"Le confinement actuel est à maintenir". Le pays fait face à "deux nouveaux risques"

Publié le par angeline351

"Le confinement actuel est à maintenir". Le pays fait face à "deux nouveaux risques"

Le Conseil des ministres a décidé ce jeudi que, dans le 11e état d'urgence, les règles actuellement en vigueur pour contrôler la pandémie de Covid-19 seraient maintenues. António Costa préfigure également que le pays devra rester confiné au cours du mois de mars, car il y a «deux risques» à venir.

 

Le président de la République vient de renouveler l'état d'urgence à partir du 15 février [février] à minuit. [Mais] cette fois, la tâche du gouvernement est assez simple. Grâce à l'effort civique des Portugais, l'enfermement porte ses fruits » , a commencé en faisant référence à António Costa, à l'issue du Conseil des ministres de ce jeudi.

Lors d'une conférence de presse au Palácio da Ajuda, le Premier ministre a souligné qu'au cours des deux dernières semaines, "nous avons arrêté la croissance de nouveaux cas. Cette diminution des nouveaux cas s'est traduite par une réduction significative du taux de transmissibilité. Rt, qui est actuellement de 0,77 , le plus bas que le pays ait connu depuis le début de la pandémie ".

En adressant ses remerciements aux Portugais pour leurs efforts pour contrôler la pandémie, le ministre a toutefois indiqué que "la situation continue d'être extrêmement grave".

La gravité de la situation se traduit par un nombre élevé d'hospitalisations - dans les services et unités de soins intensifs - et des décès. En effet, selon le chef du gouvernement, "nous ne pouvons pas nous conformer aux chiffres dont nous disposons. Ils sont absolument inacceptables, si nous les comparons au nombre maximum de décès que nous avons eu lors de la première vague".

Cette réalité a conduit le Conseil des ministres à " maintenir le niveau actuel de confinement en toute sécurité pendant les 15 prochains jours. Nous devons raisonnablement supposer que nous devrons le maintenir pendant le mois de mars. Ce n'est pas le moment de discuter des confinements totaux ou partiels. », a-t-il souligné Coast.

Les bons résultats que le Portugal a enregistrés en raison de l’accouchement ne peuvent être, a-t-il souligné, considérés comme «suffisants pour alléger les mesures adoptées . Nous devons maintenir cet effort car nous devons être en mesure de réduire le nombre de nouveaux cas, d’hospitalisations et de sauver des vies. ".

Il y a "deux nouveaux risques" dont il faut tenir compte

«Deux nouveaux risques» contribuent également au scénario esquissé , a-t-il annoncé. Le premier concerne la " réduction significative du nombre de vaccins que nous aurons au premier trimestre par rapport à ce qui avait été contracté par l'Union européenne".

 

Si les sociétés pharmaceutiques avaient respecté ce qui avait été initialement convenu, le Portugal recevrait "4,4 millions de vaccins, ce qui aurait permis de vacciner plus de deux millions de Portugais" . Compte tenu de la réduction des vaccins qui seront fournis à l'UE au premier trimestre, le Portugal recevra "1,9 million de doses", soit moins de la moitié des doses attendues.

Mais, a expliqué le chef du gouvernement, le problème "se situe en dehors du Portugal, qui est la capacité de production de l'industrie", a-t-il souligné.

Le « deuxième risque » concerne la multiplication de nouvelles variantes du SRAS-CoV-2 . "Personne ne sait, ne peut garantir, ni empêcher l'apparition de nouvelles variantes. Cela signifie que nous devons être confiants dans les mesures qui ont été suivies, mais nous devons être conscients que la situation est extrêmement grave ".

Au vu de ces nouveaux risques, l'exécutif a décidé que «le décret qui avait été approuvé il y a 15 jours» sera maintenu, prolongeant «les mesures précédemment adoptées».

Le Parlement a autorisé aujourd'hui le renouvellement de l'état d'urgence jusqu'au 1er mars pour permettre aux mesures de contenir le Covid-19, avec des votes favorables du PS, du PSD, du CDS-PP et du PAN.

Il s'agissait du 11e diplôme d'état d'urgence que Marcelo Rebelo de Sousa a soumis à l'Assemblée de la République dans le contexte actuel de pandémie de covid-19

Publié dans PORTUGAL, INFORMATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article