le vaccin n'est pas obligatoire, Jean-Philippe Derosier constate que si on "sort l'obligation par la porte, on la fait rerentrer par la fenêtre"

Publié le par angeline351

 Mardi 22 décembre, Jean-Philippe Derosier, constitutionnaliste, professeur de droit public à l'Université de Lille, dénonce "l'incohérence" du projet de loi instituant "un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires" en cas de future pandémie.

Ce projet de loi créé la polémique.                        Pour la droite et le RN, il y a une possible restriction à la liberté de déplacement qui pourrait être conditionnée à la vaccination anti-Covid. Le projet prévoit que, dans les territoires où l'état d'urgence est déclaré, le Premier ministre puisse "subordonner les déplacements des personnes" à "la présentation des résultats d'un test de dépistage" négatif ou "au suivi d'un traitement préventif, y compris à l'administration d'un vaccin".

Si le vaccin n'est pas obligatoire, Jean-Philippe Derosier constate que si on "sort l'obligation par la porte, on la fait rerentrer par la fenêtre". Il pointe un souci "d'équilibre" et de "proportionnalité" et "le caractère excessif des restrictions de la liberté d'aller et venir et de la liberté individuelle". Selon lui, l'article "pourrait encourir une censure de la part du Conseil constitutionnel".

franceinfo : Est-ce que ces politiques ont raison de s'alarmer sur une potentielle restriction de liberté qui serait conditionnée à la vaccination ?

Jean-Philippe Derosier : Oui, c'est assez fondé. Le problème de cet article c'est la cohérence voire l'incohérence. Tout est question ensuite d'équilibre et de proportionnalité. La cohérence : on nous dit que le vaccin n'est pas obligatoire. On pourrait décider de le rendre obligatoire. Ce serait un choix politique et du point de vue constitutionnel, ce serait vraisemblablement possible parce que le Conseil constitutionnel s'est déjà positionné et a déjà examiné l'obligation de se faire vacciner et l'a validé sous certaines conditions. Or, on a décidé de ne pas le rendre obligatoire. Mais on sort l'obligation par la porte, on la fait rerentrer par la fenêtre en disant que vous n'êtes pas obligé de vous faire vacciner mais que si vous voulez sortir de chez vous, alors il faudra vous vacciner, ce qui est un petit peu aberrant. Si vous voulez prendre les transports, il faudra vous faire vacciner. Si vous voulez aller faire vos courses, il faudra vous faire vacciner. Bref, les actes quotidiens de la vie vont requérir le vaccin, si bien que, en réalité, il sera obligatoire sans le dire. C'est cette incohérence, ou le caractère excessif des restrictions de la liberté d'aller et venir et de la liberté individuelle qui pose problème dans cet article. C'est là où j'en viens à l'équilibre et à la proportionnalité.

Une mesure peut être retoquée par le Conseil constitutionnel ?

Il est assez difficile d'être catégorique sur le sujet. D'abord parce que le Conseil constitutionnel examine toujours minutieusement le sens des dispositions qui lui sont soumises au regard des débats parlementaires qui, à ce jour, n'ont pas encore eu lieu. Et surtout, en cette période de crise sanitaire, la jurisprudence du Conseil constitutionnel est parfois surprenante, en tout cas relativement souple au regard des restrictions des libertés individuelles. Ce que l'on peut dire, c'est que le Conseil constitutionnel va précisément examiner la proportionnalité des mesures, parce que toute mesure de restriction des libertés doit être strictement proportionnée à l'objectif poursuivi. Et sur cette mesure-ci, le fait que l'on pose le principe de l'absence d'obligation de vaccination, mais en conditionnant tellement d'actes de la vie quotidienne à une obligation de vaccination qu'elle pourrait paraître effectivement disproportionnée et pourrait encourir une censure de la part du Conseil constitutionnel.

Est-ce que cela revient à mettre en place ce passeport vert qui serait remis aux personnes vaccinées, évoqué par l'UDI ?

Je crois que c'est le même esprit qui anime cette mesure. Le même esprit, c'est-à-dire, on ne l'appelle pas 'passeport vert', mais on l'appelle passeport vaccinatoire, qui existe déjà d'ailleurs, mais pas à ce niveau-là. Lorsque l'on doit se rendre dans certains pays, on doit être vacciné, notamment, par exemple contre la fièvre jaune. Pour aller dans certains pays du monde, on doit produire à l'entrée ce type de vaccin. Donc, ce type de passeport existe déjà. Mais là, il est rendu obligatoire pour les résidents même de notre pays et pour les actes de la vie quotidienne de notre pays, ce qui, précisément, soulève les problèmes de constitutionnalité, de proportionnalité précédemment évoqués.

Publié dans INFORMATION, SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article