Présidence de l'UE: les députés jugent la réponse européenne à la crise insuffisante

Publié le par angeline351

Présidence de l'UE: les députés jugent la réponse européenne à la crise insuffisante

Les députés du PS, du PSD, du PCP et du BE ont défendu aujourd'hui que le mécanisme de relance et de résilience qui vise à soutenir la reprise économique européenne ne suffira pas à répondre à la crise provoquée par la pandémie de covid-19.

les mesures sur la table ne suffisent pas et, par rapport à la réponse des États-Unis, par exemple, l'Union européenne (UE) devra faire plus », a souligné l'eurodéputé Pedro Silva Pereira (PS), faisant référence aux fonds européens pour la récupération des Économies européennes, dans une visioconférence organisée par le Club de Lisbonne, en partenariat avec le Parlement européen, sur l'avenir de l'Europe.

L'eurodéputé socialiste a cependant admis que «malgré toutes les lacunes», il s'agit d'une «réponse sans précédent» de la part de l'UE, rappelant que la Commission européenne se rendra sur les marchés pour émettre de la dette afin de «pouvoir financer la reprise en termes robustes, plus avec des subventions que des prêts ».

"Cela signifie une attitude positive de l'UE, qui contraste fortement avec la réponse de la crise précédente", a souligné également le vice-président du Parlement européen.

L'eurodéputé Paulo Rangel (PSD) s'est mis d'accord avec Pedro Silva Pereira sur l'insuffisance du montant du mécanisme de relance et de résilience (MRR), doté de 672,5 milliards d'euros, précisant que, «compte tenu de l'évolution de la pandémie, va suffire ».

Paulo Rangel a cependant souligné qu '«pour le moment, je n'ouvrirais pas ce problème», car, «compte tenu du fait que les États membres ont des impulsions très individualistes», il y a un risque «d'empêcher ce fonds de démarrer maintenant. démarrage ».

Le député social-démocrate a donc appelé le Conseil de l'UE, actuellement présidé par le gouvernement portugais, à concentrer «tous ses efforts» sur la ratification par les 27 de la décision relative aux ressources propres, ce qui est essentiel pour que la Commission puisse financer le fonds et les les plans de relèvement et de résilience (PRR) peuvent commencer à être appliqués «à partir de l'été».

Pour l'eurodéputé João Ferreira (PCP), le MRR "est clairement insuffisant", étant "bien en deçà de ce que le Parlement européen est venu défendre".

Pour le moment, cependant, "les pays de l'UE sont divisés entre ceux pour lesquels le PRR a peu d'expression dans l'ensemble des instruments qu'ils ont mobilisés pour faire face à la crise", comme dans le cas de l'Allemagne qui, dans la première phase de crise réponse, «a mobilisé 750 milliards d'euros pour intervenir dans son économie», ce qui correspond au total du fonds de relance de l'UE, dont le MRR est le principal instrument.

"Bien sûr, après il y a des pays pour lesquels il semble que la réponse [à la crise économique] ne soit que cela et guère plus, ce qui est le cas au Portugal, où toute la question de la reprise économique tourne autour du PRR", a-t-il critiqué l'eurodéputé communiste, avertissant que cela se traduit par une «réponse profondément asymétrique» au sein même de l'UE.

L'eurodéputée BE, Marisa Matias, a également estimé que le MRR est «insuffisant et présente clairement de nombreux problèmes», soulignant également la proposition du PRR national, qu'elle considérait comme ayant «un problème grave», faisant référence à la «concentration des investissements dans les zones côtières et dans les zones métropolitaines de Lisbonne et de Porto ».

"C'est une occasion manquée de rechercher une plus grande cohésion territoriale voire sociale", a déploré l'eurodéputé.

La visioconférence «Lisbon Talk: About the Future of Europe» a été organisée par Clube de Lisboa, en partenariat avec le Parlement européen, avec le soutien de l'Institut Marquês de Valle Flor (IMVF) et du Conseil municipal de Lisbonne.

Publié dans INFORMATION, EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article