Navalny: Berlin rejette les appels de Paris et défend le projet Nord Stream 2

Publié le par angeline351

Navalny: Berlin rejette les appels de Paris et défend le projet Nord Stream 2

 

Le gouvernement allemand a aujourd'hui défendu le projet controversé de gazoduc Nord Stream 2, qui relie la Russie à l'Allemagne, malgré les appels français à l'abandonner face à la répression des expressions de soutien à l'opposant russe Alexei Navalny.

"Le gouvernement fédéral n'a pas changé sa position de base" sur la question, a déclaré Martina Fietz, une porte-parole du gouvernement allemand, après que le secrétaire d'Etat français aux Affaires étrangères Clément Beaune avait appelé Berlin à abandonner le projet du pipeline .

Aujourd'hui, s'adressant à Radio France Inter, et en demandant à l'Allemagne d'abandonner le projet, Beaune a rappelé que des sanctions contre la Russie ont déjà été adoptées, mais a souligné que d'autres pourraient être imposées.

«Des sanctions que nous avons déjà adoptées et nous pourrions en adopter [d'autres], mais il faut être clair: cela ne suffit pas. L'option Nord Stream est celle qui peut être envisagée. Aujourd'hui, c'est une décision allemande car c'est un gazoduc qui [arrive] en Allemagne. Nous avons toujours dit que nous avions les plus grands doutes sur ce projet », a-t-il déclaré.

Admettant que les autorités françaises seraient favorables à l'abandon de Nord Stream 2, Beaune a rappelé que la France avait déjà émis des réserves avant «l'affaire Navalny», même si elle ne s'est jamais exprimée aussi clairement, de manière publique, à cet égard.

Le 21 janvier, la chancelière allemande Angela Merkel a réaffirmé sa sympathie pour le projet, largement contesté par les États-Unis pour d'autres raisons.

Les États-Unis et plusieurs pays européens, comme la Pologne, ont une vision négative du nouveau gazoduc, qui dupliquera Nord Stream 1, déjà en service, estimant qu'il augmentera la dépendance de l'Allemagne et de l'UE vis-à-vis du gaz russe et, en conséquence vis-à-vis de Moscou.

La question est sur la table depuis l'empoisonnement présumé d'Alexei Navalny, pour lequel l'opposant blâme le président russe Vladimir Poutine.

Navalny a été arrêté à son arrivée en Russie le 17 janvier, après cinq mois de convalescence en Allemagne et la répression des manifestations réclamant sa libération.

Les Européens envisagent également d'adopter de nouvelles sanctions si le président russe continue de sévir contre l'opposition.

Le chef de la diplomatie de l'Union européenne (UE), Josep Borrell, devrait se rendre à Moscou de 16h à 18h ce mois-ci pour exiger la libération de Navalny.

Borrell a déploré les "arrestations massives" et "l'usage disproportionné de la force" lors des nouvelles manifestations pro-Navalny en Russie dimanche, lorsque la police a arrêté plus de 5 000 personnes et bloqué le centre de plusieurs villes, dont la capitale Moscou.

Début décembre, les travaux sur Nord Stream 2, un projet de plus de 9 milliards d'euros et 1 200 kilomètres de liaison sous-marine, ont repris dans les eaux allemandes après un an de suspension en raison de sanctions.

Publié dans INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article