Article publié depuis Overblog et Facebook et Twitter

Publié le par angeline351

Covid-19: Ordem estima que cerca de 2.000 enfermeiros poderão ser dispensados

A bastonária da Ordem dos Enfermeiros estimou hoje que haja entre 1.800 e 2.000 enfermeiros que foram contratados para dar à resposta à pandemia de covid-19 e que poderão ser dispensados.

“O que os enfermeiros sentem é que são descartáveis. Foi muito bonito o momento das palmas à janela e o primeiro-ministro dizer que a Champions [Liga dos Campeões] era um prémio, mas dispensamos isso. Queremos ser valorizados e reconhecidos pelo nosso trabalho, porque vamos ser muito precisos para todas aquelas pessoas a quem não conseguimos chegar durante a pandemia”, afirmou Ana Rita Cavaco, que falava aos jornalistas no final de uma visita a um centro de vacinação em Coimbra.

Segundo a bastonária, só no norte a Ordem contabilizou cerca de 700 enfermeiros que foram contratos para apoiar no combate à pandemia e que estão em risco de sair, estimando que haja entre 1.800 e 2.000 no todo nacional.

“Estamos a falar de milhares de enfermeiros no total nacional. O que se está a passar em Leiria [sindicato fala de vários enfermeiros que vão ser dispensados], está a passar-se em Faro e já se passou noutros hospitais, do norte ao sul, e só não se passou nas ilhas e esperemos que não, aliás, quando estivemos na Madeira, a intenção do Governo é ficar com todos eles porque vão precisar para a retoma e era aquilo que devíamos fazer aqui”, frisou.

Ana Rita Cavaco recordou que mais de 1.200 enfermeiros emigraram durante a pandemia.

“Havia algumas coisas que o Governo podia ter feito para fixar enfermeiros em vez de lhes oferecer contratos de quatro meses e agora estão a mandá-los embora dos hospitais, com milhares de cirurgias que é preciso de recuperar”, notou.

Para a responsável, os enfermeiros já estavam em sobrecarga e o país acabou por entrar na pandemia “coxo, de muletas”.

A bastonária realçou que a organização da vacinação que está entregue aos enfermeiros “é fantástica”, referindo que os problemas encontrados são pontuais e têm “mais a ver com os registos informáticos, com o agendamento do portal” e com a comunicação entre “os vários sistemas informáticos”.

“De resto, as coisas têm corrido muito bem e a aceitação das pessoas à vacina da AstraZeneca tem sido muito boa”, constatou.

Desde o início da pandemia Portugal já contabilizou 839.740 casos confirmados e 16.993 óbitos.

FRANCAIS

Le président de l'Ordre des infirmières a estimé aujourd'hui qu'il y a entre 1 800 et 2 000 infirmières qui ont été embauchées pour répondre à la pandémie de covid-19 et qu'elles pourraient être licenciées.

«Ce que les infirmières pensent, c'est qu'elles sont jetables. C'était un très beau moment pour les paumes de la fenêtre et le Premier ministre de dire que la Champions [Ligue des champions] était un prix, mais nous avons renoncé à cela. Nous voulons être valorisés et reconnus pour notre travail, car nous serons très précis pour toutes ces personnes que nous n'avons pas pu atteindre pendant la pandémie », a déclaré Ana Rita Cavaco, qui s'adressait aux journalistes à l'issue d'une visite à une vaccination. centre à Coimbra.

Selon le président, dans le seul nord du pays, l'Ordre a dénombré environ 700 infirmières engagées pour soutenir la lutte contre la pandémie et qui risquent de partir, estimant qu'il y en a entre 1800 et 2000 à travers le pays.

«Nous parlons de milliers d'infirmières dans le total national. Ce qui se passe à Leiria [le syndicat parle de plusieurs infirmières qui vont être licenciées], se passe à Faro et s'est déjà produit dans d'autres hôpitaux, du nord au sud, et cela ne s'est tout simplement pas produit sur les îles et, espérons-le, non de plus, lorsque nous étions à Madère, l'intention du gouvernement est de rester avec eux tous car ils en auront besoin pour la reprise et c'est ce que nous devons faire ici », a-t-il souligné.

Ana Rita Cavaco a rappelé que plus de 1 200 infirmières avaient émigré pendant la pandémie.

"Il y avait des choses que le gouvernement aurait pu faire pour réparer les infirmières au lieu de leur offrir des contrats de quatre mois et maintenant ils les envoient loin des hôpitaux, avec des milliers de chirurgies qui doivent être récupérées", a-t-il noté.

Pour le responsable, les infirmières étaient déjà en surcharge et le pays a fini par entrer dans la pandémie «boiteux, à béquilles».

Le personnel a souligné que l'organisation de la vaccination qui est délivrée aux infirmières «est fantastique», faisant référence que les problèmes rencontrés sont occasionnels et ont «plus à voir avec les archives informatiques, avec la programmation du portail» et avec la communication entre «Les différents systèmes informatiques».

"Sinon, les choses se passent très bien et l'acceptation du vaccin AstraZeneca par les gens a été très bonne", a-t-il déclaré.

Depuis le début de la pandémie, le Portugal a enregistré 839 740 cas confirmés et 16 993 décès.

Publié dans PORTUGAL, EUROPE, INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article