Variant brésilien du coronavirus : quelle est la situation en Centre-Val de Loire ?

Publié le par angeline351

Variant brésilien du coronavirus : quelle est la situation en Centre-Val de Loire ?

Le variant brésilien est arrivé en France, et fait craindre une reprise épidémique dans les prochains mois. En Centre-Val de Loire, il est moins présent que dans le reste du pays, mais sa présence semble s'accentuer ces dernières semaines.

Les variants se succèdent et se ressemblent. Plus contagieux et plus dangereux que le précédent, chaque variant du coronavirus fait craindre un retour encore plus important de l'épidémie de Covid-19. Ainsi, si la troisième vague tient sa tenacité de la forte contagiosité du variant "anglais", la quatrième pourrait être causée par le variant dit "brésilien".

Cette forme du virus inquiète : elle semble s'attaquer plus fortement aux populations jeunes que les précédentes souches. Au Brésil, plus de la moitié des patients Covid placés en réanimation ont moins de 40 ans. Au début de l'épidémie, cette population ne représentait pourtant que 14,6% des réanimations. 

Ce variant est également porteur d'une mutation -la même que le variant dit sud-africain- qui le rend plus résistant aux vaccins actuellement sur le marché.

 

2% des contaminations en Centre-Val de Loire
En France, afin d'éviter une flambée des contaminations au variant brésilien, les passagers venus de plusieurs pays d'Amérique du Sud se voient imposer une dizaine de jours d'isolement depuis ce samedi 17 avril.

Mais le variant brésilien est déjà sur le sol français. Selon Santé Publique France, 4,2% des tests positifs criblés entre le 11 et le 17 avril sont soupçonnés d'être dûs aux variants sud-africain (V2) et brésilien (V3). Un chiffre qui fluctue depuis février entre les 2,5 et 5,5%, note Le Parisien.

En Centre-Val de Loire, le taux de tests positifs où est soupçonnée la présence des variants V2 et V3 est de 2%. L'Agence régionale de santé se veut rassurante :

Sur les trois dernières semaines, on peut observer une légère augmentation de cette proportion (1,4% en semaine 13 à 2% en semaine 15) mais les niveaux restent faibles.

ARS Centre-Val de Loire

Plus de variants brésiliens et sud-africains (presque) partout
Ce taux de 2% cache des disparités aux échelles départementales.

Ainsi, dans l'Indre, les contaminations dues aux variants brésilien ou sud-africain représentent 0,5% des tests positifs entre le 11 et le 17 avril, quant elles atteignent les 3,2% dans le Cher :

Cher : 3,2%
Eure-et-Loir : 1,6%
Indre : 0,5%
Indre-et-Loire : 2,5%
Loir-et-Cher : 1,9%
Loiret : 1,6%

Le taux de contaminations aux variants V2 et V3 est en augmentation entre les semaines 13 et 15 dans tous les départements, sauf dans l'Indre, où il atteignait les 2% entre le 28 mars et le 3 avril.

Par ailleurs, l'ARS "n’observe pas de taux d’incidence plus élevé dans les départements avec des proportions de V2 /V3 plus élevées". Et si, à ce stade, la progression des variants dans la région n'est "pas une source d’inquiétude particulière", l'agence assure que "chaque nouvelle situation impliquant ce type de variant est suivie de près afin de limiter au maximum sa circulation".

 

 

Publié dans INFORMATION, SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article