Un décès toutes les 6 minutes : on décrypte le seuil des 100 000 morts du Covid-19 franchi en France

Publié le par angeline351

Un décès toutes les 6 minutes : on décrypte le seuil des 100 000 morts du Covid-19 franchi en France

La France vient de dépasser le seuil des 100 000 décès attribués au Covid-19, en quatorze mois. Cela représente un mort toutes les six minutes.

Le 15 février 2020, un octogénaire chinois décédait à l’hôpital Bichat ; infecté lors d’un voyage en Chine, il était le premier mort du Covid-19 en France. En 14 mois, le seuil des 100 000 décès a été franchi jeudi 15 avril, selon le décompte quotidien effectué par Santé publique France.

 

Ce bilan est toutefois sous-estimé par rapport à la réalité. D’autres organismes comptent et analysent également les morts. Au sein de l’Inserm, le CépiDc (Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de Décès) analyse les certificats de décès mais c’est un travail long dont les résultats sont connus avec un délai de plusieurs mois.

Du 1er mars au 30 novembre, le CépiDc a recensé 63 194 certificats de décès portant la mention Covid-19. Au 30 novembre, le bilan de Santé publique France faisait lui état de 52 731 décès. Avec un tel delta, le seuil des 100 000 décès a sans doute été déjà franchi depuis plusieurs semaines.

L’Insee a mesuré également une nette surmortalité liée à l’épidémie, relevant un excédent de décès, avec des pics au printemps 2020 et depuis octobre.

Les données de Santé publique France permettent toutefois de dresser une photo de l’épidémie et des victimes.

La courbe des décès monte plus vite depuis cet automne

 

La courbe des décès en France a mauvaise allure, comme dans la plupart des pays. Elle monte, et vite. Il aura ainsi fallu 283 jours pour que surviennent les 50 000 premiers décès, selon les bilans de Santé publique France ; il en aura fallu 142 jours pour les 50 000 suivants. Il faut espérer que la vaccination des plus fragiles fera ralentir cette croissance.

Voici l’évolution du cumul des décès en France. Chaque barre verticale représente 10 000 décès, on constate qu’elles se sont rapprochées depuis l’automne :

On observe un décès toutes les 6 minutes depuis février 2020
100 000 décès depuis le 15 février 2020, cela représente un décès toutes les 6 minutes. Mais la mortalité n’a pas été régulière sur toute la période. Elle a connu des pics, lors du printemps et de l’automne 2020, et se situe à un niveau au-dessus de la moyenne 2015-2019 sur le début de l’année 2021.

Ces hausses des décès se retrouvent sur les courbes des décès quotidiens, toutes causes confondues :

Toutes les régions ne sont pas affectées de la même manière
Les vagues de l’épidémie n’ont pas affecté le territoire de manière homogène. Certaines zones ont été plus touchées et la hausse de mortalité varie d’une région à l’autre.

Quand on compare l’évolution de la mortalité entre 2019 et 2020, la France apparaît coupée en deux par une ligne nord-ouest / sud-est :

Toutes les régions ne sont pas affectées de la même manière
Les vagues de l’épidémie n’ont pas affecté le territoire de manière homogène. Certaines zones ont été plus touchées et la hausse de mortalité varie d’une région à l’autre.

Quand on compare l’évolution de la mortalité entre 2019 et 2020, la France apparaît coupée en deux par une ligne nord-ouest / sud-est :

Le Haut-Rhin, le Val-d’Oise, la Seine-Saint-Denis, la Seine-et-Marne, l’Essonne, la Savoie, la Haute-Savoie et Mayotte ont connu en 2020 une augmentation de mortalité de plus de 20 % par rapport à 2019. Une trentaine de départements enregistrent une hausse située entre 10 et 20 %.
À l’inverse, la Corrèze, la Gironde, les Côtes-d’Armor et la Guyane ont recensé moins de décès en 2020 qu’en 2019.

Depuis mars 2020, les autorités sanitaires ont recensé au total 73 928 décès dus au Covid-19 à l’hôpital, ainsi que 26 145 décès dans les Ehpad et les établissements médico-sociaux. Si l’on prend les personnes décédées à l’hôpital, la comparaison entre régions est aussi riche d’enseignements.

Un quart des décès recensés à l’hôpital se situe dans la région Ile-de-France. L’Auvergne Rhône-Alpes enregistre la deuxième valeur la plus élevée.

Mais si l’on rapporte le nombre de décès à la population, c’est la région Grand Est qui paye le plus lourd tribut à l’épidémie avec 167 décès pour 100 000 habitants. La Bretagne est au dernier rang en France métropolitaine, soit 41 décès pour 100 000 habitants

    
Le 15 février 2020, un octogénaire chinois décédait à l’hôpital Bichat ; infecté lors d’un voyage en Chine, il était le premier mort du Covid-19 en France. En 14 mois, le seuil des 100 000 décès a été franchi jeudi 15 avril, selon le décompte quotidien effectué par Santé publique France.


Ce bilan est toutefois sous-estimé par rapport à la réalité. D’autres organismes comptent et analysent également les morts. Au sein de l’Inserm, le CépiDc (Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de Décès) analyse les certificats de décès mais c’est un travail long dont les résultats sont connus avec un délai de plusieurs mois.

Du 1er mars au 30 novembre, le CépiDc a recensé 63 194 certificats de décès portant la mention Covid-19. Au 30 novembre, le bilan de Santé publique France faisait lui état de 52 731 décès. Avec un tel delta, le seuil des 100 000 décès a sans doute été déjà franchi depuis plusieurs semaines.

L’Insee a mesuré également une nette surmortalité liée à l’épidémie, relevant un excédent de décès, avec des pics au printemps 2020 et depuis octobre.

Les données de Santé publique France permettent toutefois de dresser une photo de l’épidémie et des victimes.

Suivez notre direct consacré à l’épidémie de coronavirus ce jeudi 15 avril

La courbe des décès monte plus vite depuis cet automne
La courbe des décès en France a mauvaise allure, comme dans la plupart des pays. Elle monte, et vite. Il aura ainsi fallu 283 jours pour que surviennent les 50 000 premiers décès, selon les bilans de Santé publique France ; il en aura fallu 142 jours pour les 50 000 suivants. Il faut espérer que la vaccination des plus fragiles fera ralentir cette croissance.

Voici l’évolution du cumul des décès en France. Chaque barre verticale représente 10 000 décès, on constate qu’elles se sont rapprochées depuis l’automne :
On observe un décès toutes les 6 minutes depuis février 2020
100 000 décès depuis le 15 février 2020, cela représente un décès toutes les 6 minutes. Mais la mortalité n’a pas été régulière sur toute la période. Elle a connu des pics, lors du printemps et de l’automne 2020, et se situe à un niveau au-dessus de la moyenne 2015-2019 sur le début de l’année 2021.

Ces hausses des décès se retrouvent sur les courbes des décès quotidiens, toutes causes confondues :
Un pic de mortalité est également observé en août 2020, dû à l’épisode de canicule.

Toutes les régions ne sont pas affectées de la même manière
Les vagues de l’épidémie n’ont pas affecté le territoire de manière homogène. Certaines zones ont été plus touchées et la hausse de mortalité varie d’une région à l’autre.

Quand on compare l’évolution de la mortalité entre 2019 et 2020, la France apparaît coupée en deux par une ligne nord-ouest / sud-est :
Le Haut-Rhin, le Val-d’Oise, la Seine-Saint-Denis, la Seine-et-Marne, l’Essonne, la Savoie, la Haute-Savoie et Mayotte ont connu en 2020 une augmentation de mortalité de plus de 20 % par rapport à 2019. Une trentaine de départements enregistrent une hausse située entre 10 et 20 %.
À l’inverse, la Corrèze, la Gironde, les Côtes-d’Armor et la Guyane ont recensé moins de décès en 2020 qu’en 2019.

Depuis mars 2020, les autorités sanitaires ont recensé au total 73 928 décès dus au Covid-19 à l’hôpital, ainsi que 26 145 décès dans les Ehpad et les établissements médico-sociaux. Si l’on prend les personnes décédées à l’hôpital, la comparaison entre régions est aussi riche d’enseignements.

Un quart des décès recensés à l’hôpital se situe dans la région Ile-de-France. L’Auvergne Rhône-Alpes enregistre la deuxième valeur la plus élevée.
Mais si l’on rapporte le nombre de décès à la population, c’est la région Grand Est qui paye le plus lourd tribut à l’épidémie avec 167 décès pour 100 000 habitants. La Bretagne est au dernier rang en France métropolitaine, soit 41 décès pour 100 000 habitants
À l’hôpital, 95 % des morts avaient plus de 60 ans
Depuis mars 2020, les autorités sanitaires ont recensé au total 73 928 décès dus au Covid-19 à l’hôpital, ainsi que 26 145 décès dans les Ehpad et les établissements médico-sociaux. À l’hôpital, les hommes meurent davantage que les femmes : ils représentent 57 % des décès.

Parmi ces personnes décédées à l’hôpital, 282 victimes avaient moins de 40 ans et 3 125 avaient entre 40 et 60 ans. Les plus de 60 ans sont les plus touchés puisque 95 % des personnes décédées se situaient au-delà de cet âge.

95% des morts du au Covid-19 à l'hôpital ont plus de 60 ans
Nombre de patients atteints du Covid-19 qui ont perdu la vie à l'hôpital, depuis mars 2020, par classe d'âge.
 

Publié dans INFORMATION, SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article