Dans le monde, l'inégalité d'accès aux vaccins entre pays riches et pauvres "se creuse" et devient "grotesque"

Publié le par angeline351

Dans le monde, l'inégalité d'accès aux vaccins entre pays riches et pauvres "se creuse" et devient "grotesque", a affirmé lundi le chef de l'OMS, avertissant que de la sorte le virus peut prendre le monde en otage pendant encore plusieurs années.

"En janvier, j'ai déclaré que le monde était au bord d'un échec moral catastrophique si des mesures urgentes n'étaient pas prises pour assurer une distribution équitable des vaccins anti-Covid. Nous avons les moyens d'éviter cet échec, mais il est choquant de constater à quel point peu de choses ont été faites pour l'éviter", a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Les déboires d'AstraZeneca laissent de l'espoir à ses rivaux: le laboratoire allemand CureVac, qui développe un vaccin à ARN messager, poursuit ses essais cliniques pour inclure de nouvelles variantes du virus, avec un objectif de mise sur le marché au deuxième trimestre 2021.

Dans cette course mondiale au vaccin, le président russe Vladimir Poutine a jugé "étranges" les déclarations du commissaire européen Thierry Breton, qui a affirmé que l'Europe n'avait "pas besoin" du vaccin russe Spoutnik V, jugé pourtant efficace par la revue médicale The Lancet et en voie d'examen par l'EMA.

"Nous nous interrogeons sur les intérêts que défendent ces gens, ceux des entreprises pharmaceutiques ou ceux des citoyens européens ?", a affirmé le président russe, promettant de se faire vacciner mardi.

Et la Russie accélère la cadence pour produire son vaccin: le Fonds souverain russe (RDIF) a annoncé un accord avec le groupe pharmaceutique indien Virchow Biotech pour produire en Inde 200 millions de doses du Spoutnik V. Deux autres contrats viennent d'être signés avec des firmes indiennes pour 400 millions de doses.

Avec la vaccination, les Européens pourraient atteindre l'immunité collective en juillet, selon Thierry Breton.

Mais même quand les vaccins sont là, reste à les administrer: en Lombardie, une des régions les plus riches d'Italie, particulièrement touchée par l'épidémie, la campagne de vaccination vire au "désastre" en raison d'un système de réservation défectueux. Un maire a dû emprunter un minibus ce weekend pour aller chercher à leur domicile les personnes âgées qui n'avaient pas reçu leur convocation.

Ailleurs dans le monde, les vaccinations s'intensifient dans l'espoir d'enrayer l'épidémie qui a déjà fait plus de 2,7 millions de morts. Parmi eux, l'opposant congolais Guy-Brice Parfait Kolélas, principal rival du sortant Denis Sassou Nguesso à la présidentielle au Congo-Brazzaville, décédé en France.

 

Publié dans INFORMATION, SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article