Les règles du nouvel état d'urgence ont déjà été publiées: voici le décret qui guide le Portugal jusqu'au 31/03

Publié le par angeline351

Le décret régissant l'état d'urgence a déjà été publié dans Diário da República . Lisez le document complet ici.

Décret n ° 4/2021 du 13 mars

Résumé: Réglemente l'état d'urgence décrété par le Président de la République.

Depuis novembre 2020, la déclaration de l'état d'urgence a été renouvelée à plusieurs reprises sur la base de la vérification d'une situation de calamité publique.

À l'approche de la fin d'une autre période de 15 jours au cours de laquelle le Décret du Président de la République n ° 21-A / 2021 , du 25 février était en vigueur  , la situation épidémiologique vérifiée au Portugal, malgré son évolution favorable, justifie que l'État d'urgence est renouvelé à nouveau, ce qui s'est passé par le  Décret du Président de la République n ° 25-A / 2021 , du 11 mars.

La réduction qui a eu lieu en ce qui concerne le nombre de nouveaux cas quotidiens de contamination de la maladie COVID-19, ainsi que son taux de transmission, à la suite des mesures qui ont été adoptées, permet le début d'une des mesures restrictives imposées. Cependant, il n'est pas recommandé de réduire drastiquement ces mesures: il est essentiel de maintenir la tendance à la diminution du nombre de contagions quotidiennes et, à cette fin, il est nécessaire que la plupart des règles qui ont été appliquées.

Ainsi, le gouvernement considère, après avoir écouté la communauté scientifique et compte tenu de la situation actuelle, que le moment est venu d'entamer le processus de levée des mesures de confinement, qui devrait se dérouler lentement et progressivement. A cet effet, plusieurs phases d'enquête sur les mesures applicables ont été établies, après avoir défini des critères associés à l'évolution du risque de transmissibilité du virus, au niveau d'incidence et à la capacité du Service National de Santé, ainsi qu'aux tests et les capacités de dépistage.

Premièrement, le présent décret maintient l'interdiction de circuler entre les communes le week-end des 20 et 21 mars, qui, compte tenu des restrictions imposées aux déplacements pendant la période de Pâques, est applicable de manière continue à partir du 26 mars.

Les activités éducatives et pédagogiques sont reprises en personne, dans les établissements d'enseignement public, privé et coopératif et dans le secteur social et solidaire, l'éducation préscolaire et le 1er cycle de l'éducation de base, ainsi que les crèches, les garderies familiales et amoureuses, et également, pour les enfants et les étudiants qui reprennent des activités éducatives et pédagogiques, des activités de soutien familial et d'enrichissement des programmes, des activités proposées dans des centres de loisirs et des centres d'études, etc.

A partir du 15 mars, les établissements de biens non essentiels pourront vendre au guichet ou via le service de collecte des produits précédemment achetés par des moyens de communication à distance (click and collect), les horaires de fermeture des établissements pratiqués antérieurement étant également modifiés.

De plus, des boissons sont également disponibles à emporter, avec l'interdiction des repas, produits ou boissons aux portes ou à proximité de l'établissement.

De même, l'exploitation, sur rendez-vous préalable, de salons de coiffure, barbiers, instituts de beauté et établissements assimilés est autorisée. L'établissement de magasins de vente de livres et de supports musicaux, de bibliothèques et d'archives, de vente d'automobiles et de bicyclettes et de services immobiliers est déterminé.

De plus, il n'est plus interdit de séjourner dans les parcs, jardins, espaces verts et espaces de loisirs, bancs de jardin et autres, sans préjudice des pouvoirs des maires.

Enfin, l'interdiction de voyager en dehors du territoire continental, effectuée par tout moyen, à savoir par route, rail, air, fleuve ou mer, par les citoyens portugais, sans préjudice du contrôle des frontières terrestres et fluviales qui continue d'être applicable.

Pour que les mesures désormais décidées prennent effet le lundi 15 mars, le règlement porte sur deux jours, les 15 et 16 mars, toujours sous le précédent renouvellement de l'état d'urgence déclaré par le  décret du président de la République n ° 21. -A / 2021 , du 25 février, puisque les restrictions déterminées sont permises par le même, prolongeant pour la période permise par le  décret du président de la République n ° 25-A / 2021 , du 11 mars.

Alors:

Aux termes du paragraphe g) de l'article 199 de la Constitution, le Gouvernement décrète ce qui suit:

CHAPITRE I

Objet et portée

Article 1

Objet

1 - Le présent décret:

a) Règle le renouvellement de l'état d'urgence effectué par le  Décret du Président de la République n ° 25-A / 2021 , du 11 mars;

b) Modifie la réglementation du renouvellement de l'état d'urgence édictée par le  Décret du Président de la République n ° 21-A / 2021 , du 25 février.

2 - Le présent décret procède:

a) La levée de la suspension des activités éducatives et pédagogiques dans l'enseignement préscolaire et le 1er cycle de l'éducation de base, en personne, dans les établissements scolaires publics, privés et coopératifs, ainsi que des réponses sociales pour soutenir l'accueil de la petite enfance, la famille garderie et nounou du secteur social et solidaire;

b) La levée de la suspension des activités, en personne, du soutien familial et de l'enrichissement des programmes, ainsi que des activités proposées dans les centres de loisirs et les centres d'études et autres, uniquement pour les enfants et les étudiants qui retournent à l'école. les termes du paragraphe précédent;

c) Le rétablissement de l'activité des établissements de biens non essentiels qui ont l'intention de maintenir leur activité exclusivement à des fins de livraison à domicile ou de mise à disposition de biens à la porte de l'établissement, au guichet ou par le biais du service de collecte des produits précédemment achetés via moyens de communication à distance (cliquer et collecter);

d) Permettre l'exploitation, sur rendez-vous préalable, de salons de coiffure, barbiers, instituts de beauté et établissements similaires;

e) La levée de l'interdiction de voyager hors du Portugal continental pour les citoyens portugais;

f) L'ouverture d'établissements de vente de livres et de supports musicaux, d'établissements de vente de voitures et de vélos et de services de médiation immobilière;

g) Ouverture des bibliothèques et des archives;

h) Autorisation de séjour dans les parcs, jardins, espaces verts, espaces de loisirs, bancs de jardin et autres, sans préjudice de la compétence des maires du conseil municipal de la zone territorialement compétente;

i) La détermination de l'interdiction de circulation entre communes, qui est applicable le week-end des 20 et 21 mars 2021 et, quotidiennement, à partir du 26 mars 2021.

Article 2

Application territoriale

Ce décret est applicable à l'ensemble du territoire national continental.

CHAPITRE II

Dispositions générales

SECTION I

Mesures sanitaires et de santé publique

Article 3

Confinement obligatoire

1 - Ils sont en détention forcée, dans un établissement de santé, à domicile ou, si ce n'est pas possible, dans un autre lieu défini par les autorités compétentes:

a) Les patients atteints de COVID-19 et ceux infectés par le SRAS-CoV-2;

b) Les citoyens pour lesquels l'autorité sanitaire ou d'autres professionnels de la santé ont déterminé une surveillance active.

2 - Les autorités sanitaires communiquent aux forces de sécurité et aux services du lieu de résidence l'application des mesures de détention obligatoires.

3 - En fonction de l'évaluation de la situation épidémiologique et du risque spécifique, sous la responsabilité de l'administration régionale de la santé et du service de santé publique territorialement compétent, les citoyens soumis à la garde obligatoire peuvent être accompagnés en vue de subvenir aux besoins sociaux et sanitaires., par une visite conjointe de la protection civile municipale, des services sociaux municipaux, des services d'assistance sociale de l'Institut de sécurité sociale, IP, ou d'autres ayant les mêmes pouvoirs, des autorités de santé publique, des unités de soins et des forces de sécurité.

Article 4

Obligation générale de collecte à domicile

1 - Les citoyens ne peuvent pas circuler dans les espaces et voies publiques, ainsi que dans les espaces et voies privées assimilées à des voies publiques, et doivent rester à leur domicile, sauf pour les déplacements autorisés par le présent décret.

2 - Au sens du paragraphe précédent, on entend par «voyages autorisés» ceux qui visent:

a) L'acquisition de biens et services essentiels;

b) L'accès aux services publics, aux termes de l'article 35, et la participation à des actes de procédure devant les entités judiciaires ou à des actes de la compétence des notaires, avocats, solicitors ou agents d'enregistrement;

c) L'exercice d'activités professionnelles ou assimilées, lorsqu'il n'y a pas de place pour le télétravail au sens du présent décret, comme l'atteste une déclaration émise par l'employeur ou une entité similaire, ou la recherche d'un emploi ou la réponse à une offre d'emploi;

d) S'occuper de raisons de santé, notamment pour obtenir des soins de santé et transporter des personnes à qui ces soins ou dons de sang devraient être administrés;

e) L'accueil d'urgence des victimes de violence domestique ou de traite des êtres humains, ainsi que les déplacements à des fins d'intervention dans le cadre de la protection des enfants et des jeunes en danger, à savoir les commissions de protection de l'enfance et de la jeunesse et les équipes consultatives multidisciplinaires assistance technique aux tribunaux;

f) Assistance aux personnes vulnérables, aux sans-abri, aux personnes handicapées, aux enfants, aux parents, aux personnes âgées ou aux personnes à charge ou à d'autres raisons familiales impératives, à savoir le respect du partage des responsabilités parentales, tel que déterminé par accord entre les titulaires eux-mêmes ou par le tribunal compétent ;

g) Déplacements pour accompagner des mineurs à fréquenter les établissements scolaires dont l'activité présentielle est admise, garderie, garderie familiale ou nounou;

h) La réalisation d'essais et d'examens, ainsi que la réalisation d'inspections;

i) Activités physiques et sportives à l'extérieur, aux termes de l'article 41;

j) Participation à des cérémonies religieuses, y compris des célébrations communautaires, aux termes de l'article 42;

k) La jouissance de moments en plein air et la promenade des animaux de compagnie, qui doivent être de courte durée et se dérouler dans la zone de résidence, non accompagnés ou en compagnie de membres d'un même ménage qui cohabitent;

l) Assistance des animaux par des vétérinaires, des gardiens d'animaux pour l'assistance médico-vétérinaire, des gardiens de colonies reconnues par les municipalités, des bénévoles d'associations zoophiles avec des animaux à charge qui doivent se rendre dans des refuges pour animaux et par les services vétérinaires municipaux pour la collecte et l'assistance animale , ainsi que l'alimentation des animaux;

m) Participation à des actions de volontariat social;

n) Visites des utilisateurs de structures résidentielles pour personnes âgées et handicapées, unités de soins continus intégrés du Réseau national de soins intégrés et autres réponses dédiées aux personnes âgées;

o) Visites, lorsqu'elles sont autorisées, ou livraison de biens essentiels à des personnes handicapées ou privées de leur liberté de mouvement;

p) L'exercice des fonctions respectives des titulaires des organes de souveraineté, des dirigeants des partenaires sociaux et des partis politiques représentés à l'Assemblée de la République, ainsi que des personnes titulaires d'un laissez-passer délivré dans les conditions légales;

q) L'exercice de fonctions officielles par le personnel des missions diplomatiques, consulaires et des organisations internationales situées au Portugal;

r) Accès aux bureaux de poste et aux bureaux de poste, aux succursales bancaires et aux agences des intermédiaires d'assurance ou des compagnies d'assurance;

s) L'exercice de la liberté de la presse;

t) Les déplacements nécessaires pour entrer et sortir du territoire continental, y compris ceux nécessaires pour se rendre au lieu d'hébergement et en revenir;

u) Autres activités de même nature ou pour d'autres raisons de force majeure ou de nécessité impérieuse, pour autant qu'elles soient dûment justifiées;

v) Le retour au domicile dans le cadre des déplacements mentionnés dans les paragraphes précédents.

3 - Sauf aux fins prévues au paragraphe k) du paragraphe précédent, la circulation de véhicules privés sur la voie publique est autorisée, y compris le ravitaillement en carburant dans les stations-service, dans le cadre des situations visées au paragraphe précédent.

4 - Sans préjudice des dispositions des paragraphes précédents, dans tous les déplacements effectués, les recommandations et ordres déterminés par les autorités sanitaires et les forces et services de sécurité doivent être respectés, à savoir ceux concernant les distances à observer entre les personnes.

Article 5

Limitation des déplacements entre les communes

Il est interdit de voyager en dehors de la commune du domicile dans la période comprise entre 20h00 le vendredi et 5h00 le lundi et, tous les jours, à partir du 26 mars, sans préjudice des exceptions prévues à l'article 11 du  décret no. 9/2020 , du 21 novembre, qui sont applicables avec les adaptations nécessaires.

Article 6

Télétravail et organisation d'horaires décalés

1 - L'adoption du régime de télétravail est obligatoire, quels que soient la relation de travail, le type ou la nature de la relation juridique, chaque fois que cela est compatible avec l'activité exercée et que le travailleur a des conditions pour l'exercer, sans qu'il soit nécessaire d'accord les parties.

2 - Les télétravailleurs ont les mêmes droits et devoirs que les autres travailleurs, sans réduction de salaire, dans les conditions fixées dans le Code du travail ou dans un instrument de réglementation collective applicable, à savoir en ce qui concerne les limites normales du temps de travail et les autres conditions de travail , la sécurité et la santé au travail et la réparation des dommages résultant d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle, tout en conservant le droit de percevoir l'indemnité de repas déjà due.

3 - L'employeur doit fournir le matériel de travail et de communication nécessaire à la prestation du travail de télétravail.

4 - Lorsque cette disponibilité n'est pas possible et que le travailleur y consent, le télétravail peut être effectué par les moyens dont dispose le travailleur, l'employeur étant responsable de la programmation et de l'adaptation aux besoins inhérents à l'offre de télétravail.

5 - L'entreprise qui utilise ou est le bénéficiaire final des services fournis est responsable du respect des dispositions des paragraphes précédents, avec les adaptations nécessaires, aux intérimaires et prestataires de services qui fournissent une activité à ces entités.

6 - Les dispositions des paragraphes précédents ne sont pas applicables aux travailleurs des services essentiels visés à l'article 10 du  décret-loi n ° 10-A / 2020 , du 13 mars, dans sa rédaction actuelle, ainsi qu'à ceux intégrés dans les établissements visés au paragraphe 4 de l'article 2 du  décret-loi n ° 79-A / 2020 , du 1er octobre, dans sa rédaction actuelle, pour lequel le télétravail n'est pas obligatoire.

7 - Aux fins du présent article, il est considéré que les fonctions ne sont pas compatibles avec l'activité exercée, à savoir, dans les cas suivants:

a) Les travailleurs qui fournissent une assistance en personne, aux termes de l'article 35;

b) les travailleurs directement impliqués dans la présidence portugaise du Conseil de l'Union européenne;

c) Les travailleurs pour lesquels il est déterminé par les membres du gouvernement responsables des services respectifs, sous le pouvoir de gestion respectif.

8 - Chaque fois qu'il n'est pas possible d'adopter le régime de télétravail, quel que soit le nombre de travailleurs, l'employeur doit organiser les heures d'entrée et de sortie des lieux de travail de manière différée, ainsi qu'adopter les mesures techniques et organisationnelles garantissant la distance. protection physique et protection des travailleurs, en appliquant, avec les adaptations nécessaires, les dispositions des articles 3 et 4 du  décret-loi n ° 79-A / 2020 , du 1er octobre, dans sa rédaction actuelle.

Article 7

Utilisation de masques ou de visières

1 - Il est obligatoire d'utiliser des masques ou des visières pour accéder ou rester dans les lieux de travail qui maintiennent l'activité respective aux termes du présent décret chaque fois que la distance physique recommandée par les autorités sanitaires s'avère impraticable.

2 - L'obligation prévue au paragraphe précédent n'est pas applicable aux travailleurs lorsqu'ils effectuent leur travail dans un bureau, une pièce ou équivalent qui n'a pas d'autres occupants ou lorsque des barrières physiques imperméables de séparation et de protection entre les travailleurs sont utilisées.

3 - Aux situations prévues au présent article, les dispositions de l'article 13-B du décret-loi n ° 10-A / 2020 , du 13 mars, dans sa rédaction actuelle , s'appliquent, avec les adaptations nécessaires  .

Article 8

Contrôle de la température corporelle

1 - Dans les cas où l'activité respective est maintenue aux termes du présent décret, les mesures de température corporelle peuvent être effectuées par des moyens non invasifs, dans le cadre du contrôle d'accès au lieu de travail, aux services ou établissements publics, aux établissements d'enseignement et d'enseignement. et la formation professionnelle, les espaces commerciaux, culturels ou sportifs, les moyens de transport, les établissements de santé, les prisons ou centres éducatifs, ainsi que les structures résidentielles.

2 - Les personnes visées dans l'article suivant peuvent également être soumises à des mesures de température corporelle.

3 - Les dispositions des paragraphes précédents ne portent pas atteinte au droit à la protection des données individuelles, l'enregistrement de la température corporelle liée à l'identité de la personne étant expressément interdite, sauf autorisation expresse de la personne.

4 - Les mesures peuvent être effectuées par un travailleur au service de l'entité responsable du lieu ou de l'établissement, en utilisant toujours un équipement adapté à cet effet, qui ne peut contenir aucune mémoire ni enregistrer les mesures effectuées, sans contact physique avec la personne autorisée cible.

5 - Le travailleur mentionné dans le numéro précédent est soumis au secret professionnel.

6 - L'accès aux lieux mentionnés au paragraphe 1 peut être empêché chaque fois que la personne:

a) Refuser la mesure de la température corporelle;

b) Présenter un résultat supérieur à la température corporelle normale, considérant comme telle une température corporelle égale ou supérieure à 38 ºC, telle que définie par la Direction générale de la santé (DGS).

7 - Dans les cas où la disposition du paragraphe b) du numéro précédent détermine l'impossibilité pour un travailleur d'accéder au lieu de travail concerné, l'absence est justifiée.

Article 9

Réalisation de tests diagnostiques pour le SRAS-CoV-2

1 - Les éléments suivants peuvent faire l'objet de tests de diagnostic du SRAS-CoV-2:

a) Les travailleurs, utilisateurs et visiteurs des établissements de santé;

b) Les travailleurs, étudiants et visiteurs des établissements d'enseignement, d'enseignement et de formation professionnelle et des établissements d'enseignement supérieur;

c) Travailleurs, usagers, professionnels des communautés thérapeutiques et d'inclusion sociale, ainsi que des centres d'accueil temporaires et des centres d'hébergement d'urgence, et, le cas échéant, visiteurs des structures résidentielles pour personnes âgées, unités de soins continus intégrées au Réseau national de soins continus intégrés et d'autres structures et réponses dédiées aux personnes âgées, aux enfants, aux jeunes et aux personnes handicapées, ainsi qu'aux demandeurs et bénéficiaires d'une protection internationale et à l'accueil des victimes de violence domestique et de traite des êtres humains;

d) Dans le cadre des services pénitentiaires et des centres éducatifs:

i) Les détenus dans les prisons et les jeunes admis dans les centres éducatifs;

ii) Quiconque a l'intention de rendre visite aux personnes visées au paragraphe précédent;

iii) Les agents du corps de garde pénitentiaire et autres travailleurs de la Direction générale de la réinsertion et des services pénitentiaires (DGRSP), dans l'exercice de leurs fonctions et à cause d'eux, aux fins d'accès et de permanence sur le lieu de travail;

iv) Les agents du Corps des gardiens de prison, chaque fois que, dans l'exercice de leurs fonctions et à cause d'eux, ils accèdent à d'autres lieux ou y restent pour le transport et la garde des détenus, notamment dans les services de santé et les tribunaux;

v) les fournisseurs de services et les utilisateurs d'installations liés à l'activité de DGRSP, chaque fois qu'ils ont l'intention d'y entrer ou d'y rester;

e) toute personne souhaitant entrer ou sortir du continent ou des régions autonomes par voie aérienne ou maritime;

f) Toute personne souhaitant accéder aux lieux déterminés à cet effet par le DGS.

2 - La réalisation des tests de diagnostic du SRAS-CoV-2 visés au numéro précédent est déterminée par le responsable de l'établissement ou du service concerné, sauf dans le cas du sous-paragraphe d), où elle est effectuée par ordre du le directeur général de la réinsertion et des services pénitentiaires, dans les conditions fixées par les directives du DGS.

3 - Dans les cas où les résultats des tests effectués en vertu des paragraphes précédents empêchent un travailleur d'avoir accès au lieu de travail concerné, l'absence est justifiée.

Article 10

Suspension exceptionnelle de la résiliation des contrats de travail

1 - Pendant la période de validité de l'état d'urgence, la possibilité de résilier les contrats de travail des professionnels de santé liés aux services et établissements du Service National de Santé est temporairement et exceptionnellement suspendue, en raison de besoins impérieux de services (SNS), quelle que soit la nature juridique du cautionnement, soit à l'initiative de l'employeur, soit à l'initiative du travailleur.

2 - Les dispositions du paragraphe précédent s'appliquent à la résiliation des contrats de travail individuels, par révocation ou résiliation, et à la résiliation des contrats de travail dans les fonctions publiques en cas de résiliation conventionnelle, de résiliation ou d'exonération, à la demande du travailleur.

Article 11

Renforcement des ressources humaines dans le domaine de la santé

1 - Les établissements dispensant des soins de santé au NHS peuvent, à titre exceptionnel, procéder à l'embauche de mandats résolutifs, dans la limite d'un an, de titulaires de diplômes universitaires délivrés par un établissement d'enseignement supérieur étranger dans le domaine de la médecine lorsque ceux-ci justifient qu'ils ont déjà été approuvés lors de l'examen écrit du processus de reconnaissance spécifique au cycle d'études intégrées du Master en médecine.

2 - Les établissements de santé visés à l'alinéa précédent peuvent, à titre exceptionnel, contracter la résolution permanente, dans la limite d'un an, des titulaires de diplômes universitaires délivrés par un établissement d'enseignement supérieur étranger dans le domaine des soins infirmiers, de niveau identiques aux diplômes de licence délivrés par les établissements d'enseignement supérieur portugais, lorsqu'ils justifient l'une des conditions suivantes:

a) Avoir complété un cycle d'études avec au moins 3600 heures d'enseignement, dont 1800 heures d'enseignement clinique;

b) Conserver plus de cinq ans d'expérience professionnelle dans le domaine clinique.

3 - L'exercice des fonctions professionnelles au Portugal après la résiliation des contrats visés aux paragraphes précédents nécessite une inscription auprès de l'ordre professionnel compétent, dans les conditions prévues par les statuts respectifs.

4 - Les étudiants inscrits à des cycles d'études dans le domaine des soins infirmiers à la date d'entrée en vigueur du présent décret et déjà titulaires d'un diplôme universitaire étranger peuvent être crédités de la totalité de la formation et de l'expérience professionnelle dûment prouvées, sans qu'il soit nécessaire de respecter les limites définies à l'article 45 du  décret-loi n ° 74/2006 du 24 mars, dans sa rédaction actuelle.

5 - L'embauche au titre de cet article est conforme aux autres conditions légales applicables en matière d'embauche de professionnels de santé.

Article 12

Mesures exceptionnelles dans le domaine de la santé publique

1 - Le membre du Gouvernement chargé du domaine de la santé, avec pouvoir de délégation, détermine:

a) Les mesures d'exception applicables à l'activité d'assistance exercée par les services et établissements intégrés dans le SNS;

b) Mesures exceptionnelles pour l'utilisation, par les services et établissements intégrés dans le NHS, des services de soins de santé dans les secteurs privé et social, en termes de fourniture de soins de santé;

c) Les mesures nécessaires et la pratique des actes qui, dans le cadre spécifique de son action, sont adéquats et indispensables pour garantir les conditions de normalité dans la production, le transport, la distribution et la fourniture des biens et services essentiels à l'activité de la santé secteur.

2 - Sans préjudice des dispositions du paragraphe précédent, le membre gouvernemental chargé du domaine de la santé, en liaison avec le membre gouvernemental chargé du domaine économique, avec pouvoir de délégation, détermine les mesures d'exception nécessaires, dans le cadre de la urgence causée par la situation épidémiologique du virus SRAS-CoV-2, ainsi que pour le traitement de la maladie COVID-19, concernant:

a) Circuits de médicaments et dispositifs médicaux, ainsi que d'autres produits de santé, biocides, solutions désinfectantes, alcool et équipements de protection individuelle, notamment dans le cadre de la fabrication, de la distribution, de la commercialisation, de l'importation, de l'acquisition, de la dispensation et de la prescription, tendant à assurer et permettre l'approvisionnement, la disponibilité et l'accès des produits nécessaires aux formations sanitaires, aux patients et aux autres utilisateurs;

b) L'accès aux médicaments, notamment expérimentaux, utilisés dans le cadre de la pandémie et la continuité des essais cliniques.

3 - Les déterminations auxquelles il est fait référence dans les paragraphes précédents sont de préférence établies par accord ou, à défaut, de manière unilatérale par une juste compensation, aux termes du  décret-loi n ° 637/74 , du 20 novembre, dans sa rédaction actuelle.

Article 13

Renforcement de la capacité de criblage

1 - En vue de renforcer la capacité de dépistage des autorités et services de santé publique, la mobilisation des ressources humaines pour mener des enquêtes épidémiologiques, suivre les contacts des patients atteints de COVID-19 et suivre les personnes sous surveillance active peut être déterminée.

2 - Aux fins du paragraphe précédent, la réalisation d'enquêtes épidémiologiques, le suivi des contacts des patients atteints de COVID-19 et le suivi des personnes sous surveillance active peuvent être effectués par toute personne qui n'est pas un professionnel de la santé.

3 - Les ressources humaines visées au paragraphe 1 peuvent être des employés d'entités publiques de l'administration directe et indirecte de l'Etat et des collectivités locales, privées, sociales ou coopératives, quel que soit le lien professionnel ou le contenu fonctionnel, qui sont en isolement prophylactique , se trouvent dans la situation prévue à l'article 25-A du  décret-loi n ° 10-A / 2020 , du 13 mars, dans sa rédaction actuelle, ou sont des personnels des forces et services de sécurité, des agents de la protection civile ou des enseignants sans composante pédagogique.

4 - Aux fins des paragraphes précédents, l'affectation des travailleurs aux fonctions visées aux paragraphes précédents doit tenir compte de leur contenu de formation et fonctionnel respectif, la mobilisation et la coordination des personnes étant opérationnalisées par arrêté des membres du Gouvernement chargés de les domaines de l'administration publique, du travail, de la solidarité sociale, de la santé et le domaine sectoriel auquel le travailleur est affecté, le cas échéant.

5 - Pendant la période pendant laquelle la mobilisation des travailleurs est maintenue et tant que sont garanties des conditions de travail assurant notamment la protection de leur santé, l'exercice de fonctions à un moment et à un endroit différents peut être imposé.

6 - Les dispositions du paragraphe précédent, en ce qui concerne le lieu de travail, ne s'appliquent pas aux travailleurs en isolement prophylactique.

7 - Les travailleurs mobilisés en vertu des dispositions de cet article conservent tous les droits inhérents au lieu d'origine et ne peuvent être lésés dans le développement de leur carrière.

Article 14

Participation des forces armées aux enquêtes épidémiologiques et suivi des contacts avec les patients

Les forces armées participent à la conduite d'enquêtes épidémiologiques et au suivi des contacts des patients atteints du COVID-19, cette participation étant coordonnée par le commandement respectif.

Article 15

Traitement des données personnelles

1 - Dans le cadre des opérations prévues aux articles 13 et 14, d'enquêtes épidémiologiques, de suivi des contacts des patients atteints de COVID-19 et de suivi des personnes sous surveillance active, il peut y avoir des traitements de données à caractère personnel, notamment des données de santé, pour des raisons d'intérêt public dans le domaine de la santé publique, indépendamment du consentement des détenteurs respectifs.

2 - Aux fins du paragraphe précédent, les données de santé peuvent être consultées et traitées par:

a) les professionnels de la santé;

b) les étudiants en médecine ou en sciences infirmières;

c) Tous les professionnels qui ont été mobilisés pour renforcer la capacité de dépistage aux termes de l'article 13;

d) Tous les éléments des forces armées qui ont été mobilisés pour renforcer la capacité de filtrage aux termes de l'article 14.

3 - Les personnes visées aux paragraphes précédents qui accèdent ou traitent des données personnelles dans le cadre du présent article sont soumises à un devoir de secret ou de confidentialité.

4 - Les entités responsables des systèmes ou services dans le cadre desquels les données à caractère personnel sont consultées, gérées ou traitées en vertu du présent article doivent veiller à la mise en œuvre de mesures appropriées qui garantissent l'accomplissement des devoirs de secret ou de confidentialité mentionnés dans le numéro précédent, et devraient mettent également en œuvre des mesures techniques de sécurité en termes d'autorisations d'accès aux données personnelles, d'authentification préalable de celui qui y accède et d'enregistrement électronique des accès et des données consultées.

SECTION II

Mesures applicables aux activités, établissements, services, entreprises ou assimilés

Article 16

Fermeture d'installations et d'établissements

Les installations et établissements visés à l'annexe i du présent décret et dont ils font partie intégrante sont fermés, sans préjudice des dispositions de l'article 22.

Article 17

Suspension des activités des installations et des établissements

1 - Les activités de vente au détail et de prestation de services sont suspendues dans les établissements ouverts au public, ou sur une base itinérante, à l'exception de ceux qui fournissent des biens essentiels ou d'autres biens considérés comme essentiels ou qui fournissent des services essentiels ou d'autres services considérés comme essentiels dans la conjoncture actuelle , qui sont énumérés à l'annexe ii du présent décret et qui en fait partie intégrante, sans préjudice des dispositions de l'article 22.

2 - La suspension déterminée conformément au paragraphe précédent ne s'applique pas:

a) Établissements de commerce de gros;

b) Les établissements qui ont l'intention de maintenir leur activité exclusivement à des fins de livraison à domicile ou de mise à disposition de marchandises à la porte de l'établissement, au guichet ou à travers un service de collecte de produits préalablement achetés par des moyens de communication à distance (click and collect) , à condition qu'ils aient une entrée autonome et indépendante de l'extérieur.

3 - Dans les cas prévus au paragraphe b) du paragraphe précédent, l'accès du public à l'intérieur de l'établissement est interdit.

4 - Les dispositions de l'alinéa b) du paragraphe 2 et du paragraphe suivant ne préjugent pas de l'application des dispositions de l'article 24, qui constitue une règle spéciale.

5 - Sans préjudice des dispositions du paragraphe suivant, les activités de commerce de détail non alimentaire et la prestation de services dans les établissements en activité aux termes du paragraphe 1 ferment à 21h00 les jours ouvrables et à 13h00 le Les samedis, dimanches et jours fériés.

6 - Les activités de vente au détail de produits alimentaires ferment à 21h00 en semaine et à 19h00 les samedis, dimanches et jours fériés.

7 - Les dispositions du paragraphe 5 ne sont pas applicables:

a) Aux établissements où sont fournis des services médicaux ou autres services de santé, à savoir les hôpitaux, bureaux et cliniques, cliniques dentaires et centres de soins médico-vétérinaires urgents, et services de soutien social, ainsi que les services de soutien intégrés dans ces lieux;

b) Aux pharmacies et établissements vendant des médicaments sans ordonnance;

c) Les établissements touristiques et les établissements d'hébergement locaux, ainsi que les établissements d'hébergement des étudiants;

d) les établissements qui offrent des funérailles et des activités connexes;

e) les activités de fourniture de services, à savoir les zones de service et les stations-service, qui comprennent les autoroutes;

f) Les stations-service non couvertes par le paragraphe précédent, ainsi que les bornes de recharge pour véhicules électriques, exclusivement dans la partie relative à la vente de carburant et à la fourniture ou au chargement de véhicules au public dans le cadre des déplacements autorisés aux termes du présent décret .;

g) les établissements proposant des services de location de véhicules utilitaires sans chauffeur (rent-a-cargo) et de location de voitures particulières sans chauffeur (location-voiture);

h) Aux établissements situés à l'intérieur des aéroports situés sur le territoire continental, après vérification de la sécurité des passagers.

Article 18

Interdiction de la publicité des pratiques commerciales avec réduction de prix

Publicité, activité publicitaire ou adoption de toute autre forme de communication commerciale, notamment dans les services de la société de l'information, pouvant entraîner une augmentation du flux de personnes fréquentant les établissements qui, aux termes du présent décret, sont interdits ouverts au public, notamment par la divulgation de soldes, de promotions ou de ventes.

Article 19

Vendeurs itinérants

1 - Il est permis l'exercice d'activité des vendeurs itinérants, pour la fourniture de biens essentiels ou d'autres biens jugés essentiels dans la présente conjoncture, dans les lieux où cette activité est nécessaire pour garantir l'accès à ces biens par la population.

2 - L'identification des lieux où la vente itinérante est indispensable pour garantir l'accès aux biens essentiels par la population est définie par décision de la commune, après avis favorable de l'autorité sanitaire d'un niveau territorial local compétent, et doit être publiée le le site Web respectif.

Article 20

Foires et marchés

1 - L'exploitation des foires et marchés est autorisée en cas de vente de produits alimentaires et avec l'autorisation du président du conseil territorial compétent, conformément aux règles énoncées aux paragraphes suivants.

2 - Pour chaque foire ou marché, il doit y avoir un plan d'urgence pour la maladie COVID-19, préparé par la municipalité compétente ou approuvé par celle-ci, dans le cas de foires et marchés sous l'exploitation d'entités privées.

3 - Le plan d'urgence doit être mis à disposition sur le site Internet de la municipalité.

4 - La réouverture des foires et des marchés doit être précédée d'actions de sensibilisation de tous les commerçants et commerçants, à la mise en œuvre du plan d'urgence et autres mesures de prévention et pratiques d'hygiène.

5 - Le plan d'urgence visé aux paragraphes précédents doit, avec les adaptations nécessaires, respecter les règles en vigueur pour les établissements de commerce de détail en matière d'occupation, de permanence et de distance physique, ainsi que les lignes directrices du SGD prévoyant un ensemble de procédures prévention et contrôle des infections, à savoir:

a) Procédure opérationnelle sur les mesures à prendre en cas de maladie, de symptômes ou de contact avec un cas confirmé de maladie COVID-19;

b) Mise en œuvre de l'utilisation obligatoire d'un masque ou d'une visière par les spécialistes du marketing et les commerçants et les clients;

c) des mesures de distance physique adéquate entre les lieux de vente, lorsque cela est possible;

d) Mesures d'hygiène, à savoir l'obligation de se conformer aux mesures d'hygiène des mains et d'étiquetage respiratoire, ainsi que la disponibilité obligatoire de solutions désinfectantes pour la peau, aux entrées et sorties des foires et marchés, dans les installations sanitaires, lorsqu'elles existent, ainsi que disponibilité respective par les commerçants et les commerçants, lorsque cela est possible;

e) Mesures d'accès relatif et de circulation, à savoir:

i) La gestion des accès aux foires et marchés, afin d'éviter une concentration excessive tant à l'intérieur qu'à l'entrée de ceux-ci;

ii) Les règles applicables à l'exposition des marchandises, de préférence et chaque fois que possible, sous réserve de leur mise à disposition par les commerçants et les commerçants;

iii) Procédures de désinfection des véhicules et des marchandises, adaptées au type de produits et à l'organisation de la circulation;

f) Plan de nettoyage et de désinfection des foires et des marchés;

g) Protocole pour la collecte et le traitement des déchets.

6 - Sans préjudice des compétences des autres autorités, les autorités de contrôle communales, la police communale et les entités chargées de la gestion des foraines et des marchés, selon le cas, peuvent contribuer au contrôle du respect des procédures contenues dans les plans.

Article 21

Exercice de l'activité de commerce de détail dans les établissements de gros

1 - Les titulaires de l'exploitation d'établissements de distribution alimentaire en gros sont autorisés, pendant la durée de validité du présent décret, à vendre leurs produits directement au public, en se livrant cumulativement au commerce de détail.

2 - Les titulaires de l'exploitation d'établissements de distribution en gros de denrées alimentaires souhaitant exercer des activités de commerce de détail dans les conditions du numéro précédent sont tenus de respecter les règles d'accès, d'occupation, de sécurité, d'hygiène et de service de priorité prévues à l'article 23.

3 - Les biens destinés à la vente au détail doivent afficher leur prix de vente respectif au public, garantissant leur disponibilité à l'achat sous forme unitaire.

4 - Les titulaires de l'exploitation d'établissements de distribution en gros de denrées alimentaires dans lesquels des ventes au détail sont effectuées doivent adopter, le cas échéant, des mesures pour que les quantités mises à la disposition de chaque consommateur soient adéquates et dissuasives des situations de thésaurisation.

Article 22

Autorisations ou suspensions dans des cas particuliers

Le membre du Gouvernement chargé du domaine de l'économie peut, avec pouvoir de délégation, par arrêté:

a) Permettre l'ouverture de certaines installations ou établissements visés à l'annexe i du présent décret ou l'exercice d'autres activités de commerce de détail ou de prestation de services qui peuvent s'avérer indispensables avec l'évolution de la conjoncture;

b) Imposer l'exercice de certaines des activités de commerce de détail ou de prestation de services, s'il s'avère indispensable pour assurer l'approvisionnement régulier de la population en biens essentiels;

c) Limiter ou suspendre l'exercice des activités de commerce de détail ou la fourniture de services, au cas où l'exercice en question s'avérerait inutile ou indésirable dans le cadre de la lutte contre la contagion et la propagation du virus.

Article 23

Dispositions générales applicables aux établissements ou lieux ouverts au public

1 - Dans les établissements qui maintiennent leur activité aux termes du présent décret, les règles suivantes d'occupation, de permanence et de distance physique doivent être respectées:

a) L'attribution des espaces accessibles au public doit respecter la règle indicative maximale d'occupation de 0,05 personne par mètre carré de superficie, à l'exception des établissements de prestation de services;

b) L'adoption de mesures garantissant une distance minimale de 2 m entre les personnes, sauf disposition spéciale ou orientation du SGD dans une direction différente;

c) Veiller à ce que les personnes ne restent dans l'espace que pendant le temps strictement nécessaire;

d) L'interdiction des situations d'attente d'assistance au sein des établissements de prestation de services, les opérateurs économiques devant de préférence recourir à des mécanismes de réservation préalable;

e) La définition, dans la mesure du possible, de circuits spécifiques d'entrée et de sortie dans les établissements et installations, utilisant des portes séparées;

f) Conformité aux autres règles définies par le SGD;

g) Encourager l'adoption de codes de conduite approuvés pour certains secteurs d'activité ou établissements, pour autant qu'ils ne contreviennent pas aux dispositions du présent décret.

2 - Aux fins du paragraphe a) du numéro précédent:

a) «Zone»: la zone destinée au public, y compris les zones à usage collectif ou de circulation, à l'exception des zones réservées au stationnement des véhicules;

b) Les limites maximales d'occupation maximale par personne n'incluent pas les employés et prestataires de services exerçant des fonctions dans les espaces en question.

3 - Les gestionnaires, gestionnaires ou propriétaires d'espaces et d'établissements doivent tout mettre en œuvre pour:

a) Effectuer une gestion équilibrée des accès publics, dans le respect des dispositions des numéros précédents;

b) Surveiller les refus d'accès du public, afin d'éviter la concentration de personnes à l'entrée des espaces ou des établissements.

4 - Sans préjudice des dispositions des paragraphes précédents, les établissements qui maintiennent leur activité aux termes du présent décret doivent respecter les règles d'hygiène suivantes:

a) La prestation du service et le transport des produits doivent être effectués dans le respect des règles d'hygiène définies par le SGD;

b) Les opérateurs économiques doivent promouvoir le nettoyage et la désinfection quotidiens et périodiques des espaces, équipements, objets et surfaces avec lesquels il existe un contact intense;

c) Les opérateurs économiques doivent promouvoir le nettoyage et la désinfection, avant et après chaque utilisation ou interaction par le client, des terminaux de paiement automatique (TPA), des équipements, des objets, des surfaces, des produits et des ustensiles en contact direct avec les clients;

d) Les opérateurs économiques devraient promouvoir le confinement, autant que possible, par les travailleurs ou les clients, des produits ou équipements en contact ainsi que des articles non emballés, qui devraient de préférence être manipulés et distribués par les travailleurs;

e) En cas d'échanges, de retours ou de retours de produits usagés, les opérateurs doivent, dans la mesure du possible, assurer leur nettoyage et leur désinfection avant d'être remis en vente, sauf si cela n'est pas possible ou compromet la qualité des produits;

f) D'autres règles définies dans des codes de conduite agréés pour certains secteurs d'activité ou établissements, pour autant qu'elles ne contreviennent pas aux dispositions du présent décret.

5 - Sans préjudice des dispositions des paragraphes précédents, les établissements de vente au détail ou de services devraient chercher à assurer la disponibilité de solutions désinfectantes cutanées, pour les travailleurs et les clients, à toutes les entrées et sorties des établissements, ainsi qu'à l'intérieur, dans des désinfection selon l'organisation de chaque espace.

6 - Les établissements de vente au détail ou de services doivent donner la priorité aux professionnels de santé, aux éléments des forces et services de sécurité et de la police criminelle, aux organismes de protection et de sauvetage, aux forces armées et au personnel des services d'assistance sociale, sans préjudice de l'application des dispositions du  décret- Loi n ° 58/2016 du 29 août, dans sa rédaction actuelle.

7 - Les établissements de vente au détail ou de prestation de services doivent informer les clients, de manière claire et visible, des règles d'occupation maximale, de fonctionnement, d'accès, de priorité, de service, d'hygiène, de sécurité et autres règles pertinentes applicables à chaque établissement.

8 - Les établissements de vente au détail ou de services peuvent fermer à certaines heures de la journée pour assurer les opérations de nettoyage et de désinfection des employés, des produits ou des locaux.

Article 24

Restauration et similaires

1 - Sans préjudice des dispositions des paragraphes suivants, les établissements de restauration et assimilés, quelle que soit la zone de vente ou de prestation de services, opèrent exclusivement à des fins de cuisson pour consommation en dehors de l'établissement par livraison à domicile, directement ou par en tant qu'intermédiaire, ainsi que pour la fourniture de plats cuisinés ou de produits à la porte de l'établissement ou au guichet (vente à emporter).

2 - Dans le cadre de la mise à disposition de repas, produits emballés ou boissons à la porte de l'établissement ou au guichet (à emporter), la consommation de repas, produits ou boissons à la porte de l'établissement ou dans ses environs est interdite.

3 - Les restaurants situés dans des établissements commerciaux fonctionnent exclusivement à des fins de cuisson pour la consommation en dehors de l'établissement par livraison à domicile, directement ou par un intermédiaire, la fourniture de repas ou de produits à la porte de l'établissement ou au guichet étant interdite (prendre -une façon).

4 - Les établissements de restauration et assimilés qui ont l'intention de maintenir leur activité respective, en tout ou en partie, à des fins de cuisine destinée à la consommation en dehors de l'établissement ou à la livraison à domicile, directement ou par un intermédiaire, sont dispensés d'une autorisation de cuisine destinée à la consommation hors de l'établissement ou la livraison à domicile et peuvent déterminer à leurs travailleurs, à condition qu'avec leur consentement, la participation aux activités respectives, même si elles ne font pas partie de l'objet des contrats de travail respectifs.

Article 25

Bars et autres établissements de boissons

Les bars, autres établissements de boissons sans spectacle et établissements de danse au libellé actuel restent fermés, par  décret-loi n ° 10-A / 2020 du 13 mars.

Article 26

Vente et consommation de boissons alcoolisées

1 - La vente de boissons alcoolisées dans les aires de service ou dans les stations-service est interdite et, de 20h00 à 6h00, dans les magasins de détail, y compris les supermarchés et les hypermarchés.

2 - En livraisons à domicile, directement ou par un intermédiaire, ainsi que dans le mode de vente par la mise à disposition de repas emballés ou de produits à la porte de l'établissement ou au guichet (à emporter), il n'est pas permis de fournir des boissons alcoolisées boissons de 20: 00 h et jusqu'à 06:00 h.

3 - La consommation de boissons alcoolisées dans les espaces extérieurs avec accès public et voie publique est interdite.

Article 27

Honoraires et commissions facturés par les plateformes intermédiaires du secteur de la restauration et assimilés

1 - Pendant la durée du présent décret, les plates-formes intermédiaires dans la vente de biens ou dans la fourniture de services de restauration et assimilés sont empêchées de facturer aux opérateurs économiques des frais de service et des commissions qui, globalement considérés, pour chaque transaction commerciale, dépassent 20% des prix de vente au public du bien ou du service.

2 - Pendant la durée de validité du présent décret, les plates-formes intermédiaires dans la vente de biens ou dans la fourniture de services de restauration et assimilés sont également empêchées:

a) Augmenter la valeur des autres frais ou commissions facturés aux opérateurs économiques établis jusqu'à la date d'approbation du présent décret;

b) Facturer, aux consommateurs, des tarifs de livraison supérieurs à ceux pratiqués avant la date d'approbation du présent arrêté;

c) Payer les prestataires de services qui collaborent avec eux pour un montant inférieur aux honoraires facturés pour le service rendu avant la date d'approbation du présent décret;

d) Accorder aux prestataires de services qui collaborent avec eux moins de droits que ceux qui leur ont été accordés avant la date d'approbation du présent décret.

Article 28

Établissements de vente au détail vendant divers types de produits

1 - Le membre du Gouvernement responsable de la zone économique peut, par arrêté, déterminer que les établissements de vente au détail qui vendent plus d'un type de biens et dont l'activité est autorisée au titre du présent décret ne peuvent pas vendre des biens typiquement vendus aux États-Unis. établissements de vente au détail fermés ou dont l'activité est suspendue aux termes du présent décret.

2 - Dans le cas prévu au paragraphe précédent, la commande doit identifier les produits ou catégories de produits visés par la limitation de commercialisation.

Article 29

Régime de prix maximum pour le gaz de pétrole liquéfié en bouteille

1 - Un régime de prix maximum est établi pour le gaz de pétrole liquéfié (GPL) en bouteille, dans les tarifs standards de l'acier , des types T3 et T5, tel qu'établi à l'article 8 du  décret-loi n ° 5/2018 du 2 février.

2 - Le prix réglementé de GPL, dans les typologies indiquées dans le numéro précédent, pour chaque mois, est déterminé en (euro) / kg, selon la formule suivante:

(Pr (index C) + Pr (index F) + Pr (index D + A) + Pr (index Index) + Pr (index E) + spread + ISP) x (1 + TVA)

dans lequel:

Pr (indice C) - Prix du GPL butane ou GPL propane, compte tenu du prix CAF ARA en USD / tonne, converti ultérieurement en (euro) / kg, vérifié au mois M-1;

Pr (indice F) - Coût supplémentaire du transport maritime du GPL à Lisbonne en USD / tonne, compte tenu des navires de 1800 t, convertis ultérieurement en (euros) / kg, vérifiés au mois M-1;

Pr (indice D + A) - Coûts des opérations logistiques de réception de pétrole brut ou de produits pétroliers ((euro) / tonne) et stockage respectif ((euro) / tonne) pendant 15 jours consécutifs, convertis en (euro) / kg;

Pr (Res. Index) - Coûts de la partie des réserves de sécurité constituées et contrôlées directement par l'entité centrale de stockage, présentés en (euros) / kg;

Pr (indice E) - Coût de remplissage des bouteilles ((euro) / t), appliqué au GPL butane et GPL propane;

ISP - Taxes sur tous les produits pétroliers et énergétiques, s'ils sont consommés ou vendus pour l'utilisation de carburant ou de carburant, présentées en (euros) / kg;

TVA - Taxe sur la valeur ajoutée, présentée en pourcentage.

Les valeurs d'épandage applicables sont indiquées dans le tableau suivant, pour le GPL butane et le GPL propane, pour les types T3 et T5:

(voir document original)

3 - Le prix réglementé du mois M est déterminé le premier jour du mois et s'applique du troisième jour ouvrable du mois M jusqu'au deuxième jour ouvrable du mois M + 1.

4 - En cas de modification pertinente de la cotation internationale, identifiée par l'Entité de Régulation des Services Énergétiques (ERSE), le membre gouvernemental responsable du domaine de l'énergie peut, par arrêté, déterminer de nouveaux tarifs réglementés à appliquer aux jours restants le mois en cours.

5 - Les modalités du prix réglementé énoncées au paragraphe 2 sont publiées quotidiennement sur le site de l'ERSE.

6 - Le prix réglementé de la GPL est calculé par ERSE et publié sur son site Internet.

7 - Au cours du mois de janvier 2021, les prix suivants après taxes s'appliquent:

a) GPL butane, de type T3: 1,836 (euro) / kg;

b) propane GPL, de type T3: 2 171 (euros) / kg;

c) GPL propane, en typologie T5: 1 950 (euros) / kg.

8 - Les prix maximaux des bouteilles GPL définis dans le numéro précédent ne peuvent ajouter que des coûts avec le service de livraison, qui s'appliquent aux situations dans lesquelles les bouteilles sont achetées par téléphone ou par voie électronique, mises à disposition à un endroit différent du point de vente. .

9 - Le prix du service de livraison mentionné dans le numéro précédent doit être conforme aux frais supportés par le fournisseur pour la fourniture de ce service.

10 - Dans le cadre de l'obligation d'information sur les fournisseurs de GPL, les consommateurs doivent être informés du prix des bouteilles de GPL, ainsi que du service de livraison, le cas échéant, avant l'acte de livraison.

11 - Les stations-service et autres points de vente de bouteilles GPL avec service au public doivent garantir l'approvisionnement continu en bouteilles GPL, à savoir les types soumis au prix fixé sous ce régime.

12 - Le respect des dispositions énoncées dans cet article est soumis au contrôle de l'Entité nationale du secteur de l'énergie, EPE, des forces et services de sécurité et de la police municipale, de l'Autorité de sécurité alimentaire et économique (ASAE) et d'autres entités compétentes dans cette affaire.

13 - Le prix réglementé pour le mois de janvier 2021 est applicable le troisième jour après l'entrée en vigueur du présent décret.

Article 30

Véhicules privés d'une capacité de plus de cinq places

Les véhicules privés d'une capacité de plus de cinq places ne peuvent conduire, dans le cadre des déplacements autorisés en vertu du paragraphe 3 de l'article 4, que si tous les occupants font partie du même ménage, avec les deux tiers de leur capacité, et doivent porter un masque. ou visière, avec les exceptions prévues à l'article 13-B du  décret-loi n ° 10-A / 2020 , du 13 mars, dans sa rédaction actuelle.

Article 31

Funérailles

1 - La tenue de funérailles est conditionnée à l'adoption de mesures organisationnelles garantissant l'absence de regroupements de personnes et le contrôle des distances de sécurité, à savoir la mise en place d'une limite de fréquentation maximale, à déterminer par la collectivité locale qui exerce les pouvoirs de gestion de le cimetière respectif.

2 - La limite établie aux termes du numéro précédent ne peut entraîner l'impossibilité d'assister aux funérailles d'un conjoint ou partenaire de fait, ascendants, descendants, parents ou assimilés.

Article 32

Règles applicables au trafic aérien et aux aéroports

1 - Les passagers des vols en provenance de pays à définir par arrêté des membres du Gouvernement chargés des domaines des affaires étrangères, de la défense nationale, de l'administration intérieure, de la santé et de l'aviation civile doivent présenter, au départ, une preuve de réalisation d'un test moléculaire par RT -PCR pour dépister l'infection par le SRAS-CoV-2 avec un résultat négatif, réalisé dans les 72 heures précédant l'embarquement, sous peine de se voir refuser l'embarquement et d'entrer sur le territoire continental.

2 - Les ressortissants nationaux et les ressortissants étrangers résidant légalement sur le territoire continental, ainsi que le personnel diplomatique placé au Portugal qui, à titre exceptionnel, n'ont pas la preuve de la réalisation d'un test moléculaire par RT-PCR pour détecter l'infection par le SRAS-CoV. en cas de résultat négatif aux termes du numéro précédent, ils doivent effectuer ledit test à l'arrivée, avant d'entrer sur le territoire continental, à leurs frais, en étant, à cet effet, transmis par les autorités compétentes.

3 - Les tests de laboratoire mentionnés dans le numéro précédent sont réalisés et mis à disposition par ANA - Aeroportos de Portugal, SA (ANA, SA), par l'intermédiaire de professionnels de santé qualifiés à cet effet, et ce service peut être sous-traité.

4 - ANA, SA, doit effectuer, dans les aéroports internationaux portugais qu'elle gère, un contrôle infrarouge de la température corporelle de tous les passagers arrivant sur le territoire continental.

5 - Les passagers qui, dans le cadre du contrôle visé au numéro précédent, détectent une température corporelle égale ou supérieure à 38 ºC, telle que définie par le SGD, doivent être immédiatement dirigés vers un espace adapté à la répétition de la mesure température corporelle, et ces passagers devraient, si l’évaluation de la situation le justifie, être soumis à des tests moléculaires par RT-PCR pour dépister l’infection par le SRAS-CoV-2.

6 - Le suivi du contrôle de la température corporelle par infrarouge et la mesure de la température corporelle sont à la charge de ANA, SA, cette dernière étant effectuée par des professionnels de santé dûment qualifiés à cet effet, même en sous-traitance.

7 - Les passagers visés au paragraphe 2, ainsi que ceux qui sont détectés avec une température corporelle égale ou supérieure à 38 ºC et qui effectuent le test moléculaire par RT-PCR pour dépister l'infection par le SRAS-CoV-2, attendent dans un place appropriée à l'intérieur de l'aéroport jusqu'à la notification du résultat.

Article 33

Suspension de vol et confinement obligatoire

Lorsque la situation épidémiologique le justifie, les membres du Gouvernement chargés des domaines des affaires étrangères, de la défense nationale, de l'administration intérieure, de la santé et de l'aviation civile peuvent, par arrêté, déterminer:

a) La suspension des vols avec origine et destination dans certains pays;

b) La nécessité d'imposer une période de confinement obligatoire à l'arrivée sur le territoire national pour les passagers de certains pays.

Article 34

Rétablir le contrôle des populations aux frontières terrestres et fluviales

1 - Le contrôle des personnes aux frontières intérieures portugaises, terrestres et fluviales est rétabli, aux termes du paragraphe 6 de l'article 6 de la  loi n ° 23/2007 du 4 juillet, dans sa rédaction actuelle, et de l'article 28 du le code frontières Schengen, approuvé par le règlement (UE)  2016/399  du Parlement européen et du Conseil du 9 mars 2016, dans sa rédaction actuelle.

2 - Sans préjudice de la collaboration entre les forces de sécurité et les services, il appartient au Service des étrangers et des frontières d'appliquer les présentes mesures en matière de contrôle aux frontières et à la Garde nationale républicaine d'assurer la surveillance entre les points de passage autorisés dans les conditions du n ° 7.

3 - La circulation routière aux frontières terrestres intérieures est interdite, quel que soit le type de véhicule, à l'exception du transport international de marchandises, du transport de travailleurs transfrontaliers et de la circulation des véhicules d'urgence et de secours et des services d'urgence.

4 - Le trafic ferroviaire entre le Portugal et l'Espagne est suspendu, sauf pour le transport de marchandises.

5 - Le transport fluvial entre le Portugal et l'Espagne est suspendu.

6 - Les limitations visées aux paragraphes précédents sont sans préjudice:

a) Le droit d'entrée des citoyens nationaux et des titulaires de permis de séjour au Portugal;

b) Le droit de sortie pour les citoyens résidant dans un autre pays.

7 - Aux fins du présent article, les points de passage autorisés à la frontière terrestre sont déterminés par arrêté du membre du Gouvernement chargé du domaine de l'administration intérieure.

Article 35

Services publics

1 - Les magasins citoyens restent fermés, avec un service client sur place sur rendez-vous, au réseau d'agences des différents services publics, ainsi que la fourniture de ces services via les médias numériques et les centres de contact avec les citoyens et les entreprises.

2 - Le fonctionnement des services publics jugés essentiels peut être déterminé, dans des termes différents de ceux prévus à l'alinéa précédent, à définir par arrêté des membres du Gouvernement responsables du domaine du service en question et du domaine de Administration publique.

3 - Le membre du Gouvernement chargé du domaine de l'Administration publique, habilité à déléguer, à l'exception des services essentiels visés à l'article 10 du  décret-loi n ° 10-A / 2020 , du 13 mars, pour déterminer:

a) La définition de lignes directrices relatives à la constitution et au maintien des situations de mobilité;

b) La définition de lignes directrices sur les cas dans lesquels les agents de l'administration publique peuvent être appelés à exercer des fonctions dans un lieu différent de celui habituel, dans une entité différente ou dans des conditions et des horaires de travail différents;

c) L'articulation avec les communes en ce qui concerne les services publics locaux, notamment les espaces citoyens, et le régime de fourniture de travail dans l'administration locale;

d) Centralisation et coordination des informations concernant le fonctionnement et la communication des services d'assistance publique;

e) Diffusion d'informations, d'instruments de soutien et de pratiques innovantes de gestion et d'organisation du travail, pour soutenir l'activité des services et des travailleurs dans de nouveaux environnements de travail.

4 - Le membre du Gouvernement chargé du domaine des affaires étrangères adapte les dispositions de cet article aux services périphériques externes du ministère des Affaires étrangères.

Article 36

Activités d'enseignement

1 - Sont suspendus:

a) Activités éducatives et pédagogiques, en personne, dans les établissements d'enseignement public, privé et coopératif et dans le secteur social et solidaire, des 2e et 3e cycles de l'enseignement de base et secondaire, auxquels le régime de non-face-à-face a établi dans la  Résolution du Conseil des Ministres n ° 53-D / 2020 , du 20 juillet;

b) Activités de soutien social développées dans un centre d'activités professionnelles, un centre de jour, un centre social, un centre de loisirs, à l'exclusion des enfants et des étudiants qui reprennent des activités éducatives et pédagogiques, et des universités supérieures;

c) Enseignement en personne et activités non pédagogiques des établissements d'enseignement supérieur, sans préjudice des périodes d'évaluation en cours.

2 - Sauf les dispositions du paragraphe a) du numéro précédent:

a) Chaque fois que cela est nécessaire, avec la même garantie, l'accompagnement thérapeutique fourni dans les établissements d'enseignement spécialisé, dans les écoles et, par ailleurs, par les centres de ressources pour l'inclusion, ainsi que l'accueil dans les unités intégrées dans les centres d'appui à l'apprentissage, pour les élèves pour qui des mesures complémentaires ont été mobilisées, tout en respectant les directives des autorités sanitaires;

b) La réalisation de tests ou d'examens internationaux sur les programmes.

3 - Sans préjudice des paragraphes 1 et 2:

a) Les groupements d'écoles et d'écoles non groupées du système scolaire public et les établissements du secteur privé, coopératif et social et solidaire sur financement public adoptent les mesures nécessaires à la fourniture d'un soutien alimentaire aux élèves bénéficiant des niveaux A et B de la action école sociale;

b) Les centres d'activités professionnelles, bien que fermés, doivent apporter un soutien alimentaire à leurs usagers en situation de besoin économique, et, chaque fois que les établissements remplissent les conditions de ressources logistiques et humaines, ils doivent assurer un suivi professionnel des usagers qui doivent rester dans votre logement ;

c) Les équipes locales d'intervention précoce reprennent leurs activités régulières en face à face, en sauvegardant toutes les mesures d'hygiène et de sécurité recommandées par la direction générale de la santé;

d) Les centres de soutien à la vie autonome doivent rester opérationnels, garantissant aux assistants personnels de fournir un soutien aux bénéficiaires en personne, les équipes techniques pouvant, à titre exceptionnel, réaliser, par des moyens télématiques, des activités compatibles avec elles-mêmes.

4 - Les réponses de résidence et de résidence autonome sont exclues des dispositions du paragraphe 2.

Article 37

Travailleurs de services essentiels

1 - Dans chaque groupe d'écoles, est identifié un établissement d'enseignement qui favorise l'accueil des enfants ou autres personnes à charge en charge d'un travailleur dont la mobilisation pour le service ou la préparation les empêche de leur prêter assistance suite à la suspension prévue à l'article précédent, et qui sont:

a) Les professionnels de la santé, les forces et services de sécurité et de secours, y compris les pompiers volontaires, et les forces armées;

b) les travailleurs des services publics essentiels;

c) Les travailleurs d'institutions, d'établissements sociaux ou d'entités qui développent des solutions de soutien résidentiel et social aux personnes âgées, aux personnes handicapées, aux enfants et jeunes en danger et aux victimes de violence domestique;

d) Les travailleurs des services de gestion et d'entretien des infrastructures essentielles, ainsi que d'autres services essentiels.

2 - Les établissements de handicap, avec une réponse du centre d'activités professionnelles, sans préjudice de la suspension de leurs activités, doivent garantir un accompagnement aux responsables de leurs usagers qui sont des travailleurs de services jugés essentiels, dans les termes identifiés au paragraphe précédent.

3 - Les services essentiels, aux fins du paragraphe 1, sont ceux définis dans l'  ordonnance n ° 25-A / 2021 du 29 janvier.

Article 38

Suspension des activités de formation

1 - Les activités de formation réalisées en personne, réalisées par des organismes de formation à caractère public, privé, coopératif ou social, sont également suspendues.

2 - L'activité de formation sur site prévue au paragraphe précédent peut exceptionnellement être remplacée par une formation à distance, lorsque les conditions sont réunies à cet effet, à savoir lorsqu'il s'agit de la formation professionnelle obligatoire requise pour l'accès et l'exercice professionnels sur autorisation de l'autorité compétente .

Article 39

Mesures dans le cadre de structures résidentielles et autres structures et réponses d'accueil

1 - La protection des résidents des structures résidentielles pour personnes âgées, des unités intégrées de soins continus du Réseau national de soins continus intégrés et autres structures résidentielles et réponses dédiées aux enfants, aux jeunes et aux personnes handicapées, ainsi qu'aux demandeurs et bénéficiaires de La protection internationale et l'accueil des victimes de violence domestique et de traite des êtres humains, compte tenu de leur vulnérabilité particulière, doivent impliquer:

a) L'autosurveillance des symptômes de la maladie par des professionnels affectés à ces unités, ainsi que le suivi des symptômes des résidents et leur dépistage régulier afin d'identifier précocement les cas suspects;

b) Utilisation obligatoire des masques chirurgicaux par tous les professionnels de ces structures;

c) Effectuer des tests sur tous les résidents si un cas positif est détecté dans un contact;

d) Placer l'équipement au niveau municipal ou autre en état de préparation, pour un éventuel besoin d'hébergement de personnes en isolement prophylactique ou en situation d'infection confirmée de la maladie COVID-19 qui, au vu de l'évaluation clinique, ne détermine pas le besoin pour hospitalisation;

e) Permettre, sauf dans les structures et réponses dédiées à l'accueil des victimes de violence domestique et de traite des êtres humains, des visites d'usagers, dans le respect des règles définies par la DGS, et l'évaluation de la nécessité de les suspendre pour une durée limitée et selon la situation épidémiologique spécifique, en collaboration avec l'autorité sanitaire locale;

f) Suivi clinique des patients COVID-19 dont la situation clinique ne nécessite pas d'hospitalisation par des professionnels de santé de groupes de centres de santé dans la zone d'intervention respective en collaboration avec l'hôpital de la zone de référence;

g) Opérationnalisation d'équipes d'intervention rapide, composées d'aides à l'action directe, d'assistants des services généraux, d'infirmières, de psychologues et de médecins capables d'agir immédiatement pour contenir et stabiliser les flambées de COVID-19;

h) Maintien du suivi par des équipes multidisciplinaires.

2 - Les tests diagnostiques SARS-CoV-2 sont réalisés par un professionnel de santé, les résultats respectifs étant communiqués globalement au responsable de la direction technique de la structure résidentielle, qui est soumis au secret professionnel.

3 - En cas de détection de cas positifs, l'entité chargée d'analyser les résultats communique l'identification des personnes ciblées directement au responsable de la direction technique de la structure résidentielle, dans les meilleurs délais, afin d'éviter la contagion.

4 - Aux fins des paragraphes 2 et 3, les données personnelles peuvent être traitées dans la mesure strictement nécessaire.

Article 40

Activités académiques

Il est interdit, dans le cadre académique de l'enseignement supérieur, de célébrer, ainsi que des activités récréatives ou récréatives.

Article 41

Activité physique et sportive

1 - Seules l'activité physique et l'entraînement aux sports de plein air individuels sont autorisés, ainsi que tous les entraînements professionnels et équivalents et les activités de compétition, sans public et dans le respect des directives DGS.

2 - Aux fins du présent décret, les activités d'athlètes de haut niveau, d'équipes nationales des modalités olympiques et paralympiques, de 1ère division nationale ou de compétition de niveau compétitif correspondant de toutes les modalités des groupes échelons sont assimilées à activités professionnelles, seniors hommes et femmes, ceux qui participent à des championnats internationaux l'activité des compagnons de ces athlètes dans les sports adaptés, ainsi que les équipes techniques et d'arbitrage respectives.

3 - Les installations sportives en exploitation sont régies par les dispositions du paragraphe 4 de l'article 23, avec les adaptations nécessaires.

Article 42

Evénements et événements

1 - Il est interdit de tenir des célébrations et autres événements, à l'exception des cérémonies religieuses, y compris les célébrations communautaires.

2 - Dans des situations dûment justifiées, les membres du Gouvernement chargés des domaines de l'administration interne et de la santé peuvent, conjointement, autoriser la tenue d'autres célébrations ou manifestations, en définissant les modalités respectives.

Article 43

Interdiction d'accès aux espaces publics

Il incombe au maire du conseil municipal territorialement compétent:

a) La fermeture de tous les espaces publics où les gens sont bondés, à savoir les passages pour piétons, les trottoirs, les trottoirs et les plages;

b) La signalisation de l'interdiction d'utiliser des bancs de jardin, des aires de jeux et des équipements publics pour la pratique du sport (fitness).

Article 44

Soins personnels et esthétique

1 - Le fonctionnement de:

a) Salons de coiffure, barbiers, instituts de beauté, sur rendez-vous;

b) Établissements ou studios de tatouage et de perçage corporel, sur rendez-vous;

c) Activité de massage dans les salons de beauté.

2 - Dans ces établissements, les lignes directrices définies par la DGS doivent être respectées.

CHAPITRE III

Dispositions finales

Article 45

Exécution au niveau local

Le Premier ministre nomme les autorités qui coordonnent l'exécution de la déclaration de l'état d'urgence sur le territoire continental, au niveau local, aux termes du paragraphe 4 de l'article 20 de la  loi n ° 44/86 du 30 septembre, en sa formulation actuelle.

Article 46

Défense nationale

Le membre du Gouvernement chargé du domaine de la défense nationale assure l'articulation avec les autres domaines gouvernementaux pour garantir, le cas échéant, l'engagement des personnes, moyens, biens et services de défense nationale nécessaires au respect des dispositions du présent décret.

Article 47

Administration interne

Le membre du gouvernement chargé du domaine de l'administration interne, avec pouvoir de déléguer:

a) Détermine la fermeture du trafic routier et ferroviaire, pour des raisons de santé publique, de sécurité ou de fluidité du trafic ou la restriction de la circulation de certains types de véhicules;

b) Coordonner une structure de suivi de l'état d'urgence, composée de représentants des zones gouvernementales définies par arrêté du Premier ministre et de représentants des forces et services de sécurité et de l'ANEPC, à des fins de suivi et de production d'informations régulières sur la situation, notamment aux fins de se conformer aux dispositions du paragraphe 1 de l'article 28 de la  loi n ° 44/86 du 30 septembre, dans sa rédaction actuelle, sans préjudice des attributions du secrétaire général des affaires intérieures du système de sécurité et de la Bureau de coordination de la sécurité;

 

c) Mettre en place, avec le membre du gouvernement responsable du domaine sanitaire, des clôtures sanitaires, sur proposition des autorités sanitaires;

d) Établit des mesures spécifiques de contrôle et d'inspection des dispositions du présent décret, en liaison avec d'autres domaines gouvernementaux, le cas échéant en raison de la question.

Article 48

Protection civile

Dans le cadre de la protection civile, et sans préjudice des dispositions de la  loi n ° 44/86 du 30 septembre, dans sa rédaction actuelle:

a) Des structures de coordination politiques et institutionnelles compétentes sur le plan territorial sont activées, qui évaluent, en fonction de l'évolution de la situation, l'activation éventuelle des plans d'urgence de la protection civile au niveau territorial respectif;

b) L'évaluation permanente de la situation opérationnelle et l'adéquation correspondante du statut d'alerte spécial du Système intégré de protection et d'opérations de secours sont effectuées;

c) Un dispositif permanent d'un maximum de 500 équipes spécialisées, existant dans toutes les pompiers volontaires, est opérationnalisé pour le soutien, l'assistance et le transport des patients, ainsi que pour assister les opérations dans le cadre du plan de vaccination contre le COVID -19.

Article 49

Règlements et actes d'exécution

1 - Les règlements et actes administratifs d'exécution du présent arrêté sont effectifs par simple notification au destinataire, par voie électronique ou autre, les formalités restantes applicables étant levées, étant réputées notifiées le même jour.

2 - Aux fins du paragraphe précédent, la notification aux destinataires s'entend de la publication des règlements ou actes sur le site internet des entités compétentes pour l'approbation des règlements ou la pratique des actes.

Article 50

Surveillance

1 - Il appartient aux forces et services de sécurité et à la police municipale de contrôler le respect des dispositions du présent décret, au moyen:

a) Sensibilisation de la communauté à l'obligation générale de ramassage à domicile et à l'interdiction des déplacements non justifiés;

b) L'émanation d'ordres légitimes, aux termes du présent décret, à savoir pour la collecte au domicile respectif;

c) La fermeture d'établissements et la cessation des activités prévues à l'annexe i du présent décret;

d) Comination et participation pour le crime de désobéissance, aux termes et aux fins du paragraphe b) du paragraphe 1 de l'article 348 du Code pénal, ainsi que de l'article 7 de la  loi n ° 44/86 du 30 septembre , pour violation des dispositions des articles 4 à 6, 16 et 17 du présent décret, ainsi que pour séquestration par ceux qui y sont soumis en vertu de l'article 3.;

e) Le suivi et le suivi des personnes en isolement prophylactique ou sous surveillance active;

f) Des conseils sur la non-concentration de personnes sur la voie publique et la dispersion des concentrations supérieures à cinq personnes, à moins qu'elles n'appartiennent au même ménage ou ne résultent d'exceptions prévues au présent décret.

2 - L'ASAE est compétente au sens du paragraphe c) du paragraphe précédent, et est également compétente pour contrôler le respect par les opérateurs économiques des dispositions du présent décret.

3 - Les conseils paroissiaux collaborent à l'accomplissement des dispositions du présent décret, à savoir en conseillant la non-concentration des personnes sur la voie publique, en recommandant à tous les citoyens de se conformer à l'interdiction de voyager non justifiée, en sensibilisant la collecte à domicile et la signalisation générale, auprès des forces et services de sécurité, ainsi que de la police municipale, des établissements à fermer.

4 - Les forces et services de sécurité rendent compte en permanence au membre du Gouvernement chargé du domaine de l'administration intérieure du degré de respect par la population des dispositions du présent décret, afin que le Gouvernement puisse apprécier la situation de tout temps.

Article 51

Obligation générale de coopération

Pendant la période de validité de l'état d'urgence, les citoyens et autres entités ont le devoir de collaborer, notamment à l'exécution des ordres ou instructions des organes et agents chargés de la sécurité, de la protection civile et de la santé publique, à la satisfaction rapide des demandes. qui leur sont à juste titre adressées par les entités compétentes pour la mise en œuvre des mesures contenues dans le présent décret.

Article 52

Mesures de sauvegarde

Les dispositions de ce décret ne préjugent pas de l'existence et de la validité d'autres mesures déjà adoptées dans le cadre de la lutte contre la maladie COVID-19, prévalant sur elles lorsqu'elles en disposent autrement.

Article 53

Abrogation de la règle

Les dispositions suivantes sont abrogées:

a)  Décret n ° 3-A / 2021 , du 14 janvier;

b)  Décret n ° 3-B / 2021 du 19 janvier;

c)  Décret n ° 3-C / 2021 du 22 janvier;

d)  Décret n ° 3-D / 2021 du 29 janvier;

e)  Décret n ° 3-E / 2021 , du 12 février;

f)  Décret n ° 3-F / 2021 , du 26 février.

Article 54

Mise en œuvre

Ce décret entrera en vigueur à 00h00 le 15 mars 2021.

Vu et approuvé par le Conseil des ministres le 11 mars 2021. - Le Premier ministre, António Luís Santos da Costa.

Signé le 13 mars 2021.

 

Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa.

Contresigné le 13 mars 2021.

Le Premier ministre, António Luís Santos da Costa.

ANNEXE I

[visées à l'article 16, à l'article 22, point a), et à l'article 50, paragraphe 1, point c))]

1 - Activités récréatives, ludiques et ludiques:

Discothèques, bars et salles de danse ou de fête;

Cirques;

Parcs d'attractions et parcs récréatifs et similaires pour enfants;

Parcs aquatiques et zoos, sans préjudice de l'accès des travailleurs aux fins de soins aux animaux;

Tous les endroits pour les sports de loisirs;

D'autres emplacements ou installations similaires aux précédents.

2 - Activités culturelles et artistiques:

Auditoriums;

Musées, monuments, palais et sites archéologiques ou similaires (centres d'interprétation, grottes, etc.), nationaux, régionaux et municipaux, publics ou privés, sans préjudice de l'accès des travailleurs à des fins de conservation et de sécurité;

Places, lieux et installations de tauromachie;

Galeries d'art et salles d'exposition;

Pavillons de congrès, salles polyvalentes, salles de conférence et pavillons polyvalents.

3 - Activités éducatives et de formation:

Centres d'études ou de tutorat, à l'exception des niveaux d'enseignement dont l'activité a repris;

Écoles de langues, auto-écoles et centres d'examen;

Établissements de danse et de musique.

4 - Les installations sportives suivantes, à l'exception des sports professionnels et assimilés:

Football, rugby et domaines similaires;

Pavillons ou espaces clos;

Pavillons de futsal, de basketball, de handball, de volleyball, de roller hockey et similaires;

Champs de tir;

Courts de tennis, courts de padel et similaires;

Patinoires, hockey sur glace et similaires;

Piscines;

Anneaux de boxe, arts martiaux et similaires;

Circuits permanents pour motos, automobiles et analogues;

Les vélodromes;

Hippodromes et pistes similaires;

Pavillons multisports;

Gymnases et gymnases;

Pistes d'athlétisme;

Stades;

Cours de golf.

5 - Activités en espaces ouverts, espaces et voies publiques, ou espaces et voies privées similaires à la voie publique:

Cyclisme, motocyclisme, automobile et itinéraires similaires, à l'exception des sports professionnels et similaires;

Événements et expositions nautiques;

Essais et expositions aéronautiques;

Défilés et fêtes populaires ou manifestations folkloriques ou autres de toute nature.

6 - Espaces de jeux et paris:

Les casinos;

Établissements de jeux de hasard, tels que bingo ou similaires;

Équipement de divertissement et similaires;

Salles de jeux et salles de loisirs.

7 - Activités de restauration:

Restaurants et assimilés, cafétérias, salons de thé et assimilés, aux termes des articles 17, 24 et 26;

Bars et similaires;

Bars et restaurants d'hôtels, à l'exception de la livraison en chambre d'hôtes (room service) ou de la fourniture de repas ou de produits conditionnés à la porte des hôtels (plats à emporter), conformément aux articles 17, 24 et 26., avec les adaptations nécessaires ;

Terrasses;

Zones de consommation d'aliments et de boissons (aires de restauration) des complexes commerciaux, sans préjudice des dispositions du paragraphe 3 de l'article 24.

8 - Spa et spas ou établissements similaires.

ANNEXE II

(visée à l'article 17, paragraphe 1)

1 - Épiceries, supérettes, supermarchés et hypermarchés.

2 - Fruits, boucheries, poissonneries et boulangeries.

3 - Foires et marchés, aux termes de l'article 20.

4 - Production et distribution agroalimentaire.

5 - Enchères.

6 - Restauration, aux termes des articles 17, 24 et 26.

7 - Les activités de commerce électronique, ainsi que les activités de prestation de services qui sont fournies à distance, sans contact avec le public, ou qui développent leur activité à travers une plateforme électronique.

8 - Services médicaux ou autres services de santé et de soutien social.

9 - Pharmacies et lieux de vente de médicaments non soumis à prescription médicale.

10 - Établissements de produits médicaux et orthopédiques.

11 - Opticiens.

12 - Établissements de produits cosmétiques et d'hygiène.

13 - Établissements de produits naturels et diététiques.

14 - Services publics essentiels et respectifs réparation et entretien (eau, électricité, gaz naturel et gaz de pétrole liquéfiés canalisés, communications électroniques, services postaux, service de collecte et de traitement des eaux usées, services de collecte et de traitement des eaux usées, services d'assainissement des déchets solides urbains et urbains service d'hygiène et de transport de passagers).

15 - Services autorisés pour l'approvisionnement en eau, la collecte et le traitement des eaux usées et / ou des déchets générés dans le cadre des activités ou dans les établissements visés dans la présente annexe et dans les activités autorisées.

16 - Papeterie et tabacs (journaux, tabac).

17 - Jeux sociaux.

18 - Centres de soins médicaux vétérinaires.

19 - Établissements de vente d'animaux de compagnie et de denrées alimentaires et d'aliments pour animaux.

20 - Établissements de vente de fleurs, plantes, semences et engrais et produits phytosanitaires chimiques et biologiques.

21 - Établissements de lavage et de nettoyage à sec de textiles et de fourrures.

22 - Pharmacies.

23 - Quincailleries et points de vente de matériel de bricolage.

24 - Stations de remplissage de carburant et bornes de recharge pour véhicules électriques.

25 - Établissements de vente de carburants à usage domestique.

26 - Établissements commerciaux pour tracteurs et machines agricoles et industrielles, navires et bateaux.

27 - Commerces, entretien et réparation de bicyclettes, véhicules automobiles et motocycles, tracteurs et machines agricoles et industrielles, navires et bateaux, ainsi que vente de pièces et accessoires et services de remorquage.

28 - Établissements de vente et de réparation d'appareils électroménagers, de matériel informatique et de communication.

29 - Services bancaires, financiers et d'assurance.

30 - Funérailles et activités connexes.

31 - Services d'entretien et de réparation domiciliaires.

32 - Services de sécurité ou de surveillance à domicile.

33 - Nettoyage, désinfection, élimination des rats et activités similaires.

34 - Services de livraison à domicile.

 

35 - Distributeurs automatiques.

36 - Activité des vendeurs ambulants, pour la fourniture de biens essentiels ou d'autres biens jugés essentiels au stade actuel, dans les lieux où cette activité, selon la décision de la commune prise en vertu du paragraphe 2 de l'article 19, nécessaire pour garantir l'accès au biens essentiels par la population.

37 - Activité de location de véhicules utilitaires sans chauffeur (rent-a-cargo).

38 - Activité de location de voitures particulières sans chauffeur (location de voitures).

39 - Prestation de services pour l'exécution ou l'amélioration des réseaux de bandes de gestion du carburant.

40 - Établissements vendant du matériel et du matériel d'irrigation, ainsi que des produits liés à la vinification, ainsi que du matériel pour accueillir des fruits et légumes.

41 - Établissements de vente de produits phytopharmaceutiques et de biocides.

42 - Établissements de vente de médicaments vétérinaires.

 

43 - Établissements où sont fournis des services médicaux ou autres services de santé et de soutien social, à savoir hôpitaux, cabinets médicaux et cliniques, cliniques dentaires et centres de soins médico-vétérinaires urgents, ainsi que les services de soutien intégrés dans ces lieux.

44 - Centres de contrôle technique des véhicules, qui ne peuvent fonctionner que sur rendez-vous.

45 - Hôtels, établissements touristiques et établissements d'hébergement locaux, ainsi que les établissements garantissant l'hébergement des étudiants.

46 - Activités de fourniture de services comprenant les autoroutes, à savoir les aires de service et les stations-service.

47 - Stations de remplissage de carburant non couvertes par le numéro précédent et bornes de recharge pour véhicules électriques.

48 - Établissements situés à l'intérieur des aéroports situés sur le territoire continental, après vérification de la sécurité des passagers.

49 - Cantines ou cafétérias en fonctionnement régulier.

50 - Autres unités de restauration collective dont les services de restauration sont fournis dans le cadre d'un contrat d'exécution continue.

51 - Notaires.

52 - Salons de coiffure, barbiers et instituts de beauté, sur rendez-vous.

53 - Établissements de vente au détail de livres et de supports musicaux.

54 - Services de courtage immobilier.

55 - Activités et établissements énumérés dans les numéros précédents, même intégrés dans des centres commerciaux.

Publié dans PORTUGAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article