Covid-19. Carnaval clandestin de près de Nantes : « Pourquoi mairie et police n’ont pas réagi ? »

Publié le par angeline351

Covid-19. Carnaval clandestin de près de Nantes : « Pourquoi mairie et police n’ont pas réagi ? »

Le défilé carnavalesque organisé samedi à Rezé en pleine crise sanitaire, avec un couvre-feu pas respecté, a choqué certains témoins.

Le carnaval organisé samedi dans un quartier de Rezé, près de Nantes, s’est poursuivi jusque dans la soirée. Un événement qui en a « choqué » ​plus d’un. Les règles sont censées être les mêmes pour tout le monde non ? , s’indigne Pierre, un riverain.  Les affiches étaient placardées dans le quartier depuis trois semaines. Pourquoi la mairie et la police n’ont-elles pas réagi ?,  ​s’interroge le jeune homme, qui s’est entendu répondre par le commissariat central que « le carnaval était autorisé »​ et que les policiers présents autour du défilé carnavalesque avaient ordre de ne pas intervenir ​. Pourtant, sur la butte aux orties, pas grand monde n’avait le masque , confirme cette jeune femme témoin du rassemblement festif ​, dénonçant deux poids deux mesures : Quand je pense que de pauvres gens se prennent 135 € pour avoir dépassé l’heure du couvre-feu ou oublié leur masque ou leur attestation….

L’événement de ce week-end a été organisé sans autorisation, ni même demande d’autorisation […] qui aurait été refusée par la préfecture, précise dans un communiqué la Ville de Rezé qui considère qu’organiser un tel évènement dans le contexte actuel est irresponsable et y prendre part également.

Hervé Neau, le maire, comprend la lassitude, voire l’exaspération, de bon nombre de nos concitoyens face à la crise sanitaire et à son cortège de mesures, contraignantes mais sans doute nécessaires pour en sortir. Mais il refuse de cautionner des initiativestelles que ce carnaval sauvage.

Mis devant le fait accompli, que pouvions-nous faire ?, s’interroge aussi l’élu avant de répondre à l’évidence rien, ne disposant ni de la compétence, ni d’aucun moyen humain adapté pour faire cesser un tel trouble. On peut, de surcroît, douter sérieusement de la pertinence d’un recours aux forces de l’ordre, dans le cadre d’un évènement pacifique, rassemblant beaucoup d’enfants. Et Rezé, faut-il le rappeler, ne dispose pas de police municipale.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article