Unef : pour des réunions en « non-mixité », la droite demande la dissolution

Publié le par angeline351

Unef : pour des réunions en « non-mixité », la droite demande la dissolution

L'étincelle a été allumée mercredi 17 mars, par la présidente du syndicat étudiant Unef, Mélanie Luce. Sur Europe 1, elle a affirmé que, comme pour les femmes victimes de discriminations, le syndicat « organise des réunions pour permettre aux personnes touchées par le racisme d'exprimer ce qu'elles subissent ». Mais « aucune décision n'est prise en non-mixité », avait-elle précisé.

Une affirmation qui ne plaît pas dans les rangs de la droite et de LREM. Le patron des députés Marcheurs, Christophe Castaner, a fustigé jeudi ces agissements. « L'Unef a fait un choix, pour survivre, d'un clientélisme indigéniste exacerbé totalement scandaleux », a affirmé sur France Info l'ancien ministre de l'Intérieur qui voit là « une forme de séparatisme ». Il faut « condamner cela », et « si les faits relèvent du pénal cela doit faire l'objet de poursuites pénales », a-t-il ajouté.

« On est en train d'américaniser la France, de racialiser les rapports sociaux », a affirmé jeudi sur France Inter le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau, qui a demandé au garde des Sceaux de « rechercher sa responsabilité [de l'Unef, NDLR] pour provocation à la haine raciale ». Le député LR des Alpes-Maritimes Éric Ciotti a demandé au ministre de l'Intérieur « d'étudier sans attendre la dissolution de l'Unef », mouvement selon lui « clairement antirépublicain devenu l'avant-garde de l'islamo-gauchisme ».

"La présidente de l'#UNEF reconnait que son syndicat a fait des réunions où les blancs sont interdits : je demande au garde des Sceaux de mettre en oeuvre les moyens pour la condamner"

La droite et l'extrême droite s'étranglent
« Dans nos facs, des salles sont donc fermées à des étudiants pour leur couleur de peau […] il faut dissoudre l'Unef », a lancé l'eurodéputé LR François-Xavier Bellamy. Le président LR de la région Paca, Renaud Muselier, a demandé « l'interdiction immédiate de cette pratique raciste », et le député du Vaucluse Julien Aubert « une enquête parlementaire ».

Côté Rassemblement national, le numéro deux, Jordan Bardella, a dénoncé « racialisme » et « islamo-gauchisme » et le porte-parole du parti, Sébastien Chenu, a demandé « la dissolution de l'Unef » face à ce qu'il qualifie de « scandale ». La subvention versée à l'Unef est également pointée : « Plus de 630 000 euros […] pour développer le séparatisme ? » s'est interrogé le député LR des Bouches-du-Rhône Éric Diard. La question « se pose très sérieusement » pour sa collègue des Hauts-de-Seine Constance Le Grip.

 

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article