/Télétravail. Le gouvernement dit que les entreprises doivent payer pour le téléphone et Internet

Publié le par angeline351

Télétravail. Le gouvernement dit que les entreprises doivent payer pour le téléphone et Internet

Le «paiement des frais d'eau, d'électricité et de gaz n'est pas couvert par cette disposition», estime le ministère du Travail.

Selon la compréhension du gouvernement, les entreprises doivent payer les dépenses liées aux télécommunications et à Internet aux employés qui font du télétravail . La facture d'électricité, en revanche, est laissée de côté, a déclaré une source du ministère du Travail à Jornal de Negócios .

Le News Minute interroge l'Autorité des conditions de travail (ACT) pour tenter de comprendre si c'est l'un des points soulevés dans les actions d'inspection pour se conformer au télétravail réalisé par l'entité, mais n'a jusqu'à présent pas pu obtenir de réponse.

En cause, il faut le noter, c'est l'article 168 du Code du travail, qui définit que dans le télétravail, sauf convention écrite contraire, les instruments relatifs aux technologies de l'information et de la communication appartiennent à l'employeur , "qui doit assurer l'installation respective et entretien et paiement des dépenses afférentes ".

En tenant compte de cela, la tutelle comprend que les dépenses sont "liées à Internet et au téléphone" . "Le paiement des frais d'eau, d'électricité et de gaz n'est pas couvert par cette disposition", a déclaré la source à Negócios.

Le télétravail est redevenu obligatoire pendant le nouveau confinement général sans nécessité d'accord entre l'entreprise et le travailleur et le montant des amendes a doublé en cas de non-respect, comme annoncé par le gouvernement à la mi-janvier.

ACT a inspecté plus de 500 entreprises au cours de la dernière semaine de janvier pour vérifier le respect du télétravail et des délais. Une opération nationale impliquant environ 200 inspecteurs était en cours.

Publié dans PORTUGAL, INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article