Pays de la Loire. Covid-19 : une évolution épidémiologique « trop rapide »

Publié le par angeline351

Pays de la Loire. Covid-19 : une évolution épidémiologique « trop rapide »

Cette semaine, les indicateurs épidémiologiques ont grimpé dans la région. « Ils sont en dessous du niveau national, mais la courbe évolue trop rapidement » , s’inquiète Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) Pays de la Loire. L’augmentation est particulièrement forte chez les 18-40 ans. Une campagne de prévention destinée aux jeunes va donc être lancée dès le 30 mars, notamment sur les réseaux sociaux.

Des indicateurs épidémiologiques élevés

Le taux d’incidence a augmenté de 17 % en une semaine et atteint désormais 177/100 000 habitants. Si la Sarthe affiche le taux le plus fort (214), c’est la Mayenne (178) qui a connu la progression la plus rapide : + 43 % en une semaine.

Quant au taux de positivité (nombre de test positifs pour 100 tests), il s’élève à 6,7 % et grimpe à 7,5 % en Sarthe. « Même si le taux de dépistage s’accroît, il progresse moins vite que le taux d’incidence, ce qui signifie que la circulation virale s’accélère » , précise Jean-Jacques Coiplet. Le taux de reproduction du virus, qui s’affiche à 1,12, est lui aussi en progression.

428 000 Ligériens vaccinés

Dans la région, 843 patients sont hospitalisés, dont 96 en réanimation. On compte 2 154 morts depuis le début de l’épidémie. Mais l’on observe une baisse drastique du nombre de décès dans les Ehpad, liée notamment à la vaccination, puisque 90 % des résidents ont reçu au moins une injection. Au total, plus de 428 000 Ligériens ont reçu au moins une dose de vaccin, soit 7,8 % de la population.

Boum des contaminations à l’école

Dans l’académie de Nantes, le nombre de contaminations a augmenté de moitié en une semaine. Selon les derniers chiffres de l’ARS, 673 élèves sont cas positifs et 84 classes sont fermés, notammentdans la presqu’Île guérandaise. En parallèle, 5 400 élèves de primaire et 6 800 collégiens et lycéens ont effectué un test salivaire ou antigénique. Près d’une centaine de médiateurs, formés pour aider les professionnels de santé scolaire, devraient être opérationnels dès la semaine prochaine.

Progression des variants

Les variants sont largement dominants dans la région : parmi les 4 907 prélèvements criblés, près de 70 % sont positifs au variant anglais et 8,3 % aux variants sud-africain et brésilien. Leur augmentation est surtout importante en Sarthe qui, jusqu’à présent, résistait à leur progression, et en Vendée.

Vigilance face au variant breton

En raison de la proximité géographique, l’ARS reste très vigilante face au nouveau variant breton : « Il se trouve plutôt dans l’arbre respiratoire, ce qui explique pourquoi certains patients présentent des symptômes et un test PCR négatif. Il va falloir développer de nouvelles techniques pour le détecter. » L’agence n’a pas encore trouvé de cas, mais s’y prépare.

Des grands centres de vaccination

L’ouverture de plusieurs giga-centres de vaccination est envisagée dans la région, notamment en Loire-Atlantique, Maine-et-Loire et Sarthe. Ils permettraient d’assurer 10 000 injections par semaine. Plusieurs sites sont en train d’être ciblés et pourraient voir le jour dès le début du mois d’avril 2021. La campagne de vaccination va d’autre part s’accélérer au même moment, la région s’apprêtant à recevoir 100 000 doses de BioNTech/Pfizer, contre 45 000 en mars et 35 000 en février.

L’ouverture de plusieurs giga-centres de vaccination est envisagée dans la région, notamment en Loire-Atlantique, Maine-et-Loire et Sarthe. Ils permettraient d’assurer 10 000 injections par semaine. Plusieurs sites sont en train d’être ciblés et pourraient voir le jour dès le début du mois d’avril 2021. La campagne de vaccination va d’autre part s’accélérer au même moment, la région s’apprêtant à recevoir 100 000 doses de BioNTech/Pfizer, contre 45 000 en mars et 35 000 en février.

Publié dans INFORMATION, SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article