias ont eu accès et qui a été envoyée jeudi au président de la République, au Premier ministre, au ministre de la Défense et aux groupes parlementaires, le groupe conteste la langue du ministre Gomes Cravinho et critique la décision- méthode de fabrication et le contenu de la réforme.

Le groupe demande que le diplôme, au lieu de «délibérations hâtives», soit précédé d'un «débat étendu à la société civile, impliquant le renseignement national, l'Académie, les instituts publics, les partis politiques et le meilleur des savoirs et savoirs du pays».

Dans la lettre, le groupe conteste également le langage du ministre Gomes Cravinho, qu'il qualifie de «novilíngua» qui «atteint des proportions inhabituelles» et exprime des critiques sur la méthode de décision et le contenu de la réforme du commandement supérieur de la FA, qui sera votée, Assemblée de la République mardi par le PS, avec le soutien du PSD.

Le ministre de la Défense, qui en mars a qualifié la résistance militaire à la réforme d '"intérêts corporatifs", a déclaré en début de semaine qu'il était contre "une association d'anciens chefs militaires" qui tente de "perpétuer l'influence" au sein de la FA.

Mardi, João Gomes Cravinho, a déclaré que la réforme des forces armées "est une question de débat politique", avec "ce qui est secondaire" ce qui est autour, et que les diplômes sont "là où ils devraient être", au parlement.

Dans la lettre, les 28 déclarent qu '«il ne faut pas s'étonner que, dans la société civile, une pluralité d'opinions s'exprime sur des décisions dans un domaine aussi« sensible ».

«Nous assistons à des épisodes d'une nouvelle façon de faire de la politique», avec «des avertissements intempestifs et des menaces voilées, diffusées publiquement», qui «ont laissé des traces profondes», peut être lu dans la lettre.

En matière de réforme, les officiers généraux à la retraite recommandent «une prudence et une réflexion adéquates» et qualifient «l'action politique» du ministre de «hâtive» et «non conventionnelle», à travers un «exercice politique dégradé».

Le groupe regrette qu '«aucune étude justificative» n'ait été révélée et accuse le gouvernement de renverser les priorités.

«De nombreux problèmes, publics et notoires, ont été laissés à résoudre, qui sont liés à la non-coïncidence des ressources mises à disposition avec les objectifs définis», se réfèrent-ils.

Selon les signataires, «la situation est bien pire aujourd'hui» que lors des réformes précédentes.

Mardi, le Conseil de déontologie de l'Association des officiers des forces armées (AOFA) a également émis un avis avec de vives critiques de la réforme du secteur conçue par le gouvernement.

De l'avis des spécialistes de l'AOFA, les évolutions de la loi de défense nationale et de la loi organique de l'organisation des forces armées (LOBOFA) défendues par le MDN, Gomes Cravinho, sont orientées vers la «redéfinition des compétences de chacun des supérieurs. commande et détermine de nouvelles relations de commandement qui affaiblissent l'autorité des branches »(Marine, Armée et Force aérienne).

Publié dans INFORMATION, PORTUGAL, EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article