Les magasins Flauraud de Clermont-Ferrand et Bort-les-Orgues (Corrèze) menacés de fermeture dans le cadre d'un plan social

Publié le par angeline351

Les magasins Flauraud de Clermont-Ferrand et Bort-les-Orgues (Corrèze) menacés de fermeture dans le cadre d'un plan social

Annoncé mi janvier, le « plan de sauvegarde de l’emploi avec réorganisation » de Flauraud (Aurilis Group SA) prévoit la suppression de cent douze emplois en France, notamment à Clermont-Ferrand et Bort-les-Orgues (Corrèze), dont les magasins sont menacés de fermeture.
Le « plan de sauvergarde de l’emploi avec réorganisation » de Flauraud (Aurilis Group SA) prévoit de supprimer une cinquantaine de postes à Clermont-Ferrand, où cent-vingt salariés sont actuellement employés sur trois sites (dont une plateforme).
Le magasin clermontois de pièces détachées automobiles multimarques fermerait purement et simplement, tout comme les magasins de Bort-les-Orgues (Corrèze) Lyon-Décines, Périgueux (qui serait regroupé avec Brive), Castres (regroupé avec Albi) et Millau (regroupé avec Rodez).

"Des négociations difficiles face à une direction intransigeante"
 

« Au-delà des magasins dont la fermeture est envisagée, absolument tous les sites Flauraud de France seraient impactés, d’une manière ou d’une autre, par le plan de réorganisation, qui est encore très flou » affirment les délégués syndicaux CGT, CGC-CFE et CFDT de Flauraud Clermont, répartis en trois sites.

es représentants du personnel déplorent « des conditions de négociation  très difficiles face à une direction intransigeante, avec des difficultés, voire l’impossibilité à obtenir les éléments chiffrés du groupe et les effectifs, dont nous avons besoin ». 

"Une logique de plateformes sans aucune vision locale"

Ils s’étonnent et s’indignent « de voir la direction condamner des sites rentables, avec des spécificités, et importants en termes de proximité et de relations provilégiées avec la clientèle sur leurs bassins géographiques, et cela dans une logique de plateformes purement logistique et sans aucune vision locale. C’est un PSE qui n’a pas de légitimité ».

 

47 créations annoncées "sur de nouvelles fiches de postes"

La négociation doit se terminer fin avril (dépôt à la Direccte le 3 mai au plus tard). 112 postes actuels seraient menacés à l'échelle nationale (soit près d'un quart des 467 emplois de Flauraud) avec création annoncée de 47 nouveaux postes "mais dont nous ne savons pas grand-chose et qui nous laissent des doutes" expliquent les délégués syndicaux, qui ont organisé il y a quelques jours une assemblée générale du personnel suivie par 80 salariés.

Depuis 1932 à Aurillac - Créée en 1932 à Aurillac, l’entreprise Flauraud a regroupé son activité logistique à Clermont-Ferrand (où se trouve désormais le siège social) en 2012, et reste implantée à Aurillac (le deuxième plus gros site du groupe, avec une centaine de salariés), Saint-Flour, Bort-les-Orgues, Brive. Elle compte au total vingt-deux sites en France (depuis la fermeture, lors d’un PSE en novembre, d’un site parisien). Flauraud a été racheté en décembre 2016 par PGA Motors, puis revendu, quatre mois plus tard, à Emil Frey France, un groupe suisse leader de la distribution de pièces auto en Europe (il possède 250 concessions automobiles en France) et sixième mondial. À noter que Peugeot Abcis Clermont fait aussi partie d’Emil Frey France, dont le siège est à Poitiers.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article