Précarité : un « titre restaurant » pour les étudiants ?

Publié le par angeline351

Précarité : un « titre restaurant » pour les étudiants ?

La situation dramatique des étudiants, de plus en plus en situation de précarité à cause de la fermeture des activités qui leur permettaient d’avoir un petit boulot en parallèle de leurs études, amène les politiques à chercher des solutions. Dernière en date d’une série qui se rallonge de jour en jour, celle d’un « titre restaurant » spécialement dédié aux étudiants.

Un titre restaurant payé à moitié par l’État
La députée Les Républicains Anne-Laure Blin a déposé, mardi 9 février 2021, une proposition de loi visant à instaurer une nouvelle mesure de lutte contre la précarité étudiante. La mesure cible un des problèmes fondamentaux des étudiants frappés par la crise : la possibilité de se nourrir. Une priorité qui a déjà conduit le gouvernement à instaurer, depuis fin janvier 2021,

deux repas à un euro pour tous les étudiants dans les restaurants du CROUS, et ce quel que soit leur statut social.

Mais pour la députée, cette solution, qui n’a pas vocation à se pérenniser, laisse de côté toute une partie des étudiants, et tout particulièrement ceux qui ne disposent pas de restaurants universitaires à proximité. Elle a donc imaginé d’adapter le principe des titres restaurant, bien connu des salariés, pour en faire bénéficier les étudiants. Et ce serait l’État qui prendrait en charge la moitié du montant.

Une aide d’environ 100 euros… sous réserve de débourser 100 euros ?

Soutenue par une soixantaine de députés, la proposition de loi vise à créer des titres restaurant d’un montant de 6,60€ par jour que les étudiants pourraient se procurer auprès du CROUS pour 3,30€ l’unité, soit le montant du repas au tarif social dans les restaurants universitaires. Ainsi, tous les étudiants de France pourraient bénéficier de ce tarif social, qui permettrait en outre de manger en dehors des restaurants universitaires et même de faire ses courses.

En supposant que l’aide porte sur l’ensemble du mois, soit 30 jours, cela représenterait 198€ de titres restaurant par mois… sous réserve de débourser 99€ par mois pour les acheter ; les 99€ restants seraient alors à la charge de l’État. Une complication, alors qu’il suffirait de mettre en place le même système pour 99€ par mois en titres restaurant sans besoin de débourser un euro de la part des étudiants, ce qui reviendrait au même pour les caisses de l’État.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article